×
google news

« Interdiction de l’excision en Gambie : promesse présidentielle »

Adama Barrow, le chef d’État gambien, a affirmé, le 27 Juin, que son administration garderait en place l’interdiction des mutilations génitales féminines (MGF) et de l’excision en attendant une possible levée de cette interdiction par le vote parlementaire. En mars, le Parlement avait donné son accord à un projet de loi visant à annuler la loi de 2015 qui proscrit ces pratiques dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, majoritairement islamique. Ce projet de loi est actuellement à l’étude par une commission, qui doit présenter son rapport au Parlement le 4 juillet. Si cette loi devait passer, la Gambie serait le premier pays à retirer une telle interdiction, selon les Nations Unies.

« Tant que le Parlement n’a pas conclu son examen, le gouvernement persiste dans son engagement à maintenir l’interdiction des MGF, » a affirmé M. Barrow, lors d’un discours sur la situation nationale diffusé à la télévision et sur les réseaux sociaux. Cependant, il n’a pas dévoilé ses projets dans le cas où la loi serait adoptée.

Barrow, leader du petit État enclavé dans le Sénégal, est soumis à la pression d’une part de la communauté internationale et de l’opinion publique pour que l’interdiction reste en place, tandis qu’une autre portion des Gambiens plaide pour la levée de cette interdiction au nom de la tradition et des principes moraux. La Gambie est l’un des dix pays où les MGF sont les plus communes : 73% des femmes et des filles entre 15 et 49 ans ont été victimes de ces pratiques, selon l’Unicef.

Dans le mois de mars, des déléguées de l’ONU ont exprimé leur inquiétude, arguant que la révocation de l’interdiction pourrait instaurer un précédent dangereux. Human Rights Watch, une ONG, a également averti que cette annulation pourrait inciter d’autres nations à suivre le même chemin.
Les mutilations génitales féminines se réfèrent à l’élimination non médicale de la partie externe du clitoris, des petites et grandes lèvres, et parfois incluent l’infibulation (la réduction de l’ouverture vaginale pour des motivations non médicales).
Contribuer

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1011
Actualité

« Élection présidentielle rwandaise courue d’avance »

15 juillet 2024
Évaluer les possibilités de réussite d'un candidat à partir de la foule présente à ses réunions électorales comprend généralement une importante zone d'incertitude. Mais au Rwanda, avant les élections présidentielles…
example 1009
Actualité

« Guerre en Ukraine: Dernières Informations »

15 juillet 2024
Consultez tous nos écrits, études et reportages sur le conflit ukrainien. Nos documentaires, examens et interprétations sont présentés par « Le Monde ». Le Prix Nobel appelle : « Nous…