×
google news

« Œuvres de prêtres prédateurs embarrassent l’Eglise »

Le 11 mai, la façade sud de la basilique au sanctuaire Notre-Dame d’Aparecida à Sao Paulo, Brésil, récemment ornée, sera inaugurée. Cette cérémonie sera un jour de célébration pour le père Eduardo Catalfo, recteur du plus vaste complexe catholique après le Vatican à Rome, qui utilisera l’événement pour mobiliser les masses et collecter des fonds pour ses grands projets en cours.

Cependant, tous ne partagent pas son excitation. Une pétition a été lancée pour l’abolition de mosaïques signées par le prêtre et artiste, Marko Rupnik, rassemblant plus de cinq mille signatures. Ce nom n’est pas familier pour les habitués des grandes expositions d’art à Bâle (Suisse), Venise (Italie) ou Miami (États-Unis). Cependant, dans le domaine de l’art sacré, Rupnik était une figure remarquable qui a cependant perdu sa notoriété en décembre 2022, lorsque près de quarante femmes l’ont accusé d’emprise et d’agressions sexuelles commises entre 1985 et 2018.

Nonobstant sa disgrâce, les commandes de l’ancien jésuite continuent de s’empiler. Face à la pression croissante de l’opinion publique, l’église se questionne sur la pertinence de maintenir ses décors bibliques, composés de figures expressives et de couleurs vibrant, qui embellissent de nombreux lieux de culte à travers le monde, comme la chapelle privée du Pape au Vatican, qualifiée de « chapelle Sixtine du troisième millénaire » par La Croix en 2008. Faut-il les garder en raison de la présomption d’innocence et des droits d’auteur, ou faut-il les supprimer par respect pour les victimes présumées ?

Pendant une année entière, Monseigneur Jean-Marc Micas, l’évêque du diocèse de Lourdes situé dans les Hautes-Pyrénées, s’est interrogé sur différentes questions. Mgr Micas, qui avait établi un groupe de réflexion constitué de prêtres, psychologues et victimes, n’a pas voulu répondre aux interrogations du journal Le Monde. Cependant, il a annoncé qu’il ferait une déclaration sur le sujet au printemps. En 2008, la basilique Notre-Dame-du-Rosaire de Lourdes avait été embellie par Rupnik.

Connue comme le « Picasso des églises », la cathédrale de Versailles a rapidement pris une décision. En décembre 2023, Rupnik a été retiré de la décoration de la future église Saint-Joseph-le-Bienveillant à Voisins-le-Bretonneux, dans les Yvelines. Le curé de la paroisse, le père Pierre-Hervé Grosjean, a déclaré sans détour que c’était une décision évidente. Il a ajouté qu’il était inconcevable de continuer à travailler avec Marko Rupnik, en tenant compte des victimes présumées ainsi que des paroissiens. En novembre 2023, un nouvel artiste nommé Augustin Frison-Roche a été choisi pour créer non pas des mosaïques, mais des fresques. Le père Grosjean a insisté : il ne fallait rien qui puisse rappeler, de près ou de loin, le style de Rupnik.

Cependant, pour lire le reste de l’article qui est de 74,82%, il faut être abonné.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1385
Culture

Cannes 2024: Crista Alfaiate, Radieuse Saudade

23 mai 2024
SÉLECTION OFFICIELLE - EN LICE Le film s'éclaire enfin lorsque l'on voit apparaître Molly, à mi-chemin de la progression captivante de Grand Tour, une création de Miguel Gomes (en lice…
example 1359
Culture

« Cannes 2024: Comédie Aigre-Douce de Fleifel »

23 mai 2024
"QUINZAINE DES RÉALISATEURS Issu d'une naissance à Dubaï, éduqué dans un camp au Liban, résidant au Danemark, formé en Angleterre et passé par la Cinéfondation de Cannes; le Palestinien Mahdi…