×
google news

Marchés : France, mauvais élève budgétaire

A la suite de l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale et des tensions qui en ont découlé, la tranquillité précaire est revenue sur les marchés financiers. Cependant, le scepticisme persiste quant à l’avenir des finances publiques et des élections législatives des 30 juin et 7 juillet.

La décision inattendue d’Emmanuel Macron a eu un impact significatif. Le 19 juin, mercredi, le CAC 40, indice de la Bourse de Paris, a montré une baisse de 5,4% par rapport à son niveau le 7 juin, juste avant les élections européennes. Par ailleurs, l’écart de rendement entre les obligations français et allemands s’est approché à 0,8 point de pourcentage, quand il était inférieur à 0,5 point avant le vote.

Cependant, ce « spread » franco-allemand, qui détermine la prime de risque demandée par les investisseurs pour détenir des titres émis par Paris, n’indique pas une hausse considérable des coûts de financement de la France, ni un désintérêt des investisseurs pour sa dette. Le rendement des obligations françaises à dix ans est à peine plus haut qu’au début du mois, à 3,16 %, et la demande lors de la dernière émission de l’Agence France Trésor, responsable de la gestion de la dette et de la trésorerie de l’Etat, a été presque trois fois et demie supérieure à l’offre.

Référence à l’Italie

Cet incident a certainement terni la réputation de la France, en particulier auprès des investisseurs étrangers qui détiennent plus de 53% de la dette publique. « Autrefois, la France était l’un des pays les plus performants de la zone euro. Maintenant, non seulement elle a chuté en dessous de la moyenne, mais elle est également l’un des derniers. La situation de la dette et du déficit français est inquiétante », analyse Nicolas Forest, responsable des investissements chez Candriam, une filiale du groupe américain New York Life Investments.

Cette observation, largement partagée, pourrait éventuellement redéfinir l’ordre des emprunteurs au sein de la zone euro. « Peut-on envisager que l’Italie emprunte à des taux inférieurs à ceux de la France dans cinq ou dix ans ? Ce n’est pas irréaliste, même si l’Italie a encore ses propres problèmes à résoudre », déclare François Rimeu, stratège chez Crédit Mutuel Asset Management.

La plupart des observateurs, lorsqu’ils cherchent à anticiper l’évolution de la France sous un gouvernement dirigé par le Rassemblement national, font référence à l’Italie. C’est l’un des scénarios post-électoraux jugés les plus probables par les analystes, en dehors de toute considération politique.

Cela représente 53.18% de l’article. Le reste est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 839
Economie

Concurrence entre fabricants chars, guerre Ukraine

12 juillet 2024
On pensait que les grandes batailles de chars comme Koursk en Russie, El-Alamein en Afrique du Nord et les Ardennes étaient reléguées aux annales historiques. Cependant, dans le contexte actuel…
example 837
Economie

« Transport aérien surmonte crise Covid-19 »

12 juillet 2024
Selon l'étude annuelle du cabinet AlixPartners dévoilée le jeudi 11 juillet, le secteur du transport aérien a non seulement retrouvé mais surpassé ses chiffres de 2019 après quatre ans de…
example 829
Economie

Ralentissement Chinois Affecte Marque Haut de Gamme Ba&sh

12 juillet 2024
L'industrie vestimentaire continue de rencontrer des difficultés, y compris dans le secteur du "luxe abordable", qui était pourtant jusque-là assez protégé. Ba&sh, une entreprise de mode pour femmes, illustre bien…