×
google news

« Immobilier américain victime des vendredis »

La Brooklyn Tower, affectueusement baptisée « Sauron » par les résidents locaux en référence au Seigneur des Anneaux, donne des frissons avec son design monolithique en acier noir qui s’élève à 325 mètres et 93 étages dans le ciel. De manière unique, c’est l’unique gratte-ciel de taille géante à New York qui n’est pas à Manhattan, ce qui intimide non seulement les habitants, mais aussi les investisseurs immobiliers. Après le défaut de remboursement d’un investisseur, la tour devrait être mise aux enchères le 10 juin.

Cependant, la Brooklyn Tower n’est pas la seule à être confrontée à des difficultés suite à la crise post-Covid-19. L’immobilier de bureau américain est dans une situation critique. La dernière analyse de Moody’s révèle un taux alarmant de locaux commerciaux inoccupés aux E-U, approchant les 20 % au premier trimestre 2024 – un record qu’on n’ a pas vu depuis plus de trois décennies. C’est une réalité étonnante dans un pays dont l’économie est en pleine expansion, avec près de 303 000 nouveaux postes crées rien qu’en mars.

Cette crise immobilère est en partie due à la hausse des taux d’intérêt impactant les prêts immobiliers et par conséquent, le montant des loyers. Cependant, la cause principale pourrait être attribuée aux emplois en télétravail devenus de plus en plus populaires les vendredis. Selon Kastle, environ 60% des employés fréquentent encore les bureaux dans les dix plus grandes villes américaines, laissant de nombreux bureaux vides. L’immobilier de bureau est devenu, malgré lui, la victime de ces « Vendredi en télétravail ».

Le pourcentage chute à 30% les vendredis (le jour le plus chargé étant le mardi), d’après le businessman Barry Diller. Dans une interview sur CNBC le 4 avril, il a exprimé son étonnement en déclarant que nous nous dirigeons progressivement vers une semaine de travail qui n’inclura pas nécessairement le vendredi, l’idée étant que ce jour-là soit passé à la maison. Il est nécessaire de gérer ce désordre. L’une des méthodes pour ce faire, tout en garantissant que les sociétés en tirent profit, consiste à réduire les espaces de bureau. Cette révolution discrète est en grande partie due à l’absence de chômage et il y a de fortes chances qu’elle s’installe durablement dans la société, et pas uniquement aux États-Unis.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1358
Economie

Grève massive possible dans l’audiovisuel

23 mai 2024
À l'image d'une journée frappée par une grève majeure dans le transport, le weekend risque d'être "sombre" pour les utilisateurs des médias publics audiovisuels. Il se pourrait que Radio France,…
example 1338
Economie

« SNCF propose 95€/jour pour JO 2024 »

22 mai 2024
La SNCF a conclu le mercredi 22 mai les pourparlers sur les primes pour les Jeux olympiques de Paris 2024 qui seront versées aux travailleurs du rail. Le plan prévoit…
example 1335
Economie

Lagardère annonce vente de Paris Match à LVMH

22 mai 2024
Le groupe Lagardère, contrôlé par le groupe Vivendi et le milliardaire Vincent Bolloré, a déclaré le mercredi 22 mai qu'un protocole d'accord préliminaire était en préparation pour vendre le magazine…
example 1331
Economie

L’Europe se met à la conception des engins spatiaux

22 mai 2024
L'Europe cherche à renforcer son indépendance dans l’espace, se basant moins sur les Américains en développant sa propre technologie spatiale. Le sommet spatial européen qui s'est tenu à Bruxelles le…