×
google news

« Google détruit données privées, utilisateurs américains »

Google a récemment conclu un accord suite à des accusations de non-respect de l’anonymat de ses utilisateurs lorsqu’ils utilisaient la fonction « incognito » de Chrome. La géant de la technologie a accepté de supprimer les données collectées auprès de plus de 136 millions d’utilisateurs américains, mettant fin aux poursuites judiciaires lancées contre la société en juin 2020. Le recours collectif reprochait à Google, le leader mondial de la publicité en ligne, d’avoir trompé ses utilisateurs quant à la manière dont Chrome traçait les internautes qui utilisaient cette fonction, supposée garantir la confidentialité de la navigation.

Des documents internes à Google, présentés par les plaignants, ont qualifié la fonction « incognito » d' »un mensonge en pratique », de « problème d’éthique professionnelle et d’honnêteté fondamentale », et de « pagaille source de confusion ». Ces documents ont été déposés dans le cadre de l’accord devant une cour de San Francisco le lundi 1er avril. Si le juge Yvonne Gonzalez Rogers approuve l’accord en juillet, Google évitera un procès, mais devra détruire des milliards de données d’utilisateur collectées via la fonction « incognito ».

Google s’est également engagé à réviser immédiatement l’avertissement qui s’affiche lorsqu’un utilisateur active la fonction « incognito », afin de préciser que l’entreprise recueille des données de navigation privée. Lorsque cette fonction est activée, Google devra également bloquer par défaut les cookies tiers, qui sont souvent utilisés pour pister les utilisateurs en ligne et leur afficher de la publicité ciblée. Google a déjà commencé à se débarrasser de ces cookies controversés.

Il n’y a pas de provision pour le paiement d’indemnités dans l’accord, bien que la plainte déposée en 2020 ait réclamé 5 milliards de dollars. Cependant, cela permet aux utilisateurs de Chrome qui se sentent lésés de poursuivre individuellement l’entreprise pour obtenir une compensation financière.

« Nous sommes très satisfaits de mettre fin à des poursuites que nous avons toujours considérées comme infondées », a déclaré Jorge Castaneda, représentant de Google. « Nous sommes ravis de supprimer des données techniques anciennes qui n’ont jamais été liées à des personnes et qui n’ont jamais été utilisées pour une forme quelconque de personnalisation. » La plainte originale accusait Google de se transformer en un puits d’information sans responsabilité, un puits d’information tellement détaillé et vaste que même George Orwell n’aurait jamais pu l’imaginer.

Les mois à venir seront intenses pour Google sur le front judiciaire aux États-Unis. La société est également sous le feu des poursuites du ministère de la justice et d’une coalition d’États américains qui l’accusent de violer les lois de la concurrence sur le marché de la publicité en ligne. Google est également accusé d’avoir maintenu illégalement un monopole dans la recherche en ligne, grâce à des contrats conclus avec les fabricants de smartphones. Dans ce cas, un premier jugement est prévu pour la mi-2024.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 823
Actualité

« Conscience d’être ni homme, ni femme »

14 avril 2024
La toute première fois que j'ai été exposé au concept de non-binarité, c'était via les médias sociaux. À l'époque, j'avais 20 ans et je cherchais des informations sur l'homosexualité féminine,…
example 822
Actualité

Lorsque le Che et Mandela étaient reçus à Gaza

14 avril 2024
Avant le blocus d'Israël instauré en 2007, avec le soutien de l'Egypte, qui a isolé la bande de Gaza du monde extérieur, cette zone palestinienne a eu l'honneur d'accueillir au…