×
google news

« Décès de la cantatrice Jodie Devos »

Après seulement dix ans d’illumination de nos scènes lyriques, la carrière prometteuse de la soprano belge, Jodie Devos, s’est tragiquement terminée. Elle est décédée le 16 juin à Paris suite à un cancer du sein agressif, à l’âge de 35 ans. Avec son visage attrayant, son regard doux et espiègle, cette femme éblouissante possédait une voix claire et scintillante, une virtuosité remarquable et un caractère magnanime. Elle était censée incarner le rôle d’Aminta dans L’Olimpiade de Vivaldi au Théâtre des Champs-Elysées, sous la direction de Jean-Christophe Spinosi, mais elle a dû annuler cet engagement.

On se rappelle de son concert exceptionnel du 23 juin 2022 au Festival de Saint-Denis. En remplacement de sa compatriote, Sophie Karthauser, qui était malade, Jodie Devos a audacieusement porté la vision de Rimbaud dans Les Illuminations de Britten. Dirigée par Alexander Bloch et accompagnée de l’Orchestre national de Lille, sa performance était caractérisée par une beauté prosodique, une musicalité vibrante, une passion intense et une mordant effronté. Elle a superbement géré les nuances de cette musique qui oscille entre caresse et punition, maîtrisant avec brio, tout comme le poète, l’injure et l’extase.

Jodie Devos, née en Wallonie, à Libramont, le 10 octobre 1988, a initié sa passion pour le chant à l’âge de 5 ans en participant à diverses chorales. Elle apprend à danser et se met au piano à 11 ans. C’est à l’adolescence qu’elle découvre l’opéra. Sa formation débute au conservatoire de Ciney, se poursuit à l’Institut royal supérieur de musique et de pédagogie de Namur et se conclut chez Lillian Watson à la Royal Academy de Londres où elle obtient un Master of Art en 2013. Reconnue en 2014 après avoir gagné le deuxième prix et le prix Musiq3 du public du prestigieux concours Reine Elisabeth de Belgique, elle intègre l’Académie de l’Opéra-Comique à Paris. Elle y jouera notamment dans des œuvres comme La Chauve-Souris de Johann Strauss et Les Mousquetaires au couvent de Louis Varney. Finalement, elle incarnera la Reine de la Nuit à Bastille.

Elle a fait ses débuts en tant que Lakmé de Leo Delibes à l’Opéra de Tours en janvier 2017, s’alignant avec l’aura de sa prédécesseur, Natalie Dessay. Toutes deux ont un amour pour le théâtre. En 2019, elle a incarné pour la première fois la Reine de la Nuit sur la scène de l’Opéra-Bastille, où elle avait précédemment joué le rôle d’Yniold dans Pelléas et Mélisande de Debussy. Elle a également fait partie de la production renommée des Indes galantes de Rameau, une version hip-hop dirigée par Clément Cogitore en octobre, sept mois après avoir joué Blonde dans L’Enlèvement au sérail de Mozart à l’Opéra de Monte-Carlo. En juillet de la même année, elle a contribué au 150ème anniversaire des Chorégies d’Orange, en interprétant le rôle du fils du héros dans la rare production de Guillaume Tell de Rossini, dirigée par Jean-Louis Grinda.
Il faut continuer de lire cet article pour en savoir plus. La partie restante est uniquement accessible aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 826
Culture

« Sélection Albums: Schmitt, Caldérini, Scott, Cohen, Meryl »

12 juillet 2024
Alain Altinoglu, chef d'orchestre renommé, continue de prouver son affinité pour la musique française à travers son nouveau travail avec Florent Schmitt (1870-1958), compositeur sous-estimé mais incontestablement significatif du début…
example 789
Culture

Plan du ministère pour la ruralité

12 juillet 2024
L'ancienne ministre Rachida Dati avait initialement déclaré lors d'une visite à Nontron, Périgord en janvier, que le ministère de la culture avait besoin de se désenclaver. Elle avait également annoncé…
example 770
Culture

Voyage à Nantes: Ombre et Lumière

11 juillet 2024
À la lumière de nombreuses expositions récentes qui ont placé l'arbre au centre de leur exposition, Nantes a décidé de faire de même dans son propre style pour sa prochaine…