×
google news

« Affiche: Le Comte, Camping, In Water »

Cette semaine, les spectateurs auront l’opportunité de voir diverses nouvelles sorties de films dont l’adaptation très attendue du Comte de Monte-Cristo de Alexandre Dumas. Pierre Niney tient le rôle principal de cette superproduction française, et d’autres films expérimentaux de Hong Sang-soo sont également en salles. De plus, le dernier film d’Eléonore Saintagnan, connue comme la « magicienne du réel », ou une interprétation moderne de la correspondance entre Édouard Manet et Charles Baudelaire sont également à l’affiche.

Parmi tous ces films, « Le Comte de Monte-Cristo » est l’un des incontournables. Un film audacieux qui raconte l’histoire d’Edmond Dantès, un marin ordinaire sur le point de se marier avec sa fiancée. Son acte héroïque lui vaut le titre de capitaine, mais il tombe victime d’un complot et est jeté dans les geôles du château d’If. Grâce à la rencontre avec l’abbé Faria, son esprit et sa spiritualité sont formés. Après son évasion, Edmond Dantès, obsédé par la vengeance, devient incroyablement riche et se fait passer pour le Comte de Monte-Cristo. Avec un masque qui le rend méconnaissable, il se faufile parmi ceux qui ont causé sa chute.

Le film met en scène une cascade d’émotions pures : le bonheur idéal marqué par la jalousie, le sentiment inconsolable d’injustice, et finalement l’euphorie de la vengeance qui se mêle à celle du récit fictif. C’est un plaisir distinctif que de voir les traits des acteurs personnaliser les caractéristiques qu’ils représentent – un phénomène connu sous le nom de physiognomonie. Pierre Niney semble être dévoué au rôle d’Edmond Dantès par une sorte de croyance.

Nous cherchons des imperfections, une scène qui fait défaut, mais en vain. Il s’avère que le film est parfois entravé par une ambition excessive qui l’empêche de culminer dans une grande scène – aucune scène ne surpasse les autres, et c’est regrettable. Les images défilent devant nous comme les pages d’un roman, dont nous ne voulons pas manquer le moindre détail. Cela donne naissance à un nouveau genre fascinant : le page-turner du cinéma. Signé par M. Jo.
Un film français de Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière, avec la participation de Pierre Niney, Anaïs Demoustier, Bastien Bouillon (2h58).
« Camping du Lac » raconte l’histoire d’une communauté bretonne et d’une créature mystique.
Le talent d’Eléonore Saintagnan pour capturer la réalité est incomparable. Camping du Lac construit progressivement un univers qui flirte entre le réel et l’ivraie. Deux récits s’entremêlent : l’un se déroule en surface, où une petite communauté vit toute l’année dans des maisons mobiles ; l’autre se passe dans les profondeurs, avec la suspicion de l’existence d’une créature énorme, évoquant le loch Ness breton, qui est à la fois observée, redoutée et vénérée par tous.
Il vous reste 80.31% de cet article à lire. Le reste est exclusivement pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1598
Actualité

Paris 2024: Jeux Olympiques sans console

23 juillet 2024
Depuis quatre décennies, à l'exception des Jeux Olympiques de Séoul en 1988, chaque édition des Jeux Olympiques d'été a été incarnée dans les jeux vidéo, mettant en avant ses épreuves…
example 1597
Actualité

« OMS alerte: risques d’épidémies à Gaza »

23 juillet 2024
Voici notre mise à jour sur la situation d'hier. Le mardi 23 juillet, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a exprimé une « grande inquiétude » envers d'éventuelles épidémies dans…
example 1593
Actualité

« La Chine médiatrice entre Hamas, Fatah »

23 juillet 2024
L'effort déployé par la Chine pour parvenir à un texte conjoint du Hamas et du Fatah en faveur d'une réconciliation intra-palestinienne a été intensif, cela s'est produit le mardi 23…