×
google news

« Médias Bolloré orchestrent alliance RN-droite 2024 »

C’est un dimanche après-midi, le 9 juin. Pascal Praud, qui présupposait sans doute que rien ne changerait suite au triomphe du Rassemblement national aux élections européennes, apprend que le Président Emmanuel Macron prévoit de dissoudre l’Assemblée nationale. Il a bavardé brièvement avec le conseiller Bruno Roger-Petit du Palais de l’Élysée, énigmatique, puis l’ex-sarkozyste Pierre Charon. Avant même le Premier Ministre, Gabriel Attal, et presque tous les ministres, le principal animateur de CNews, un média considéré comme conservateur, devine que « la dissolution a été décidée ». Ce qu’il n’a ni déclaré sur l’antenne, ni partagé sur Twitter, il s’en félicite le jour suivant.

Vincent Bolloré a placé tous ses médias, de CNews à Paris Match, au service d’un pacte entre le Rassemblement national (RN) et Les Républicains (LR). Ces dernières semaines, il a utilisé son empire médiatique pour fixer le rythme et les sujets de la campagne législative qui débute. Le Monde a rapporté que le 10 juin, le dirigeant de LR avait été invité chez Bolloré pour planifier son adhésion au RN. Vincent Bolloré et Eric Ciotti partagent régulièrement un repas, et Bolloré est devenu une figure médiatique influente, à l’instar du patron de Fox News, Roger Ailes, en 2016 aux États-Unis. Pour rejoindre le parti politique à droite, Eric Ciotti a dû obtenir l’approbation de Bolloré, plutôt que celle de Nicolas Sarkozy qui, apparemment, n’a pas été informé.

Lors du démarrage de la campagne, Laurence Ferrari, qui prendra la direction du nouvel hebdomadaire JDNews en septembre, exprime sa consternation sur CNews concernant le « drame psychologique » qui a éclaté dans le haut commandement des Républicains suite à l’annonce de cette alliance. En effet, le Rassemblement national a reçu 31,4% des suffrages le dimanche. Pascal Praud, également sur CNews, commence son programme « Heure des pros » en soulignant qu’Eric Ciotti a pris en compte l’opinion de ses partisans, un événement rare pour un leader politique. Il critique les hauts responsables des Républicains qui ont refusé de s’allier avec le RN, affirmant que cela prouve que la droite française, déconnectée des réalités du terrain et sans vision pour l’avenir, est la plus stupide au monde et ne comprend décidément pas ses électeurs. Il propose au passage un nom pour cette alliance – « Le programme commun de la droite », en opposition au Nouveau Front populaire de la gauche.
Seulement 75,36% de l’article reste à lire. L’accès à la suite est exclusivement réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1020
Politique

Cour des comptes avertit gouvernement futur

15 juillet 2024
L'administration sortante est réprimandée et une alerte est donnée à celle qui prendra la relève, selon un rapport publié le lundi 15 juillet par la Cour des Comptes. Ce rapport…