×
google news

« Législatives 2024: Purge fragilise Nouveau Front Populaire »

La récente stratégie d’unification de la gauche, qui avait prouvé son efficacité étonnante grâce à un accord conclu en à peine quatre jours le 14 juin, impliquant des figures allant de François Hollande au Nouveau Parti anticapitaliste, a très vite rencontré ses premières difficultés. Les divisions au sein du Récent Front Populaire, une alliance des partis de gauche préparés pour les élections législatives, n’ont pas surgi entre ses membres (notamment La France insoumise, le Parti socialiste, le Parti communiste français, et Europe Ecologie-Les Verts), mais plutôt au sein d’un d’entre eux, ce qui a indéniablement affaibli toute la structure.

Des personnalités clé de La France insoumise (LFI), perçues comme des rebelles, (Alexis Corbière, Raquel Garrido, Hendrik Davi, Danielle Simonnet, Frédéric Mathieu) n’ont effectivement pas été soutenues. À l’inverse, Adrien Quatennens, une figure contestée de la gauche en raison de sa condamnation pour violences conjugales mais fidèle parmi les loyalistes de Jean-Luc Mélenchon, est bien en course.

L’échec de soutien aux membres actifs a immédiatement consterné de nombreux sympathisants, mettant en relief les faiblesses de cette coalition de gauche. Plusieurs ont exprimé leur incredulité face à une décision perçue comme inexplicable. Pour Clémentine Autain, c’est un véritable « épuration ». François Ruffin, quant à lui, évoque une « absurdité » et du « sectarisme ». Pourtant, ces deux derniers, bien que rebelles, ont obtenu le soutien.

Un « règlement de comptes mesquin » en est la conséquence directe.

Dans son publication sur X, François Ruffin fait clairement comprendre qu’il ne tombe pas dans le piège de la procédure : « Je ne vous ai pas sollicité pour une nomination, ni cherché votre approbation. Je n’ai pas succombé à l’influence de votre ignorance, de votre fanatisme. Vous choisissez un homme violent envers sa femme, coupable de violences conjugales, sur des collègues qui ont l’audace de ne pas être d’accord avec le leader. Notre démocratie mérite plus que vous. »
En d’autres termes, l’éjection sélective de certains membres du parti et non d’autres serait une tactique, bien que basique, efficace de la part des dirigeants du LFI pour creuser un vide au sein des rebelles qui avaient gagné une certaine influence dans la structure du Nouveau Front Populaire. En effet, à partir de 2022, ceux qui ont été exclus du mouvement ont commencé à se parler, à se rencontrer et à échanger avec d’autres forces de gauche. Ce n’est pas un hasard que c’est François Ruffin qui, le 9 juin, fut le premier à proposer l’idée d’un « front populaire ». Il travaille sur ce concept depuis plusieurs années : ne faisait-il pas déjà le plaidoyer en 2019 pour un « front populaire écologique et social » entre les « rouges et verts » ?
Pour lire le reste de cet article, 57,18% précisément, vous devez être abonné.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1613
Politique

Association maires critique finances locales

24 juillet 2024
Dans le sillage d'un rapport de la Cour des comptes, l'Association des maires de France (AMF) a fait part de ses préoccupations concernant le rôle de l'État dans la détérioration…
example 1604
Politique

« Macron nommera Premier Ministre mi-août »

24 juillet 2024
La coalition de gauche, le Nouveau Front Populaire, a annoncé mardi à 19 heures, Lucie Castets, économiste et directrice des finances de la Mairie de Paris, comme leur candidate au…