×
google news

Polémique Mexicaine: Omar Garcia, Super Policier

C’était une nomination anticipée, étant donné l’urgence du problème de sécurité au Mexique. Claudia Sheinbaum, élue présidente le 2 juin, a choisi Omar Garcia Harfuch, son ancien responsable de la sécurité lorsqu’elle était maire de Mexico (2018-2023), comme ministre de la sécurité publique.

L’annonce de sa nomination le 4 juillet n’a surpris personne. La prochaine présidente de gauche, qui remplacera Andrés Manuel Lopez Obrador le 1er octobre, avait déjà présenté M. Garcia Harfuch comme son conseiller en sécurité pendant sa campagne. Elle a souvent souligné ses réussites à Mexico, où les meurtres ont diminué de moitié et les infractions de 60 % lors de son mandat.

Pour certains, comme l’expert et consultant en sécurité mexicaine David Saucedo, sa nomination est une bonne nouvelle : « Il a les qualifications et l’expérience nécessaires pour ce rôle, il a toute la confiance de la présidente et son choix a été certainement avalisé par les États-Unis, qui collaborent avec le Mexique sur cette question.”

Même l’opposition a tacitement approuvé sa nomination. Le policier de 42 ans a une forte popularité depuis qu’il a été blessé lors d’un attentat en juin 2020, qui a causé la mort de trois personnes et a été attribué au Cartel de Jalisco Nouvelle Génération, l’un des groupes de narcotraficants les plus dangereux du Mexique. « Pour la population, cela signifie qu’il lutte contre les cartels et il a effectivement combattu plusieurs organisations criminelles à Mexico », ajoute Daniel Saucedo.

« Il a été formé à la dure », conclut-il.

On remet en question le choix de cet individu, souvent décrit comme un « super policier », suite à des découvertes récentes sur son passé familial troublant. L’ombre de son père, Javier Garcia Paniagua, continue de planer sur lui, car il était à la tête de la redoutable Direction Fédérale de la Sécurité, un organe de répression actif durant la période sombre connue sous le nom de « guerre sale » dans les années 70.

En outre, il est le petit-fils de Marcelino Garcia Barragan, anciennement secrétaire à la Défense Nationale sous le gouvernement de Gustavo Diaz Ordaz (1964-1970), et qui est souvent tenu pour responsable du massacre de Tlatelolco qui a eu lieu le 2 octobre 1968, où plus de 300 étudiants ont tragiquement perdu la vie.

« Certainement, il n’est pas à blâmer pour l’histoire familiale », souligne Guadalupe Correa-Cabrera, une chercheuse de l’Université George Mason aux États-Unis avec une expertise dans le crime organisé. « Cependant, le problème réside dans le fait que ni lui ni Claudia Sheinbaum n’ont jamais condamné les actes de ces hommes, qui sont synonymes des violences les plus graves contre les droits de l’homme dans notre histoire récente. »

Ce texte complet n’est disponible qu’aux abonnés, avec encore 51,47% de l’article à consulter.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1270
Actualité

Hunter Biden demande l’arrêt des poursuites

19 juillet 2024
Comme cela fut le cas pour Donald Trump, le fils du Président américain, Hunter Biden, poursuivi dans deux affaires différentes pour possession illégale d'armes à feu et évasion fiscale, a…
example 1269
Actualité

Train déraille en Inde: 2 morts, 35 blessés

19 juillet 2024
Le jeudi 18 juillet, un incident tragique s'est produit dans l'état de l'Uttar Pradesh en Inde du nord, quand un train de voyageurs a été victime d'un déraillement. D'après les…