×
google news

« Législatives 2024: Boulogne-sur-Mer contre Macron »

« Macron, c’est fini ! Je ne suis pas sûr de notre destination, mais on s’y dirige. » Affirme Jean-Marie Baheu, petit armateur au visage épuisé, mais à la voix assurée. Pour lui, la victoire de Jordan Bardella lors des élections européennes et le courant imminent du Rassemblement National (RN) aux législatives n’est pas surprenante. Sa belle demeure en pierre, posée à la limite d’un bourg sur la Côte d’Opale (Pas-de-Calais), l’intérieur chaleureux habillé de bois clair, ainsi que son labrador de couleur chocolat calmement allongé à l’entrée, démentent une réalité moins paisible. « C’était prévisible, la faute revient à Macron. Tout comme aux autres politiciens qui nous ont fait tant de promesses sans rien accomplir, » se plaint le pêcheur dont le bateau n’a pas pu quitter le port, suite à un incendie criminel.

Interrogé sur ses griefs, la liste est longue : D’abord, le sentiment d’être abandonné face à son désastre professionnel, l’assurance n’a remboursé que les dégâts physiques. « Je n’ai reçu aucune assistance, même pas un geste de solidarité, » confie Baheu. Il y a également « tout ce qui se passe dans La Manche » : l’inéquité des quotas de pêche de plus en plus réduits, les zones marines protégées « imposées sans concertation par les écologistes », les éoliennes qui fleurissent sur la Côte d’Opale, la pêche au filet accusée de ravager les fonds marins. Comme beaucoup de ses confrères à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), Jean-Marie Baheu se sent persécuté dans sa profession. Alors, lorsque les votes promis au RN sont mentionnés, on perçoit chez l’homme dans la cinquantaine une sortir de joie impulsive à peine contenue.

Donnez un coup de pouce pour enfin faire bouger les choses, terminer avec cette succession de gouvernements qui semblent indifférents aux exigences des classes laborieuses, donner une leçon à ces hauts dirigeants arrogants, perçus comme déconnectés de leur ministère. La frustration, voire la répulsion, sont immédiatement évoquées pour justifier le ras-le-bol exprimé lors de vote. « Je n’ai plus aucune attente. Ça fait trente ans que ça oscille entre la droite et la gauche, si on en est là aujourd’hui, c’est leur faute. Qu’ont-ils accompli pour les gens comme nous ? », s’interroge Daniel Delattre, un retraité, attablé au café Le Bras d’Or, situé sur la place de la mairie à Outreau (Pas-de-Calais), à quelques kilomètres de là.

Le thème du ‘trop-plein’

Portant un t-shirt noir et blanc à l’effigie de Che Guevara, cet ancien chauffeur de camion, membre du syndicat CGT, se passionne en se vantant fièrement d’avoir pris part à 123 protestations des ‘gilets jaunes’. « J’ai adoré ça, c’était plus excitant qu’un mariage ! », déclare-t-il. Appuyé contre le mur orné d’une dizaine de portraits de Johnny Hallyday, ce grand gaillard continue : « Je suis un révolutionnaire, je veux un changement ! Je veux qu’on rétablisse l’ordre dans le pays et qu’on cesse d’aider les étrangers. »

Il reste 67.12% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1548
Politique

Tubiana renonce candidature Premier Ministre

23 juillet 2024
Laurence Tubiana a reconnu l'existence de divergences au sein du Nouveau Front Populaire (NFP) et s'est retirée de la course au poste de Premier ministre dans une lettre publiée sur…
example 1531
Politique

Tubiana refuse poste première ministre NFP

22 juillet 2024
C'est un autre coup dur pour le Nouveau Front Populaire (NFP), qui arrive au pire moment alors que des discussions, qui avaient été suspendues une semaine, ont repris le week-end…