×
google news

« Richard Gere, l’acteur gentleman, sera présent à Cannes en 2024. »

Richard Gere revient à ses racines champêtres. L’acteur, qui a grandi sur une ferme dans le nord-est des États-Unis, en a récemment acquis une autre dans la même région. Est-ce un hommage à ses ancêtres liés à l’industrie laitière? À Cannes, où il participe à la compétition avec le film « Oh, Canada », réalisé par Paul Schrader, l’aura de Gere est comparable à une divinité bovine, comme un taureau ailé ou un veau d’or. Entre les interviews, on peut l’apercevoir en train de ruminer tranquillement, bel homme malgré ses 74 ans.

La dernière fois qu’il a joué avec Uma Thurman, il avait trente-deux ans de moins. Leur précédent film ensemble, le thriller « Sang chaud pour meurtre de sang-froid », a semblé être oublié par tous, y compris par eux-mêmes. À propos de Thurman, Gere se souvient d’une rencontre à la campagne chez son père, le théologien Robert Thurman, alors en compagnie du Dalaï Lama. « Nous avions dû rentrer en voiture à New York en pleine tempête de neige, ce qui avait causé un chaos routier », se souvient-il.

Selon les observations, les deux comédiens ont développé une amitié solide et visible lors de leurs interviews ensemble. L’actrice utilise une analogie canine pour illustrer les retrouvailles de Richard Gere et Paul Schrader, qui ont renforcé leur notoriété avec le film American Gigolo (1980). Pour elle, Paul et Richard semblent être deux vieux chiens, excités de se retrouver après tant d’années.

« Un rêve fébrile » est la façon dont certains le décrivent. Le réalisateur de 77 ans, caché dans un coin du palace, a l’air d’un bouledogue ayant une expérience de vie intense, y compris une variété sévère de Covid-19 qui l’a presque vaincu. Lorsqu’il a été confronté à la maladie qui emporterait son ami, l’écrivain Russell Banks (1940-2023), Schrader a ressenti le besoin d’adapter l’un de ses derniers romans, « Oh, Canada » (Actes Sud, 2022). Le livre raconte l’histoire d’un cinéaste mourant qui dévoile sa vérité face à l’objectif de ses anciens étudiants. Schrader, dont la femme lutte contre la maladie d’Alzheimer, déplore la rareté des bons acteurs: « Il y en a combien ? Deux, peut-être trois, en forçant. Anthony Hopkins a déjà interprété un vieil homme perdant la tête [dans The Father, 2020]. Jonathan Pryce aussi [dans Une vie, 2023]. Alors, j’ai pensé à notre cher gigolo vieillissant et je l’ai imaginé à l’agonie… »

La suite de l’article est disponible exclusivement pour les abonnés. Ce qui reste à lire correspond à 44,74% de l’article.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 743
Culture

« Max, plate-forme pour public adulte négligé »

11 juin 2024
Vera Peltekian, ayant passé plus d'une décennie chez Canal+ où elle a contribué à l'essor de séries telles que Les Revenants, Engrenages et Les Sauvages, occupe maintenant le poste de…
example 740
Culture

« Leos Carax: Quarante Minutes Essentielles »

11 juin 2024
L'OPINION DU "MONDE" - UN CHEF-D'ŒUVRE Le titre pourrait ressembler à une révolte enfantine, dont nous connaissons tous la valeur. C'est également un art déconcertant de l'inattendu, particulièrement lorsque le…
example 709
Culture

« Quatre séries à voir absolument »

11 juin 2024
Dans ces temps que l'on pourrait qualifier d'incertains, il est fortement conseillé à ceux qui sont à la traîne de rattraper La Fièvre sur Canal+. Pour ceux qui cherchent à…