×
google news

D'ici vingt ans, toutes les abeilles pourraient disparaître de la planète

Le combat pour la survie de l’abeille est engagé et mobilise chaque jour des millions d’apiculteurs à travers le monde.
Mais c’est un peu le combat du pot de terre contre le pot de fer.
D’un côté les « bergers des abeilles » qui assistent impuissants à l’anéantissement de millions d’abeilles, de l’autre, certaines multinationales qui mettent au point des molécules de plus en plus puissantes utilisées sur les cultures en fleurs.

Certes, l’alerte avait été donnée, il y a déjà près de trente ans, par des scientifiques comme Rémi Chauvin.
Mais personne n’avait pris au sérieux les avertissements.
En France, les apiculteurs se regroupent en fédération pour faire pression sur les pouvoirs publics et tenter de sauver une partie des ruches et du cheptel.

Ainsi la Fédération des apiculteurs de Rhône-Alpes (FARA) multiplie les actions pour obtenir l’éradication des prédateurs, des aides à la reconstitution du cheptel, une interdiction des insecticides les plus dangereux.
Le vice-président de cette structure explique : « Nous poursuivons les interventions auprès des pouvoirs publics pour obtenir l’interdiction des insecticides et des pesticides les plus dangereux.

 » « Lorsque les actions engagées n’apportent rien, les apiculteurs se démobilisent et n’acceptent plus de perdre leur temps à signaler les troubles qu’ils observent » explique le président des apiculteurs de la Drôme et de l’Ardèche.
Concernant le Cruiser 350 et les énormes dégâts provoqués par cette substance : « On ne sait pas tout et on ne nous dit pas tout » lance un apiculteur ardéchois.
Le salut de l’apiculture pourrait bien être la forêt.
En Chine, des provinces entières ont perdu toutes leurs abeilles, et des femmes assurent la pollinisation des pêchers à la main, avec des plumes d’oie.
Pour la communauté scientifique indépendante, l’abeille pourrait bien disparaître aussi subitement que les dinosaures ont disparu.
Si l’abeille est capable de résister à un parasite, ou à un empoisonnement par insecticide, elle est incapable de résister à sept ou huit facteurs cumulés, s’exerçant en même temps et dans un même lieu.
Alors qu’elle avait réussi à survivre à une époque très reculée, lorsque les dinosaures s’éteignaient.
Francis GRUZELLE

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

Contents.media