×
google news

Propagation rapide d’infection inquiète Japon

La Japan exprime une inquiétude profonde face à l’augmentation dramatique des cas du syndrome de choc toxique streptococcique (SCTS), causé par des streptocoques du groupe A (SGA ou streptocoques pyogènes). Selon l’Institut national des maladies infectieuses (NIID), de janvier au 17 mars, 422 cas ont été enregistrés. En 2023, le total était de 941 cas. Près de la moitié des départements du pays, 27 sur 47 pour être exacts, sont actuellement en état d’alerte rouge face à cette infection dont le taux de mortalité est supérieur à 30%.
La situation est devenue plus grave à la fin de l’été 2023 quand pour la première fois dans l’histoire du pays, une souche britannique du SGA, l’M1UK, – la plus répandue en Europe – plus virulente et transmissible a été découverte.
La bactérie, parfois surnommée la « mangeuse de chair », que beaucoup de personnes portent sans le savoir et sans devenir malades, peut causer une infection des tissus sous la peau et une nécrose du fascia, le tissu qui recouvre les muscles.
Des défaillances d’organes majeures peuvent survenir, dont une insuffisance rénale grave, un syndrome de détresse respiratoire aiguë et une coagulation intravasculaire disséminée, une anomalie de la coagulation qui peut entrainer des saignements majeurs et des caillots sanguins. Tout cela peut se produire à un rythme rapide. « Un tiers des personnes atteintes par cette maladie peuvent mourir dans les quarante-huit heures », avertit Ken Kikuchi, expert en maladies infectieuses à l’université de médecine pour femmes de Tokyo, qui se dit « très préoccupé » par la hausse observée en 2024.
« Ces conséquences lourdes » ne sont pas à prendre à la légère.

Un homme, cité dans un reportage du 22 janvier de la chaîne de télévision Asahi, a ressenti une douleur intense à la jambe suivant une journée de basket. Sa jambe a grossi, présentant des marques violettes, et il a développé une température de 40°C. Après avoir consulté un docteur, il lui a été prescrit des antibiotiques et des médicaments pour réduire la fièvre, avec des analgésiques en cas de douleur extrême. Une semaine après, suite à un évanouissement, il a été admis d’urgence à l’hôpital. Un diagnostic de septicémie causée par des bactéries mangeuses de chair a été posé, ce qui a nécessité l’amputation de sa jambe. Il a survécu après un séjour en unité de soins intensifs.

La transmission des Streptocoques du groupe A (SGA) est susceptible de se faire par des gouttelettes, mais selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies américains, la manière dont la bactérie arrive à infecter près de la moitié des personnes atteintes de SCTS reste inconnue. Parfois, la bactérie peut passer à travers des ouvertures comme une lésion ou une incision chirurgicale. Elle peut aussi passer à travers les muqueuses, comme à l’intérieur du nez et de la gorge.

Il reste encore beaucoup à lire de cet article, soit 60,26% du texte. La suite n’est disponible qu’aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 817
Actualité

« Marques dépensent 80 milliards sans ventes »

14 avril 2024
Selon une étude de la société indépendante de recherche Juniper Research, près d'un quart des dépenses publicitaires en ligne des marques est actuellement détourné par des arnaqueurs. Les entreprises espèrent…
example 816
Actualité

« Michel Sadelain honoré pour traitement cancer »

14 avril 2024
Le prestigieux "Oscar de la science", le Breakthrough Prize, a été décerné au scientifique franco-canadien Michel Sadelain le samedi 13 avril à Los Angeles. Reconnu pour ses travaux innovants dans…