×
google news

« Saïd Jalili, Candidat Inflexible Présidentielle Iranienne »

Pourrait-il, cette fois-ci, obtenir l’approbation des électeurs et du Guide Suprême, Ali Khamenei ? Qualifié de « taliban » par les supporters de Masoud Pezeshkian, son concurrent actuel, Saïd Jalili a atteint le deuxième tour de l’élection présidentielle avec 38,6% des votes, soit une différence de quatre points et un million de votes par rapport au candidat modéré, qu’il espère surmonter grâce à la redistribution des votes de Mohammad Bagher Ghalibaf, le représentant de la majorité parlementaire conservatrice, longtemps vu comme le favori du scrutin, mais disqualifié au rang initial.

Il n’est pas certain que Saïd Jalili, un homme religieux et discret qui prône des positions strictes et idéologiques, soit unanimement accepté, y compris parmi ses électeurs. Saïd Jalili a déjà participé, sans succès, aux élections présidentielles de 2013 et 2021, en obtenant 11,36% des votes en 2013 et en se retirant de la compétition à la dernière minute en faveur de l’ancien président Ebrahim Raïssi en 2021. Dès le dépôt de sa candidature, le 30 avril, M. Jalili s’est engagé à défendre l’héritage du président décédé dans un accident d’hélicoptère le 19 mai.

Supporté par le Front pour la stabilité de la révolution islamique, le groupe le plus à droite de l’échelle politique, Saïd Jalili a fait valoir tout au long de la campagne électorale les principes idéologiques fondamentaux de son groupe : un ultra-conservatisme social, un isolationnisme économique, et une défiance envers l’Occident. Ces positions sont critiquées par son concurrent et probablement par une grande partie des Iraniens qui ont préféré s’abstenir, l’abstention atteignant un niveau record – près de 60%, selon les autorités.

Le leitmotiv de ses supporters, « ni repentance ni reddition », reflète une approche politique intransigeante à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Le Front pour la solidité de la révolution islamique, en soutien de M. Jalili, a initié une loi qui a été approuvée par le parlement iranien et qui pourrait entraîner jusqu’à dix ans de réclusion pour les femmes qui ne se conforment pas au code vestimentaire obligatoire.

Un antagoniste contre toute tolérance envers les Occidentaux.

M. Jalili est un enfant fidèle à la révolution islamique, ayant progressé après une expérience déterminante, la guerre entre l’Iran et l’Irak (1980-1988). Né à Mashhad, dans le nord-est du pays, en 1965, d’un père kurde qui était directeur d’école et d’une mère azérie, il interrompt ses études pour prendre les armes. Après avoir été blessé en 1987 et perdu son droit, il a été surnommé le « martyr vivant ».

Il reste 42,88% de cet article à lire. Le reste est réservé pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1487
Actualité

« Présidentielle : Biden, le combat excessif »

22 juillet 2024
L'âge représente l'autre face de la longévité, c'est un obstacle à surmonter que Joe Biden a dû finalement affronter. Le président en exercice a déclaré le dimanche 21 juillet qu'il…
example 1485
Actualité

Choix de festivals et concerts divers

22 juillet 2024
Nous vous aimerions mettre en lumière cette semaine une collection de quatre festivités, ainsi que les séquences uniques proposées par deux clubs basés à Paris. Patrimonio, un hameau en Corse,…
example 1484
Actualité

Paris 2024 : La France brillera-t-elle ?

22 juillet 2024
Est-ce que la France a véritablement le potentiel pour se distinguer dans le classement des médailles aux Jeux de 2024 à Paris ? [REDIFF] L'Heure du Monde | Le Monde…
example 1483
Actualité

« Guerre Ukraine: Cinq Civils Tués Bombardements »

22 juillet 2024
Consultez tous nos articles, évaluations et couvertures de la guerre en Ukraine. Observez, des éclaircissements et analyses fournies par "Le Monde". Du contexte complexe d'un groupe russe Utilisant des subterfuges…