×
google news

« Guerre Ukraine: Attaques aériennes russes Kiev/Lviv »

Consultez tous nos contenus, études et couvertures dédiés au conflit ukrainien. Notre sélection d’articles du « Monde »:
– Emmanuel Macron exprime un appui sans limites à Kiev, risquant d’aliéner les politiques français
– Les grands noms de la littérature russe comme Pushkin, Dostoevsky et Tolstoy sont éliminés des bibliothèques ukrainiennes
– Le déploiement silencieux des forces armées de l’Ouest en Ukraine
– Des Indiens enrôlés de force dans l’armée russe
– L’Ukraine garde-t-elle une chance de l’emporter dans cette guerre ?
– Les troupes ukrainiennes tentent de renforcer leurs lignes de défense dans le Donbass pour freiner les russes
– Chulpan Khamatova, actrice russe, commence une nouvelle vie en exil en Lettonie
– L’adoption de la langue ukrainienne, un geste de résistance: « Quand j’entends quelqu’un parler russe, j’ai la nausée »
– Maria Andreïeva, épouse d’un soldat russe: « Je regrette de ne pas avoir réussi à retenir mon mari »
Nous répondons à vos interrogations les plus courantes.
Comment les drones sont-ils employés par Moscou et Kiev ?
La guerre des drones entre la Russie et l’Ukraine s’est intensifiée ces derniers mois. Un rapport publié en mai 2023 par un think tank britannique spécialisé en défense indique que l’Ukraine perd environ 10 000 drones chaque mois sur le champ de bataille, soit plus de 300 par jour. Pour mettre en perspective, l’armée française possède à peine plus de 3000 drones dans son inventaire.

Les Ukrainiens et les Russes emploient principalement des UAV civils de petite taille, abordables et disponibles en quantité massive. Ces drones sont utilisés pour une surveillance du champ de bataille, le guidage des troupes et des tirs d’artillerie; certains d’entre eux sont même improvisés pour transporter des charges explosives qu’ils déposent sur les tranchées ou les blindés. Les drones kamikazes, bien qu’en moindre effectif, sont également significatifs. Equipés d’explosifs, ces UAV sont déployés au-dessus de la ligne de front sans cible prédéfinie. Moscou emploie les drones russes Lancet-3 ainsi que les Shahed-136 iraniens. L’Ukraine, qui manque de flotte de combat, défie son adversaire avec des drones navals, de petits kayaks télécommandés et munis d’explosifs (450 kg de TNT). Témoignage de l’importance des drones pour leurs opérations, Ukrainiens et Russes se sont organisés pour être capables de fournir leurs troupes sur la durée, non seulement en achetant massivement des drones civils sur le marché, mais également en développant leurs propres capacités de production. L’industrie nationale ukrainienne, encore naissante au début du conflit du Donbass il y a dix ans, a depuis été renforcée. Fin août, le ministre ukrainien de la transformation numérique a annoncé le développement d’une réplique du drone russe Lancet, qui sera prochainement lancée sous le nom de Peroun, le dieu slave de la foudre et du tonnerre.

Confrontrée à des sanctions occidentales restreignant son accès aux composants électroniques, la Russie fait face à des défis. Les agences de renseignement américaines rapportent cependant que Moscou a commencé à bâtir une usine dans la zone économique spéciale d’Alaboug, dans le but de produire des drones suicides iraniens similaires aux Shahed-136.

Qu’en est-il de l’inventaire des missiles russes ?

Il reste extrêmement difficile, si ce n’est impossible, d’établir un inventaire précis de l’arsenal de missiles de l’armée russe. Les services de renseignement ukrainiens partagent régulièrement des informations à ce sujet, mais leur fiabilité peut être mise en doute.

D’après Andri Ioussov, le porte-parole des services généraux de renseignement du Ministère de la Défense (GUR), cité par Liga.net, l’armée russe disposait de 2 300 missiles balistiques ou de croisière avant le déclenchement des hostilités, et en possédait encore plus de 900 en début d’année. A ces chiffres, Ioussov ajoute plusieurs milliers de missiles antiaériens S-300, d’une portée d’environ 120 kilomètres, ainsi qu’un large stock de S-400, une version plus récente avec une portée trois fois supérieure. En août, Vadym Skibitsky, numéro deux du GUR, avançait le chiffre de 585 missiles d’une portée dépassant les 500 kilomètres.

S’agissant de la capacité de production, elle serait passée à une centaine de missiles balistiques ou de croisière par mois, selon plus d’un expert. En octobre, le GUR estimait cette production à 115 unités.

En Russie, des missiles à courte distance ont été obtenus d’Iran et de Corée du Nord, et l’acquisition continue. Reuters attribue à plusieurs sources iraniennes l’information que la Russie a reçu 400 missiles de la catégorie Fateh-110 (avec une portée de 300 à 700 km) depuis janvier, date de la signature d’un accord. Toutefois, le nombre exact de missiles nord-coréens obtenus par la Russie demeure inconnu. Mais 24 missiles ont été lancés en Ukraine entre le 30 décembre 2023 et le 7 février 2024, d’après Andriy Kostin, le procureur général. Les experts estiment, après analyse des débris et des trajectoires, qu’il s’agit très probablement de KN-23 et KN-24 avec une portée de l’ordre de 400 km.

Mais alors, qu’en est-il des avions de combat F-16 ?

Suite à une requête sur le long-terme du président ukrainien, les États-Unis ont autorisé le transfert de F-16 à l’Ukraine en août 2023. Alors qu’une flotte d’environ 300 F-16 existe dans neuf pays européens – y incluant la Belgique, le Danemark, la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal, entre autres – tous les pays possédant ces avions ne sont pas capables de les céder immédiatement.

Voïodymyr Zelensky avait évoqué un chiffre de 42 F-16 qui auraient été promis par les alliés occidentaux à Kiev, bien que cette information demeure non confirmée. Le Danemark a promis de coter 19 avions. Les six premiers auraient dû être livrés d’ici la fin de 2023, avec huit autres devant suivre en 2024 et les cinq derniers en 2025, comme précisé par la PM danoise, Mette Frederiksen. Les Pays-Bas, qui ont également fait une promesse similaire, disposent de 42 unités, bien qu’ils n’aient pas précisé combien ils prévoient d’en céder.

D’après le texte original, les pilotes ukrainiens doivent se familiariser avec les avions de combat américains. Une formation sera financée par onze nations amies de Kiev. Selon la projection de l’OTAN, les forces militaires ukrainiennes seront aptes à mettre en œuvre ces avions en situation de combat uniquement en début 2024. Cependant, certains experts penchent pour l’été de la même année.

Quel est le soutien militaire que reçoit Kiev de ses alliés ?
Deux ans après le commencement de la guerre à grande échelle, l’appui occidental à Kiev marque un déclin : il y a une diminution des aides nouvellement proposées durant la période allant d’août 2023 à janvier 2024 par rapport à la même période de l’année précédente, explique le dernier rapport de l’Institut Kiel datant de Février 2024. Cette tendance pourrait se maintenir, le Sénat américain ayant du mal à approuver de nouvelles aides, et l’Union européenne (UE) ayant rencontre des difficultés à valider une aide de 50 milliards le 1er février 2024, notamment à cause du véto hongrois. Il est à noter que ces deux tranches d’aide ne sont pas encore prises en compte dans le dernier rapport de l’Institut Kiel, qui s’arrête en janvier 2024.

Selon les recherches de l’institut allemand, le nombre de donateurs baisse et se centralise autour d’un groupe principal de pays, tels que les États-Unis, l’Allemagne et des pays de l’Europe du nord et de l’est, qui s’engagent à fournir à la fois une aide financière élevée et des armements sophistiqués. En somme, depuis février 2022, les nations qui soutiennent Kiev se sont engagées à hauteur d’au moins 276 milliards d’euros en terme d’aide militaire, financière ou humanitaire.

Les nations les plus prospères ont fait preuve d’une grande générosité, avec les États-Unis en tête comme donateurs les plus importants, offrant plus de 75 milliards d’euros d’aide, dont 46,3 milliards en soutien militaire. L’Union européenne a également annoncé des aides tant bilatérales (64,86 milliards d’euros) qu’à partir de ses propres fonds communs (93,25 milliards d’euros), atteignant un total de 158,1 milliards d’euros.

Cependant, si nous mettons ces donations en relation avec le produit intérieur brut (PIB) de chaque pays donateur, la liste se modifie. Les États-Unis dégringolent au vingtième place (0,32 % de leur PIB), devancés par des pays frontaliers de l’Ukraine ou d’anciens États soviétiques alliés. En tête du classement des aides par rapport au PIB, on trouve l’Estonie avec 3,55 %, suivie par le Danemark (2,41 %) et la Norvège (1,72 %). La Lituanie (1,54 %) et la Lettonie (1,15 %) complètent le top 5. Les trois pays baltes, qui partagent tous des frontières avec la Russie ou son alliée, la Biélorussie, figurent parmi les donateurs les plus généreux depuis le début du conflit.

Au niveau du pourcentage du PIB, la France se classe vingt-septième, ayant consacré 0,07 % de son PIB. Elle se trouve juste derrière la Grèce (0,09 %). L’aide fournie par la France est en constante diminution depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine – elle était vingt-quatrième en avril 2023, et treizième à l’été 2022.

Qu’en est-il des tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne ?

De nombreuses tensions se sont développées entre l’Ukraine et la Pologne ces derniers mois, et le cœur du problème réside dans le transport des céréales ukrainiennes. Suite à la mise en place de « corridors de solidarité » par la Commission européenne au printemps 2022, une facilité a été offerte pour la distribution et la vente de produits agricoles ukrainiens sans frais de douane destinés au Moyen-Orient et à l’Afrique. Toutefois, environ 50 % de ces céréales sont transportées ou terminent leur parcours à l’intérieur de l’Union européenne (UE), d’après la Fondation Farm, un groupe de discussion sur les enjeux agricoles internationaux. Ces céréales, cependant, sont vendues à un prix nettement inférieur à celui du blé cultivé au sein de l’UE, surtout dans les pays de l’Europe centrale.

Arguant que ces céréales sont une menace pour le marché local et par conséquent pour les revenus des agriculteurs, plusieurs pays dont la Roumanie, la Bulgarie, la Slovaquie, la Pologne et la Hongrie ont unilatéralement arrêté leurs importations en avril 2023. En autorisant cet embargo, Bruxelles a cependant stipulé que le transit vers d’autres pays ne doit pas être entravé et que l’embargo doit se limiter à une période de quatre mois. Cependant, avec la persistance du problème de fond non résolu, Varsovie a choisi de garder ses frontières fermées à la fin de l’été 2023 aux céréales ukrainiennes, malgré l’opinion de Bruxelles que l’embargo n’était plus justifié étant donné que ses études montraient qu’il n’y avait plus de déséquilibre sur les marchés nationaux pour les céréales.

Des protestations ont été mises en place par les agriculteurs polonais à la frontière polono-ukrainienne afin de stopper l’entrée des camions en provenance d’Ukraine. Ces agriculteurs réclament un blocage total des marchandises agricoles et alimentaires ukrainiennes, en réponse à l’escalade de leurs frais de production et à la saturation de leurs silos et entrepôts alors que les prix demeurent très bas. Alors que les tensions augmentent, le président ukrainien a déclaré au début de 2024 que cette fermeture de la frontière polonaise illustre un affaiblissement de la solidarité envers l’Ukraine. Il a insisté sur le besoin de discuter avec la Pologne. Faisant écho à cette situation, il a souligné que seulement Moscou tire profit de ces tensions, critiquant « l’émergence de slogans clairement favorables à Poutine ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1258
Actualité

Khamenei salue succès iranien en Israël

21 avril 2024
L'Ayatollah Ali Khamenei a exprimé sa satisfaction le dimanche 21 avril concernant les « réussites » qu'il estime avoir été réalisées par l'armée iranienne lors de l'assaut sans précédent sur…
example 1256
Actualité

Guerre Ukraine: Russie revendique prise localité

21 avril 2024
Nous vous invitons à lire tous nos articles, commentaires et couvertures journalistiques relatifs à la guerre en Ukraine. Les articles, les études approfondies et les éclairages fournis par Le Monde…