×
google news

Les protestations au Kenya se transforment en émeutes

Dans le centre de Nairobi, un petit nombre de rues incarne la puissance politique. Y sont localisés le Parlement, la Cour suprême, et les bureaux du gouverneur de la capitale kényane, le tout le long d’importantes voies publiques bien entretenues. Ces rues sont typiquement fréquentées par des fonctionnaires et des employés de bureau se déplaçant à un rythme soutenu. Cependant, le mardi 25 juin, elles ont été le siège d’un événement sans précédent dans l’histoire du Kenya : des manifestants, protestant contre le projet de loi de finances actuellement en débat, ont fait irruption dans le Parlement.

Les médias et les réseaux sociaux ont été témoins de la présence de véhicules militaires en centre-ville, y compris de camions à eau utilisés pour éteindre des feux dans certains édifices, tandis que des tirs de gaz lacrymogènes et parfois même d’armes à feu résonnaient. Le bilan de mardi soir comptait au moins cinq morts d’après des ONG, pendant que l’accès à Internet était coupé à travers une grande partie de Nairobi.

Selon Hiribae Wanyoike, un manifestant contacté par téléphone, le rassemblement s’est principalement déroulé dans le calme et il n’y avait pas d’intention préméditée d’entrer dans le Parlement. Cependant, la violence policière a provoqué la colère des participants, explique cet artiste de Nairobi âgé de 29 ans au journal Le Monde. Il évoque une forte présence de gaz lacrymogènes, la vision de sang, de corps à terre et de personnes se précipitant vers le Parlement.

L’agitation n’a pas été confinée à ce lieu emblématique, affectant un grand nombre de métropoles en dehors de Nairobi. La chaîne de télévision nationale Citizen TV a montré une scène de saccage d’une épicerie dans la ville de Nyeri (au nord de Nairobi), ainsi que des manifestants lançant des pierres sur un édifice officiel à Eldoret (au nord-ouest du pays). Située au centre de la vallée du Rift, cette ville est pourtant reconnue comme un bastion du président William Ruto.
« Les citoyens ont atteint leurs limites »
Les protestations sont centrées sur les réformes menées par le président, élu il y a moins de deux ans. La proposition récente de loi de budget pour 2024-2025 a attisé les flammes de la colère. Elle introduit une série de nouvelles taxes (TVA de 16 % sur le pain, taxe annuelle de 2,5 % sur les voitures personnelles entre autres) aux budgets déjà tendus des habitants. L’année dernière, la première loi de budget de William Ruto, un riche entrepreneur parti de zéro et se présentant comme le « président des petites gens débrouillardes » lors de l’élection de 2022, avait institué une série de nouvelles taxes, dans une période de très forte inflation et de chute du shilling kényan. Le gouvernement s’est justifié en affirmant vouloir éviter un défaut sur l’énorme dette croissante du pays.
Cependant, les Kényans, dont un tiers vit sous le seuil de pauvreté, sont en colère contre ces mesures d’austérité, alors que le gouvernement mène un train de vie fastueux. En deux ans, la résidence officielle a été rénovée à grands frais, le parc de voitures officielles a été renouvelé, et les postes gouvernementaux ont augmenté. Fin mai, William Ruto a loué un jet privé coûteux pour sa délégation pour un voyage officiel à Washington.

L’analyste et écrivaine Nanjala Nyabola, qui a écrit Digital Democracy, Analogue Politics: How the Internet Era is Transforming Politics in Kenya (2018), étudie que la jeunesse, surtout la Génération Z (née après 1997 et hyper-connectée), est au cœur de l’agitation actuelle. Au Kenya, il est remarquable de constater que les jeunes sont aux avant-postes de cette agitation, car habituellement, ce sont les partis politiques, qui organisent les manifestations, souvent en attirant des participants des régions défavorisées par des rémunérations. Le mouvement « Occupez le Parlement, » né sur les réseaux sociaux à la mi-juin, a organisé deux protestations dans les huit derniers jours, avec des pancartes clamant « Ruto doit partir. »

Selon Nyabola, c’est une première. « Il y a un changement générationnel considérable dans la façon dont les gens accèdent, utilisent, et partagent l’information. Ces jeunes se sont autonomisés, ils se sont mobilisés en s’informant mutuellement. Ce qui aurait été impossible s’ils n’avaient compté que sur les médias traditionnels, » explique-t-elle. Le mouvement est plus vaste que la seule Génération Z, mais cette dernière est numériquement très visible dans un pays où « 60% de la population a moins de 35 ans, » rappelle Nyabola.

Elle fait remarquer que ce sont des personnes instruites, très conscientes des défis auxquels elles sont confrontées, capables de montrer du doigt les injustices qu’elles perçoivent. De plus, la loi de finances est venue renforcer ces tendances sous-jacentes. « Et le factor commun à tout cela, c’est que l’administration Ruto ne les écoute pas. »

La rage manifeste contre les symboles étatiques dans une nation marquée par une intensité exceptionnelle de violence policière, est l’une des leçons fondamentales de cette journée de protestation. « C’est une première, déclare Macharia Munene, un historien et enseignant en relations mondiales. Des manifestations se sont déjà produites par le passé mais jamais à une telle échelle, l’étendue est beaucoup plus grande. », dit-il. Il indique que les manifestants contemporains, qui n’ont pas vécu les ères de gouvernement autoritaire (dans les années 1980 et 1990), n’éprouvent plus la même crainte à l’égard de la police que leurs prédécesseurs. « Ils ont même élaboré des tactiques pour maîtriser la police, ils leur offrent de l’eau ! Les manifestants n’ont pas de crainte. Et c’est justement cela qui terrifie le gouvernement, parce qu’ils ne savent pas comment réagir », ajoute-t-il.

Mardi soir, lors d’un discours à la presse de nature quasi militaire, William Ruto a suggéré que l’expression légitime populaire des manifestants a été infiltrée par un ensemble « d’entités criminelles ». « Les incidents d’aujourd’hui symbolisent un moment crucial concernant notre réponse aux menaces sérieuses qui pèsent sur notre sécurité nationale », a annoncé le dirigeant de l’Etat, en s’engageant à « apporter une réponse globale, efficace et rapide » à des actions décrites comme « trahison ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1490
Actualité

Kamala Harris: Force dans le camp démocrate

22 juillet 2024
Si tout va selon les plans de Kamala Harris, ses 107 jours les plus cruciaux de sa vie débutent maintenant. Longtemps éclipsée par Joe Biden, dont elle est la vice-présidente,…
example 1487
Actualité

« Présidentielle : Biden, le combat excessif »

22 juillet 2024
L'âge représente l'autre face de la longévité, c'est un obstacle à surmonter que Joe Biden a dû finalement affronter. Le président en exercice a déclaré le dimanche 21 juillet qu'il…
example 1485
Actualité

Choix de festivals et concerts divers

22 juillet 2024
Nous vous aimerions mettre en lumière cette semaine une collection de quatre festivités, ainsi que les séquences uniques proposées par deux clubs basés à Paris. Patrimonio, un hameau en Corse,…