×
google news

« Après l’ouragan Beryl, appels pour justice climatique »

Continuant son trajet destructeur du sud-est vers le nord-ouest, l’ouragan Beryl a marque sa présence dans l’Atlantique nord-ouest. Ce samedi 6 juillet, il a été réduit à une tempête tropicale et est actuellement localisé dans le golfe du Mexique, se dirigeant vers le Texas où il pourrait arriver lundi. Cependant, son passage dans la mer des Caraïbes a déjà laissé un sillage de deuil et de désolation.

Il a d’abord ravagé l’archipel idyllique des Grenadines le lundi 1er juillet, infligeant ensuite des dommages considérables à la Jamaïque et aux îles Caïmans mercredi et jeudi. Ce cyclone inhabituellement précoce et fort a légèrement diminué en intensité avant de frapper la péninsule mexicaine du Yucatan.

Beryl a provoqué des vents allant jusqu’à 175 kilomètres par heure dans la région de Cancun avant d’atteindre le golfe du Mexique vendredi soir. Il y a eu onze victimes au Venezuela, à Grenade, à Saint-Vincent-et-les-Grenadines ainsi qu’à la Jamaïque, et plusieurs personnes sont toujours portées disparues. « L’île a été totalement dévastée ».

Tandis que les nations caribéennes commencent à peine à se remettre de leurs blessures, de nombreuses personnes dans la région dénoncent ce qu’ils considèrent comme une profonde inéquité. « Il n’y a pas de justice environnementale dans le monde actuel. Nous, les habitants des Caraïbes, ne sommes pas les coupables du réchauffement global, mais nous subissons les impacts de front”, a exprimé avec regret Ralph Gonsalves, le Premier Ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, pendant une interview sur la chaîne Sky News ce mercredi. Critiquant les « discours apaisants » tenus lors des sommets internationaux sur le climat, ce dirigeant du parti travailliste appelle la planète à « atteindre le ‘zéro émission nette’ dès que possible » et demande des « réformes dans l’architecture de la politique économique » à l’échelle mondiale.

D’autres dirigeants de la région partagent le point de vue de M. Gonsalves. « Les pays à l’origine de ce problème et de son aggravation restent inactifs », à critiqué mardi Dickon Mitchell, le premier ministre de Grenade, lors d’une conférence de presse, soulignant que les îles caribéennes subissent des « dommages et pertes significatifs » dus aux tempêtes cycloniques et sont obligées de « s’endetter pour la reconstruction, année après année ».

Beryl a laissé un paysage de désolation dans ces deux petites îles-nations. Les dommages ont été dévastateurs à Carriacou, une petite île de Grenade qui compte 6 000 résidents. D’après les premiers rapports gouvernementaux, des vents atteignant jusqu’à 240 kilomètres par heure ont ravagé ou endommagé presque tous les bâtiments de l’île, soit environ 98%. Simon Springett, qui coordonne les actions des Nations Unies à la Barbade et dans les Caraïbes orientales, a exprimé son désarroi lors d’une conférence vidéo vendredi, déclarant que l’île a été entièrement dévastée. Seuls les abonnés peuvent lire le reste de l’article, qui constitue 46.58% du texte total.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1082
Actualité

Risques de baignade en eau non autorisée

16 juillet 2024
La question se pose de savoir si le débit et la qualité des eaux de la Seine seront suffisants pour permettre aux athlètes de nager pendant les Jeux olympiques et…