×
google news

« Le boss de la Camorra fait trembler Casal di Principe »

La nouvelle s’est répandue doucement, parmi les volets fermés, « Sandokan » allait s’exprimer. La ville de Casal di Principe, avec ses 20 000 âmes nichées dans la campagne de Campanie, était incertaine de savoir si celle surprise était une bénédiction divine ou présageait le retour des grands désastres. Francesco Schiavone, connu sous le nom de « Sandokan » (un hommage au héros barbu d’une série télévisée populaire des années 1970) est enfermé dans sa cellule en isolement total depuis vingt-quatre ans et cinq mois. En mars dernier, à l’âge de 70 ans, il a décidé de se repentir. Le chef du clan qui avait pris le contrôle de la ville serait prêt à révéler les détails cachés de ses crimes en échange d’une nouvelle vie sous la protection de la police, ses ennemis éternels.

« Sandokan », aussi connu sous le nom de « Le Tigre », avait jusqu’alors employé son silence comme une défense contre les investigations. Il avait renforcé sa position de leader intransigeant, étant le gardien des règles d’une organisation criminelle qui avait infiltré toutes les opportunités lucratives que cette région agricole adjacente aux banlieues nord de Naples pouvait offrir. Gestion des déchets, immobilier, production de mozzarella : « Sandokan » a fait évoluer la Camorra de Casal di Principe en une mafia entrepreneuriale forte, réinvestissant ses profits bien au-delà de la Campanie, au risque de créer un équilibre de terreur entre les alliances de profit et les tueries ciblées.

Depuis des mois, un vieillard barbu se livre honnêtement aux enquêtes du parquet antimafia de Naples. La condition est claire : pour échapper à la sévérité du « 41 bis », un penal spécifique réservé aux mafias et aux terroristes, il doit divulguer tous les secrets entourant la puissance des Casalesi – leurs richesses cachées, l’identité des politiciens et des hommes d’affaires impliqués, et plus encore. Néanmoins, tout en faisant cela, il érode définitivement son image en tant que chef respecté et détruit son legs criminel, laissé aux soins de ses cinq descendants, Carmine, Walter, Nicola, Ivanhoe et Emanuele Libero.

Quant à ceux qui sont le plus familiarisés avec son clan, des doutes persistent : est-ce que ce chef en montrant son côté pacifique et en recourant à une telle tactique, joue-t-il encore une carte stratégique ? Renato Natale, le maire sortant de Casal di Principe et l’un de ses adversaires les plus tenaces, admet qu’il a été stupéfait en entendant ce changement. « C’est une décision à aborder avec prudence. Si ses révélations sont authentiques et véridiques, alors nous pourrons nous en réjouir. Cependant, ce qui compte, c’est que « le Tigre » a montré des signes d’abandon « , explique ce petit homme, encore responsable de son bureau aux murs blancs avant de le léguer suite aux élections municipales qui ont pris fin ce lundi 24 juin à 15 heures.  » La situation est incertaine, il continue. Je me rappelle leurs débuts en tant que petits délinquants. Donc, compte tenu de la conjoncture historique, chaque groupe émergent aujourd’hui pourrait être extrêmement dangereux. »

Il vous reste encore à découvrir 73.19% de cet article. La lecture complète est uniquement accessible à nos abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1491
Actualité

« Logement: Décence Jugée, Indécence Allocative »

22 juillet 2024
Les aides pour le logement fournies par les caisses d'allocations familiales (CAF) sont strictement réservées pour les résidences jugées « décents » selon la loi du 6 juillet 1989. Cela…
example 1490
Actualité

Kamala Harris: Force dans le camp démocrate

22 juillet 2024
Si tout va selon les plans de Kamala Harris, ses 107 jours les plus cruciaux de sa vie débutent maintenant. Longtemps éclipsée par Joe Biden, dont elle est la vice-présidente,…