×
google news

« Nouvelle loi écossaise suscite inquiétudes »

La loi controversée appelée « Hate Crime and Public Order Act », proposée par Nicola Sturgeon et son gouvernement en 2020, est maintenant en vigueur en Écosse à partir du 1er avril. La loi, approuvée par le Parlement régional de Holyrood en 2021, punit les discours ou comportements jugés comme incitant à la haine basée sur l’âge, le handicap, la religion, l’orientation sexuelle ou l’identité transgenre. Cela complète une loi précédente de 1986 qui ne concernait que la haine raciale.

Selon le gouvernement écossais, toute incitation à la haine, qu’elle soit verbale, physique, écrite, publique, privée ou même en ligne, peut être considérée comme un crime de haine. Les coupables peuvent faire face à une peine de prison allant jusqu’à sept ans.

Siobhian Brown, ministre des Victimes et de la Protection des Communautés, a déclaré que cette nouvelle loi offrirait une meilleure protection à ceux qui en ont besoin et aiderait à établir un consensus sur les comportements inacceptables dans la société. La loi a été défendue par Humza Yousaf, l’actuel Premier ministre, lorsqu’il était encore ministre de la Justice.

Cependant, de nombreuses critiques ont été formulées à l’égard de cette loi, principalement par des conservateurs, des syndicats d’auteurs et des associations féministes. Ils estiment que la loi menace sérieusement la liberté d’expression. Les milieux féministes craignent d’être les premiers visés par les plaintes futures, notamment en raison de l’intensification du débat sur le genre en Écosse.

J.K. Rowling, l’auteure renommée de la série Harry Potter et résidente en Écosse, a fait face à des menaces de poursuites judiciaires sur Internet sous prétexte de la nouvelle législation. Représentante influente du mouvement « critique de genre », elle n’a pas hésité ces derniers temps à exprimer ses idées polémiques, ce qui lui a souvent valu l’étiquette de transphobe. « Si vous pensez que je vais supprimer tous mes messages où je déclare qu’un homme est un homme, pour échapper à cette loi absurde, sachez que ce serait une blague du poisson d’avril », a déclaré l’auteure, qui compte 14 millions de followers sur le réseau social X, le 17 mars.
La lecture de la suite de cet article est réservée aux abonnés, avec encore 51.79% à découvrir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 823
Actualité

« Conscience d’être ni homme, ni femme »

14 avril 2024
La toute première fois que j'ai été exposé au concept de non-binarité, c'était via les médias sociaux. À l'époque, j'avais 20 ans et je cherchais des informations sur l'homosexualité féminine,…
example 822
Actualité

Lorsque le Che et Mandela étaient reçus à Gaza

14 avril 2024
Avant le blocus d'Israël instauré en 2007, avec le soutien de l'Egypte, qui a isolé la bande de Gaza du monde extérieur, cette zone palestinienne a eu l'honneur d'accueillir au…