×
google news

« Jour 165: Hamas accuse Israël de sabotage »

Selon des informations révélées le mardi 19 mars par le ministère de la santé du mouvement islamiste palestinien, la lutte opposant Israël et le Hamas a entraîné la mort de 31 819 personnes à Gaza, en grande majorité des civils. Par ailleurs, l’Agence France-Presse (AFP) a notifié, en se basant sur des sources officielles israéliennes, que près de 1 160 Israéliens – pour la plupart des civils – ont péri, principalement lors de l’assaut du Hamas le 7 octobre 2023.

Israël continue sa campagne contre l’hôpital Al-Shifa
Israël affirme avoir éliminé « plus de 50 terroristes » et détenu « presque 180 suspects » dans le cadre de son opération en cours contre le Hamas à l’intérieur de l’hôpital Al-Shifa – le plus grand de la Palestine. Le ministère de la santé du Hamas rapporte « des dizaines de martyrs et de blessés » dans les alentours de l’hôpital. Les établissements de santé de Gaza sont fréquemment visés par les attaques de l’armée israélienne depuis le début du conflit, ces derniers reprochant au mouvement islamiste de se servir de civils comme boucliers humains.

Mardi dernier, Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, a reproché à Israël de « saboter » les négociations de paix en cours avec son attaque contre l’hôpital Al-Shifa à Gaza. Il a indiqué dans un communiqué que l’activité de l’armée israélienne « reflète leur volonté à engendrer le désordre et à prolonger la violence ».

Suite à des tentatives non fructueuses de maintenir la paix par les Etats-Unis, le Qatar et l’Egypte, David Barnea, le directeur du renseignement israélien, s’est rendu à Doha lundi pour une réunion avec le premier ministre qatari, Mohammed Ben Abderrahmane Al Thani, et des officiels égyptiens, selon une source impliquée dans les négociations. Bien que Barnea ait quitté Doha mardi, des « groupes techniques » discutent toujours des termes d’un potentiel accord pour un cessez-le-feu et la libération d’otages, a confirmé le porte-parole du ministère des affaires étrangères du Qatar.

Pendant ce temps, les ONG et les agences de l’ONU continuent à sonner l’alarme sur le danger imminent de famine dans la région assiégée, souvent caractérisée comme un « cimetière à ciel ouvert » par Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, plus de cinq mois après le lancement des hostilités.

Dans cette situation précaire, l’aide humanitaire qui est arrivée à Gaza ce vendredi par bateau via un passage maritime de Chypre a été acheminée dans le nord du territoire par une agence de l’ONU, a annoncé l’ONG responsable du projet ce mardi. Le navire contenait 200 tonnes d’aide. Un autre navire, transportant 240 tonnes de nourriture, est prévu pour quitter Chypre « dans les prochains jours », ont annoncé les autorités chypriotes ce mardi, après avoir effectué les vérifications nécessaires.

Cependant, la communauté internationale et les ONG mettent en exergue que la distribution d’aide par mer ou par l’air ne peut pas remplacer le transport terrestre.

Une réunion est programmée en Chypre ce jeudi avec des délégués émanant de quarante nations. L’objectif est d’organiser efficacement une augmentation de l’aide humanitaire en faveur des civils de Gaza et d’assurer une constance dans ce soutien, selon les informations communiquées par les responsables chypriotes.

Malgré cela, l’ONU a mentionné que les restrictions rigoureuses imposées par Israël sur l’entrée des aides humanitaires dans ce territoire palestinien, couplées à la possible utilisation de la famine comme arme, constituent un possible crime de guerre. En contradiction, la déclaration rendue publique par la représentation israélienne auprès de l’ONU à Genève a déclaré que « Israël déploie tous ses efforts pour saturer Gaza en aide ».

D’autre part, lors d’une interaction à Marseille, Emmanuel Macron a été interrogé sur son action relative à la situation à Gaza. Mardi dernier, il devait justifier de long en large face à un résident de la Castellane, qui l’a accusé d’une approche double dans sa conduite à l’égard de l’Ukraine et de Gaza.

Ce résident, Ahmed Saïd, 35 ans, s’est exprimé en ces termes « On fournit à l’Ukraine toutes les ressources nécessaires pour défendre ses droits. Aujourd’hui, que fait-on pour la Palestine, M. Macron? » En réponse, le Président a déclaré « Nous agissons avec les moyens qui sont à notre disposition, à savoir ceux de la diplomatie et de l’aide humanitaire ». Durant sa visite surprise dans la deuxième plus grande ville de France pour une opération contre le trafic de drogue, il déclarait en outre « On a traité 1 000 Palestiniens dans le bâtiment militaire [le Dixmude], (…) On a fourni des médicaments et de la nourriture avec l’aide des Jordaniens et des Egyptiens ».

Un résident a blâmé le président pour ne pas avoir suivi l’exemple de l’Afrique du Sud, qui a porté une accusation de « génocide » contre Israël devant la Cour internationale de justice à la fin décembre à propos de Gaza. Toutefois, selon M. Macron, la France n’adopte pas cette position.

Une femme en larmes a aussi interpellé le président Macron à propos de la condition des enfants palestiniens, en disant : « Au nom de Dieu, ne permettez pas la mort de ces enfants ». À cela, le président a partagé son chagrin et a déclaré que les actions menées par l’armée israélienne sont inadmissibles.

Lors d’une conférence de presse, le président a assuré qu’il continuerait à discuter avec le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, pour mettre en lumière les risques auxquels il est confronté, y compris la manière dont il est perçu sur la scène internationale et sa capacité à favoriser une solution politique. Il a également souligné que la volonté de détruire un groupe terroriste n’excuse pas les conséquences humanitaires de telles actions, surtout pour une démocratie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 823
Actualité

« Conscience d’être ni homme, ni femme »

14 avril 2024
La toute première fois que j'ai été exposé au concept de non-binarité, c'était via les médias sociaux. À l'époque, j'avais 20 ans et je cherchais des informations sur l'homosexualité féminine,…
example 822
Actualité

Lorsque le Che et Mandela étaient reçus à Gaza

14 avril 2024
Avant le blocus d'Israël instauré en 2007, avec le soutien de l'Egypte, qui a isolé la bande de Gaza du monde extérieur, cette zone palestinienne a eu l'honneur d'accueillir au…