×
google news

Japon et Cambodge aideront au déminage Ukraine

En faisant partie de cette diffusion en direct, nous avons : Jacky Goldberg, Glenn Cloarec, Fatoumata Sillah, Cécile Bouanchaud et Mossane Faye. Parcourez tous nos articles, nos analyses approfondies et nos reportages sur le conflit en Ukraine. Les déchiffrements, analyses et comptes rendus du « Monde ».
À Lviv, on rencontre des recruteurs pour l’armée ukrainienne et on voit que « là où ils passent, les rues deviennent désertes ».
« Il semble que les Ukrainiens soient arrivés à ce point où, épuisés par un sprint, ils réalisent qu’en effet, ils sont en train de courir un marathon : cette guerre va durer longtemps »
L’ancien ministre russe de la Défense et le chef d’état-major sont également poursuivis par la Cour pénale internationale.
Élections législatives 2024 : l’Ukraine en guerre, oubliée pendant la campagne ?
La restructuration délicate de la dette ukrainienne est aussi à considérer.
Nous répondons à vos interrogations les plus courantes. Comment Moscou et Kiev tirent-ils parti des drones?
Ces derniers mois, une guerre des drones sans précédent a éclaté entre la Russie et l’Ukraine. Selon un rapport publié en mai 2023 par un think tank britannique spécialisé en défense, les Ukrainiens perdent environ 10 000 drones chaque mois sur le champ de bataille, soit plus de 300 par jour. En comparaison, l’armée française compte à peine plus de 3 000 drones dans son arsenal.
Les Ukrainiens et les Russes utilisent principalement de petits Véhicules Aériens Sans Pilote (UAV en anglais) d’origine civile, bon marché et largement disponibles. Ils sont utilisés pour surveiller le champ de bataille et pour guider les troupes ou les frappes d’artillerie; certains sont même adaptés pour transporter de petites charges explosives qui sont ensuite larguées sur les tranchées ou les véhicules blindés.

Bien qu’ils soient moins courants, les drones kamikazes sont en fait considérablement importants. Equipés d’explosifs, ces véhicules aériens sans pilote sont envoyés au-dessus des lignes de front sans qu’une destination finale ne leur soit attribuée. Lancaster-3, un drone russe, ainsi que le Shahed-136, un drone iranien, sont utilisés par Moscou. Cependant, malgré le fait que l’Ukraine ne possède pas une armada de navires de guerre, ils défient audacieusement l’ennemi avec des drones maritimes, des kayaks miniatures chargés d’explosifs et contrôlés à distance (jusqu’à 450 kilos de TNT).

Pour démontrer l’importance des drones dans leurs opérations miliaires, les Ukrainiens et les Russes se sont adaptés de manière à répondre aux besoins de leurs troupes en cas de conflits prolongés en masse achètant des drones civils et en développant même leurs propres capacités de production. Bien qu’elle ait été balbutiante au démarrage de la guerre du Donbass il y a dix ans, l’industrie ukrainienne a connu une véritable montée en puissance depuis lors. Fin août, le ministre ukrainien de la transformation numérique a annoncé la mise au point d’une copie du drone russe Lancet, qui serait prochainement lancée sous le nom de Peroun, une divinité slave de la foudre et du tonnerre.

En raison des sanctions occidentales, qui restreignent son accès aux composants électroniques, la Russie est plus à la peine pour avancer. Cependant, les services de renseignements américains ont révélé que Moscou aurait commencé à construire une usine dans la zone économique spéciale d’Alabouga pour fabriquer des drones kamikazes de conception iranienne, comme le Shahed-136.

Au sujet des réserves de missiles russes, nous avons peu d’informations fiables. Il est extrêmement difficile, sinon impossible, de déterminer la quantité exacte de missiles dont dispose l’armée russe. Les services de renseignements ukrainiens publient régulièrement des informations à ce sujet, mais ces informations sont souvent sujettes à caution.

D’après les propos d’Andri Ioussov, le porte-parole de la GUR, cité par Liga.net, l’armée russe possédait environ 2 300 missiles balistiques ou de croisière avant le déclenchement de la guerre, et plus de 900 restaient en début d’année. Ces chiffres s’additionnent à, selon lui, une dizaine de milliers de missiles antiaériens S-300 avec une portée approximative de 120 kilomètres, ainsi qu’un large arsenal de missiles S-400, une version plus moderne avec une portée triplée. En août, Vadym Skibitsky, le deuxième en commandement de la GUR, estimait le nombre de missiles ayant plus de 500 kilomètres de portée à 585.

Au sujet de la capacité de production de la Russie, elle aurait augmenté pour atteindre une centaine de missiles balistiques ou de croisière par mois, selon de multiples experts. En octobre, la GUR estimait cette production à 115 unités.

La Russie a aussi, apparemment, acheté des missiles à courte portée en Iran et en Corée du Nord, et continuerait de le faire. L’agence Reuters, citant plusieurs sources iraniennes, indique que 400 missiles iraniens Fateh-110 (avec une portée de 300 à 700 kilomètres) ont été livrés depuis janvier, lorsque l’accord aurait été signé. Le nombre exact de missiles nord-coréens obtenus par la Russie reste inconnu, mais 24 auraient été lancés en Ukraine entre le 30 décembre 2023 et le 7 février 2024, selon les déclarations du procureur général, Andriy Kostin. Sur la base des débris et des trajectoires analysés, il semblerait que ces missiles soient du modèle KN-23 ou KN-24 et auraient une portée d’environ 400 kilomètres.

En outre, que deviennent les avions de combat F-16 ?

Répondant à une requête à long terme du président ukrainien, les États-Unis ont accepté en août 2023 de transférer des avions de combat F-16 à l’Ukraine. Bien qu’une flotte potentielle de plus de 300 F-16 existe dans neuf pays européens – tels que la Belgique, le Danemark, la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal, entre autres – tous ces pays ne sont pas capables de céder ces avions immédiatement.

Volodymyr Zelensky a mentionné un total de 42 F-16 assurés par ses alliés occidentaux à Kiev, mais ce chiffre n’a pas été vérifié. Le Danemark a promis d’en fournir 19. Les 6 premiers ne seraient pas livrés avant la fin de 2023, suivis de 8 autres en 2024 et 5 autres en 2025, selon le Premier ministre danois, Mette Frederiksen. Les Pays-Bas ont également promis des F-16 et disposent de 42 unités, mais n’ont pas précisé combien ils prévoyaient d’en donner.

De plus, les pilotes ukrainiens doivent être formés à l’utilisation de ces avions de combat américains. Onze pays alliés à Kiev se sont engagés à assurer la formation des pilotes. L’OTAN a prévu que les soldats ukrainiens seraient capables d’utiliser ces avions pour le combat au début de 2024, tandis que d’autres experts prédisent plutôt l’été de cette même année.

Quelle aide militaire est apportée par ses alliés à Kiev ?

Selon le dernier rapport publié par l’Institut Kiel en février 2024, on remarque un ralentissement du support occidental envers Kiev, deux ans après le déclenchement de la guerre à grande échelle. Une baisse des aides nouvellement engagées est observée entre août 2023 et janvier 2024, par rapport à la même période l’année précédente. Le Sénat américain semble avoir du mal à approuver des aides supplémentaires, tandis que l’Union européenne (UE) a rencontré des difficultés lors de l’adoption d’une aide de 50 milliards le 1er février 2024, suite au blocage de la Hongrie. Ces deux paquets d’aide ne sont pas inclus dans le récapitulatif de l’Institut Kiel qui s’arrête en janvier 2024.

Les données provenant de l’institut allemand révèlent une réduction du nombre de donateurs qui se regroupent principalement autour d’un ensemble de pays : les Etats-Unis, l’Allemagne et les pays de l’Europe du nord et de l’est, qui proposent à la fois un soutien financier important et des armes de pointe. Depuis février 2022, ces pays se sont engagés à soutenir Kiev à hauteur d’au moins 276 milliards d’euros sur le plan militaire, financier et humanitaire.

Les pays les plus prospères ont été les plus généreux en termes de donation. Avec plus de 75 milliards d’euros d’aide annoncée, dont 46.3 milliards pour l’aide militaire, les Etats-Unis sont en tête. Les pays de l’UE ont annoncé des aides bilatérales (64.86 milliards d’euros) et des aides conjointes provenant des fonds de l’UE (93.25 milliards d’euros), soit un total de 158.1 milliards d’euros.

En comparant les contributions des pays donateurs par rapport à leur Produit Intérieur Brut (PIB), le classement des pays est différent. En ce qui concerne leur PIB, les États-Unis se situent à la vingtième place (0,32 % de leur PIB), bien en dessous de pays limitrophes à l’Ukraine ou d’anciens territoires soviétiques. L’Estonie est en tête du classement en ayant contribué 3,55 % de son PIB, suivi par le Danemark (2,41 %) et la Norvège (1,72 %). La Lituanie (1,54 %) et la Lettonie (1,15 %) complètent le top 5. Les trois états baltes, partageant tous une frontière avec la Russie ou son alliée la Biélorussie, se comptent parmi les pays donateurs les plus généreux depuis l’initiation du conflit.
Quant au classement en termes de pourcentage du PIB, la France se trouve en vingt-septième position, ayant contribué 0,07 % de son PIB, juste après la Grèce (0,09 %). L’assistance de la France a diminué de manière continue depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie; la France se classait vingt-quatrième en avril 2023, et treizième à l’été 2022.
Que savons-nous des tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne ?

Depuis un certain temps, l’Ukraine et la Pologne entretiennent des relations tendues, essentiellement due à la question du transit de céréales ukrainiennes. Au printemps 2022, l’Union européenne avait créé des « passages solidaires » pour aider l’Ukraine à exporter ses produits agricoles vers l’Afrique et le Moyen-Orient, sans frais de douane. Toutefois, la Fondation Farm, un groupe de réflexion dédié aux problématiques agricoles mondiales, a noté que presque la moitié des céréales ukrainiennes passent par ou finissent leur voyage au sein de l’UE. Ceci a posé problème vu que le prix de ces céréales est nettement inférieur à celui du blé produit en UE, en particulier dans les pays d’Europe centrale.

C’est dans cette optique que la Pologne, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et la Slovaquie ont décidé de stopper leurs importations de ces céréales en avril 2023. Ils soutenaient que l’arrivée de ces céréales perturbait leur marché local et impactait négativement les revenus de leurs agriculteurs. Bruxelles avait validé cette initiative sous condition que cela n’entrave pas le transit vers d’autres nations et qu’elle ne dure que quatre mois. Cependant, affirmant que le problème de base n’a pas été résolu, Varsovie a choisi de maintenir sa frontière fermée aux céréales ukrainiennes à la fin de l’été. Pour Bruxelles, cette interdiction n’avait plus lieu d’être, étant donné que leurs analyses indiquaient qu’il n’y avait plus de déséquilibre sur les marchés nationaux des céréales.

Les exploitants agricoles de Pologne ont mis en place un blocus le long de la frontière polono-ukrainienne pour barrer l’entrée des camions ukrainiens dans leur pays. Ils ont appelé à un embargo total sur les produits agricoles et alimentaires en provenance d’Ukraine. Ils se plaignent de l’augmentation drastique de leurs coûts de production alors que leurs silos et magasins sont pleins et que les prix sont à un niveau record. Au début de 2024, le président ukrainien a exprimé son sentiment que le blocus de la frontière polonaise était un signe de la perte de solidarité avec son pays, et a demandé des discussions avec la Pologne. Il a également prétendu que seule la Russie se réjouissait de ces tensions et a critiqué l’émergence de slogans ouvertement favorables à Poutine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1011
Actualité

« Élection présidentielle rwandaise courue d’avance »

15 juillet 2024
Évaluer les possibilités de réussite d'un candidat à partir de la foule présente à ses réunions électorales comprend généralement une importante zone d'incertitude. Mais au Rwanda, avant les élections présidentielles…
example 1009
Actualité

« Guerre en Ukraine: Dernières Informations »

15 juillet 2024
Consultez tous nos écrits, études et reportages sur le conflit ukrainien. Nos documentaires, examens et interprétations sont présentés par « Le Monde ». Le Prix Nobel appelle : « Nous…