×
google news

Ascometal: Avenir compromis après retrait Venete

L’avenir de la société Ascometal et de ses employés semble incertain après l’annonce du groupe italien Venete de se retirer en tant que futur repreneur du pôle auto de la société. Cela a causé une onde de choc parmi les employés, a signalé Yann Amadoro, délégué de la CGT pour Ascometal. L’annonce pose un risque pour trois des cinq sites de l’entreprise, qui sont en cours de redressement judiciaire, deux en Lorraine et un à Saint-Etienne. Ces sites totalisent 627 employés.

Il semblerait qu’un manque de communication entre Venete et Swiss Steel, propriétaire actuel de Ascometal, ait contribué à cette situation. Le tribunal de Strasbourg devait rendre une décision le 30 mai, avec la date limite pour les candidatures de reprise fixées au 27 mai. Ces informations ont été transmises par Venete aux administrateurs judiciaires via une lettre, dans laquelle le groupe italien exprime son retrait en raison d’une condition suspensive exigeant que Swiss Steel prenne en charge les coûts de désamiantage et de dépoussiérage à hauteur de 11 millions d’euros pour l’usine d’Hagondange.

Alessandro Banzato, le dirigeant de la société italienne Venete, a rédigé une lettre aux administrateurs notant la société n’est pas en mesure de gérer les risques environnementaux et qu’aucun accord n’a été trouvé avec Swiss Stell pour couvrir ces coûts. Malgré l’implication du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), Banzato a fait savoir qu’il ne peut continuellement mobiliser son personnel et investir des ressources importantes pour satisfaire d’autres conditions suspendues, allant qu’une telle condition préétablie ne sera visiblement jamais remplie.

De son côté, la CGT a annoncé une grande mobilisation commençant le lundi 27 mai en réponse à cette situation. Leur priorité n’est pas de déterminer les responsabilités, mais plutôt d’assurer la survie de la société et la protection des emplois. Malgré les assurances précédentes du CIRI, la situation est désormais hors de contrôle, mettant en doute l’engagement déclaré du gouvernement pour placer l’industrie au cœur de ses priorités.

Cet article continue, mais la suite est accessible uniquement pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 960
Economie

« Plan de transport Paris 2024: certitudes »

14 juin 2024
L'équipe de Paris 2024 pour les Jeux Olympiques et Paralympiques a clairement indiqué qu'ils étaient prêts pour les défis majeurs des transports et de la sécurité. Ce sentiment d'assurance a…
example 943
Economie

« Guerre des prix mobile réapparaît »

14 juin 2024
La guerre des prix dans le secteur des télécommunications est de retour. Malgré une hausse de l'inflation en 2022, qui avait permis aux fournisseurs de services mobiles d'augmenter leurs tarifs,…
example 939
Economie

« Pire semaine boursière parisienne en deux ans »

14 juin 2024
Les inquiétudes des investisseurs grandissent en raison de la situation politique défavorable en France, ayant des impacts négatifs sur le CAC 40, l'indice boursier principal de la Bourse de Paris.…
example 911
Economie

Plan rémunération 56 milliards Musk validé

14 juin 2024
Après avoir été annulé par la justice en janvier, le plan de rémunération colossal de Tesla et son CEO, Elon Musk, a finalement reçu l'approbation des actionnaires du fabricant de…