×
google news

« Les Flammes, une deuxième cérémonie avec une nature plus politique »

Aya Nakamura, la chanteuse, a triomphé lors de la cérémonie des Flammes 2024, un événement qui honore les artistes de la musique populaire comme le rap, R’n’B, afrobeat et le dancehall. Le jeudi 25 avril, au Théâtre du Châtelet à Paris, l’auteure de Djadja a décroché trois récompenses : artiste féminine de l’année, meilleur album pop pour son quatrième opus, DNK et le prix du rayonnement international. En plus des rumeurs qui la présentent comme la potentielle interprète d’Edith Piaf lors de l’ouverture des Jeux Olympiques de 2024, Nakamura a également été au centre de nombreux débats en mars dernier. Lors de la réception de son troisième prix, elle a exprimé sa gratitude envers son public et ceux qui l’ont soutenue : « Je veux vous assurer que tout l’amour que je reçois malgré les controverses et les critiques est apprécié ». En effet, la deuxième édition des Flammes s’est révélée être politiquement chargée, tout comme prévu.

Initialement, la cérémonie des Flammes a été marquée par la performance et la présence d’Aya Nakamura, qui a débuté l’événement par un mix de ses chansons Baby, Beleck, Pookie et Hypé. Ensuite, l’humoriste Waly Dia a prononcé un discours moqueur au sujet de la nouvelle ministre de la culture, Rachida Dati, qui s’était abstenue d’assister à la cérémonie. « Elle n’a pas voulu venir ? A-t-il demandé. Parfait, on l’a suffisamment vue. Les médias rap la sollicitent sans cesse. Il est vrai qu’elle a une certaine légitimité dans la rue, ce qui pourrait aider à lancer une carrière de rappeur gangster ! Elle a appartenu au cartel de Sarkozy, maintenant elle joue dans le jeu de Macron. Il ne faut pas lui faire confiance. On l’a aperçue dans « DVM » [programme de rap sur Twitch], dans « Planete Rap », peut-être qu’elle jouera le rôle du méchant dans la troisième saison de « Validé » [série de Canal+ sur l’industrie du rap] ! »

Dia a ensuite improvisé un rap mettant Dati en lumière, avant d’adresser un avertissement au public : « Il faut comprendre que la majorité des politiciens ne se préoccupent pas de notre culture. Ils la dénigrent ou l’utilisent pour faire passer les rappeurs pour des menaces… Je vous le rappelle, il y a plus de quarante affaires judiciaires en cours dans le gouvernement. La scène du rap compte moins d’individus sous enquête que l’Elysée. Qui sont les véritables méchants ici ? »

Cependant, plusieurs lauréats étaient absents.

La défense d’Aya Nakamura a été mise en avant. Les critiques avançaient « C’est un scandale, elle ne parle pas français. » néanmoins, lorsque Daft Punk a été envisagé, aucune voix ne s’est élevée pour dire « C’est un scandale, ils ne chantent qu’en anglais ». C’était le point d’orgue de la cérémonie, où des problèmes techniques ont surgi et beaucoup d’artistes manquaient à l’appel pour réceptionner leurs prix (Ninho pour la prestation rap de l’année, Kalash pour le morceau caribéen de l’année, Hamza pour l’album Spotify de l’année, SDM pour le morceau de l’année ou Tiakola pour la collaboration de l’année avec l’artiste anglais Dave…). Cet incident a été suivi par plusieurs discours politiques se référant au contexte national et international.

Il reste encore 28,65% de cet article à découvrir. La lecture complète est réservée à nos abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1532
Culture

« Festival Cannes 2024: Sean Baker, Amérique »

26 mai 2024
Auparavant, fraîchement sorti de Tisch, la prestigieuse école d'art de l'Université de New York, Sean Baker portait un regard affectueux sur ceux qui étaient laissés de côté par le rêve…
example 1501
Culture

Rencontres Athlètes-Public aux Jeux Olympiques

25 mai 2024
"Lily Fisher, la gestionnaire du Zénith de Paris, a annoncé un changement de couleur pour l'été. Le lieu se teindra d'orange car il hébergera la délégation néerlandaise pour les Jeux…