×
google news

« Nomad », « Bikeriders », « Vice-Versa 2 », « Six Pieds » à l’affiche

La chronique cinématographique de cette semaine invite à l’exploration de l’univers oublié d’un précurseur de la nouvelle vague de Hong Kong, Patrick Tam, quarante ans plus tard, mais aussi à suivre de près l’évolution de l’héroïne de Vice-Versa, Riley, maintenant adolescente aux tourbillons d’émotions, ou encore à immerger dans le milieu des motards de Chicago des années 1960.

À ne surtout pas rater

« Nomad » : véritable ode à la jeunesse hongkongaise de la période des années 1980.

Le film Nomad (1982), réalisé par Patrick Tam, un des pionniers de la nouvelle vague hongkongaise, sortie après plus de quatre décennies, représente une excellente occasion pour comprendre et apprécier son esthétique de rêve, de vagabondage et de lyrisme, imprégné de couleurs vibrantes. À sa sortie, le film a été confronté à la censure en raison de son audace à représenter avec libre expression, les comportements sexuels de la jeunesse hongkongaise de l’époque. Aujourd’hui, restauré en conservant sa structure originale, le film dépeint la romance complexe de quatre jeunes appartenant à différentes strates sociales.

L’expression artistique du film est fascinante par sa subtilité et son caractère imprévu. Il se présente comme un délicat nuancier pop, dévoilant un groupe de quatre jeunes insouciants et joyeux se baladant à travers un décor courant (disquaire, night-clubs, boutiques), décorations d’intérieurs stylisées et des modes flashy des années 1980. Un thème émerge subtilement, sans être prôné haut et fort : l’incertitude culturelle d’une jeunesse prise entre ses racines chinoises et un cadre économique libéral (Hongkong était alors une colonie britannique), exposée aux influences extérieures, ici principalement l’influence montante japonaise. Ma. Mt

Patrick Tam a réalisé un film hongkongais en 1982, mettant en vedette Pat Ha, Kent Tong, Cecilia Yip et Leslie Cheung, qui dure 1 heure et 33 minutes.

Dans un autre film remarquable, « The Bikeriders », Jeff Nichols s’immerge dans la mythologie profonde des gangs et des routes américaines. Construit dans un contexte historique des années 1960, l’histoire tourne autour d’un club midwest connu sous le nom de The Vandals, formé par le leader charismatique Johnny (Tom Hardy) et quelques-uns de ses amis. Parmi les membres notables du club figurent Benny (Austin Butler), un bel énergumène, sa petite amie Kathy (Jodie Comer) et Zipco (Michael Shannon), un géant letton alcoolique et anticommuniste.

Le film s’inspire d’un livre réunissant les photographies de Danny Lyon et semble poursuivre l’intention de figer l’image des bikers. Jeff Nichols tente d’ajouter de la complexité à son œuvre, à la fois à travers une approche narrative originale, qui déploie l’histoire dans le passé à travers une longue conversation entre Danny Lyon (Mike Faist) et Kathy, et par un développement dramaturgique qui fait basculer l’histoire vers la tragédie. Cependant, aucune de ces tentatives ne parvient à élever le film à la hauteur souhaitée.

77,77% du contenu reste non lu, et est accessible uniquement pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 826
Culture

« Sélection Albums: Schmitt, Caldérini, Scott, Cohen, Meryl »

12 juillet 2024
Alain Altinoglu, chef d'orchestre renommé, continue de prouver son affinité pour la musique française à travers son nouveau travail avec Florent Schmitt (1870-1958), compositeur sous-estimé mais incontestablement significatif du début…
example 789
Culture

Plan du ministère pour la ruralité

12 juillet 2024
L'ancienne ministre Rachida Dati avait initialement déclaré lors d'une visite à Nontron, Périgord en janvier, que le ministère de la culture avait besoin de se désenclaver. Elle avait également annoncé…
example 770
Culture

Voyage à Nantes: Ombre et Lumière

11 juillet 2024
À la lumière de nombreuses expositions récentes qui ont placé l'arbre au centre de leur exposition, Nantes a décidé de faire de même dans son propre style pour sa prochaine…