×
google news

« Delga: Mélenchon ne sera pas premier ministre »

Durant une longue période, Carole Delga, la leader socialiste de la région Occitanie, s’est en opposition avec La France Insoumise (LFI), surtout pendant les élections législatives de 2022, quand elle a appuyé des candidats dissidents de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) dans sa région. Cela a généré des tensions avec le chef du Parti socialiste, Olivier Faure. Toutefois, face à l’éventuel succès de l’extrême droite lors des élections législatives anticipées du 30 juin et du 7 juillet, elle soutient maintenant le Nouveau Front populaire.

Une approbation a été donnée pour le Nouveau Front populaire par 95% du conseil national du Parti socialiste. Comment est-ce qu’une telle unanimité a-t-elle vu le jour, alors qu’il semblait y avoir des divergences irréconciliables entre LFI et le PS quelques jours auparavant ?

Nous devons tirer des leçons de l’histoire : il ne faut pas laisser l’extrême droite prendre le contrôle du pays. La gauche doit rester unie et portée un programme qui satisfait les inquiétudes des Français. Il faut créer, comme le suggère Antoine Malamoud, l’arrière-petit-fils de Léon Blum, une solidarité d’action pour enrayer le cycle de désespoir et de colère provoqué par la décision d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale. Il est aussi primordial de contrer la tendance promue par le président de la République qui offre des victoires idéologiques à l’extrême droite, notamment avec la loi sur l’immigration. Dans les quinze prochains jours, montrons au peuple français que nous comprenons ses craintes, son sentiment d’être abandonné et que nous avons des solutions responsables. C’est ma principale préoccupation.

Je n’adresse pas mes paroles à Emmanuel Macron, mais directement à vous, Français. Regardant droit dans vos yeux, je vous demande de nous faire confiance. Nous avons construit un projet robuste qui répond à vos préoccupations. Celui-ci protégera votre pouvoir d’achat, transformera l’école pour qu’elle redevienne une institution d’émancipation, reconstruira l’hôpital public et portera un projet pour la sécurité, en raison de l’inquiétude croissante sur la violence dans notre société. Il repensera notre modèle de développement vers plus d’autonomie industrielle, et conduira une transformation écologique pour le peuple.

De l’autre côté, le programme du RN (Rassemblement national) est catastrophique. L’extrême droite met en danger la stabilité économique nécessaire pour stimuler la croissance. Elle pose une menace pour l’éducation, la culture, la liberté d’expression et la coexistence pacifique. En plus, si elle arrive au pouvoir, elle perturberait l’équilibre géopolitique et renforcerait encore plus Vladimir Poutine, ce qui affaiblirait l’Europe. Au final, le clan Le Pen nous promet un démantèlement de la République. En revanche, nous avons un programme financé qui rétablit une équité fiscale et sociale, en instaurant une taxe sur les super-profits et en rétablissant l’ISF (Impôt sur la Fortune).

Il vous reste 51,4% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 993
Politique

« NFP désaccord sur candidature Bello Matignon »

15 juillet 2024
Découvrez tous nos articles sur les élections législatives en cliquant ici. Pour les résultats à travers tout le pays, faites un tour sur notre moteur de recherche ou consultez notre…
example 982
Politique

Bello refuse offre première ministre gauche

14 juillet 2024
Après deux jours de conjectures qui ont accentué les divisions parmi la gauche, la présidente de La Réunion, Huguette Bello, a refusé le dimanche 14 juillet l'offre de devenir la…