×
google news

Nadia Nadim, la joueuse de football qui a fui le régime des Talibans

La joueuse de football qui a grandi et fui en quête d’un avenir meilleur et la situation qu’elle a vécue il y a 20 ans servent à contextualiser ce qui se passe aujourd’hui en Afghanistan.

Nadia Nadim, la joueuse de football qui a fui le régime des Talibans

L’histoire se répète, le temps semble ne pas avoir passé et la terreur règne dans les rues de la région afghane. Aujourd’hui, le régime taliban a pris le pouvoir après avoir renversé le vice-président Amrullah Saleh, et les mesures mises en place ont entraîné des reculs en termes d’acquis sociaux et économiques.

L’oppression des femmes est l’un des facteurs les plus alarmants et l’application d’interdictions de toutes sortes inquiète le monde entier. Les femmes ne pouvaient pas recevoir d’éducation, quitter leur foyer pour travailler ou sortir sans la compagnie d’un homme.

Le port de la burka de la tête aux pieds est totalement obligatoire, et elles ne peuvent pas être soignées par des médecins masculins, parmi de nombreuses autres restrictions.

Nadia Nadim joue actuellement en tant qu’attaquante pour le Racing Louisville FC de la National Women’s Soccer League, mais son enfance a été une lutte acharnée.

Née à Harat, dans l’ouest de l’Afghanistan, le 2 janvier 1988, son père Rabani Khan était un général de l’armée afghane et une personne connue. Avec sa mère et ses trois sœurs, ils vivaient dans un appartement protégé par une forte sécurité, mais lorsqu’ils sortaient, la protection prenait fin et la peur les guettait.

schermata 2021 08 31 alle 105850

« C’est assez simple, quand vous êtes enfant, ils vous disent : ne franchissez pas cette ligne ou ils vont vous tuer », a-t-il raconté dans une interview accordée à The Players Tribune. En 2000, son père s’est rendu à une réunion et n’est jamais revenu. Le régime taliban l’a enlevé et tué dans le désert.

Sa mère a dû s’occuper d’elle et de ses trois sœurs dans un contexte où le pouvoir était entre les mains d’un gouvernement qui opprimait les femmes. C’est alors qu’elle a décidé d’émigrer vers une autre région. Elle a vendu sa maison, ses bijoux, rassemblé le plus d’argent possible et engagé un trafiquant d’êtres humains pour s’occuper de son transport et de celui de ses filles jusqu’à Londres.

Nadia avait 12 ans lorsqu’elle a commencé le voyage avec de faux passeports. Elles sont arrivées en Italie et sont montées dans un camion qui était censé les déposer près de l’emblématique tour de l’horloge « Big Ben », mais il ne l’a pas fait. Le déménagement se termine au Danemark.

Après un court séjour dans une petite ville appelée Randers, ils ont été transférés dans un camp de réfugiés. Pendant sept mois, ils ont vécu dans l’incertitude et la peur de l’expulsion.

C’est ainsi qu’elle a commencé sa vie loin de l’Afghanistan. Dans une interview accordée à The Players Tribune, elle explique : « Certaines personnes demandent pourquoi les réfugiés vont dans leur pays, mais personne ne quitterait sa maison, ses amis, ses proches, volontairement pour aller dans un endroit où il ne sera probablement pas accepté. Qui ferait cela volontairement ? Personne. Ils y sont forcés. Certains fuient même la guerre. »

Au Danemark, elle a commencé à jouer au football, mais ne s’est jamais vraiment sentie à l’aise. Ses coéquipiers la regardaient de haut et son entraîneur lui demandait d’être plus semblable aux autres joueurs.

schermata 2021 08 31 alle 105334

Elle a fini par représenter les États-Unis et a joué pour le Sky Blues FC, le Portland Thorns, puis Manchester City en Angleterre, le PSG en France et porte actuellement les couleurs du Racing Louisville.

L’attaquant, qui, en 2020, a marqué sept buts lors d’un match du PSG contre le GSPSO 92 Issy, a posté sur les réseaux sociaux divers messages de soutien à son pays et fait partie de la Womans Cup, qui collecte actuellement des fonds pour l’Afghanistan.

schermata 2021 08 31 alle 105742

Lorsqu’il explique pourquoi il a choisi de raconter son histoire, il dit qu’il ne se reconnaît pas dans l’idée que les athlètes ne peuvent pas s’exprimer sur ce type de causes et souligne l’importance d’apporter une contribution pour construire un avenir meilleur.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media