×
google news

« Travaillistes Écossais Espèrent Profiter du Blues Indépendantiste »

Une vaste étendue d’herbe soigneusement coupée en pente nous accueille. À son extrémité, une statue équestre de Robert Bruce, le monarque écossais, est érigée, un immense drapeau écossais déployé à ses pieds. Nous nous trouvons sur le site où s’est déroulée la bataille de Bannockburn, au sud de Stirling. C’est ici qu’en juin 1314, les forces du roi Robert Bruce ont stoppé celles du roi anglais Édouard II. Le 22 juin dernier, comme chaque année, les défenseurs les plus passionnés de l’indépendance écossaise se sont réunis à cet endroit, répondant à l’appel du groupe All Under One Banner (« Tous sous une seule bannière ») pour commémorer cet épisode historique de leur lutte nationale.

Ils ont entamé une procession colorée une heure auparavant (vêtus de kilts et agitant des drapeaux blancs et bleus, symbolisant la nation la plus nordique du Royaume-Uni) depuis le centre de Stirling, et sont maintenant dispersés sur l’ancien champ de bataille, parmi les stands vendant des tee-shirts, des pin’s et des brochures célébrant leur cause.

« Cet endroit est hautement symbolique, il représente le moment où le petit peuple d’Ecosse a repoussé la puissance coloniale. Nous continuons de symboliser ce peuple qui lutte pour l’indépendance, tous les partis réunis », déclare Tony Cox, l’un des organisateurs de l’événement.

Cependant, la poussée indépendantiste semble se calmer.

L’indépendance de l’Écosse a été garantie pendant plusieurs siècles après la bataille de Bannockburn, jusqu’à ce que le traité d’Union de 1707 mette fin à l’autonomie du pays en dissolvant le parlement écossais. Le mouvement pour l’indépendance a refait surface dans les années 1970 et a gagné en importance dans le discours national depuis les années 2010, soutenu principalement par le Parti national écossais (SNP). Bien que le référendum sur l’indépendance de 2014, accepté par le premier ministre britannique de l’époque, David Cameron, ait été une défaite, il a néanmoins recueilli un soutien historique à l’indépendance (45 %).

Le vote britannique pour le Brexit en 2016 a renforcé l’argument des nationalistes pour un second référendum, les Écossais ayant voté à 62 % contre le départ de l’Union européenne. Pourtant, au cours des dix-huit derniers mois, le mouvement indépendantiste a perdu de sa force et le SNP pourrait perdre sa suprématie en Écosse lors des élections parlementaires britanniques du 4 juillet, où 59 des 650 sièges de la Chambre des communes seront attribués aux Écossais. Après le refus de Downing Street d’autoriser un deuxième référendum, et la confirmation par la Cour suprême britannique fin 2022 que le Parlement régional écossais (Holyrood) ne pouvait pas le conduire sans l’approbation de Westminster, le SNP se trouve dans une impasse. Le reste de cet article (75,05 %) est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1077
Actualité

Trois randonneurs décèdent en Utah

16 juillet 2024
Au cours des derniers jours, trois randonneurs ont perdu la vie dans les parcs de l'Utah, situé à l'ouest des États-Unis, en raison d'une vague de chaleur sévère. Un homme…
example 1076
Actualité

Quatre morts près d’une mosquée Omanienne

16 juillet 2024
Dans la capitale d'Oman, Mascate, un incident tragique a eu lieu près d'une mosquée. Le 16 juillet, quatre individus ont perdu la vie tandis que plusieurs ont été blessés suite…
example 1071
Actualité

« Police kenyane arrête tueur en série »

16 juillet 2024
A Nairobi, neuf corps défigurés ont été découverts dans une décharge, suite à cela, un "psychopathe tueur en série" a été mis aux arrêts par la police kényane le lundi…
example 1070
Actualité

« Biden confirme débat avec Trump Septembre »

16 juillet 2024
Le live a été animé par plusieurs individus, parmi lesquels Laurent Borredon, Cécile Bouanchaud, Pierre Bouvier, Minh Dréan, Jacky Goldberg, Glenn Cloarec, Solène L’Hénoret, mais aussi Ramzy Bensaadi pour les…