×
google news

Ex-ministre russe poursuivi par Cour pénale

Valeri Guerassimov, chef d’état-major de l’armée russe, et Sergueï Choïgou, ancien ministre de la défense, sont maintenant sous le microscope de la Cour pénale internationale (CPI). En date du lundi 24 juin, des mandats d’arrestation ont été émis contre ces deux personnalités. Ils sont soupçonnés d’avoir commis des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre en Ukraine du 10 octobre 2022 au 9 mars 2023. Ces crimes ont été perpétrés « dans le cadre d’actes d’agression par les forces militaires russes contre la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, qui a débuté en 2014 », a déclaré le procureur Karim Khan dans une déclaration.

Après la décision rendue par la CPI et rendue publique le mardi, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a applaudi cette annonce sur le réseau social X. Il a affirmé que cela « prouve sans équivoque que la justice pour les crimes russes envers les Ukrainiens est incontestable ». Il a également exprimé son désir de voir « d’autres mandats d’arrêt pour éliminer le sentiment d’impunité de la Russie », un sentiment qu’il juge responsable de « soutenir les crimes russes pendant des années ».

L’agence de presse russe officielle Tass a indiqué que le Conseil de séucrité de la Russie, dont Sergueï Choïgou a pris la secrétaire en mai après douze ans en tant que ministre de la défense, a jugé la décision de la CPI « sans importance ».

La Cour a classifié comme « secret » le contenu des deux mandats d’arrêt, visant à garantir la sécurité des témoins et des enquêtes. Ces mandats font référence à la première série de bombardements sur les centrales électriques ukrainiennes. Alors que l’hiver 2022 commençait, divers sites à Kiev, Kharkiv, Kherson, Odessa et Mykolaïv, entre autres, avaient subi des attaques de l’armée russe. En seulement une journée, le 10 octobre 2022, près de 40% des infrastructures énergétiques ukrainiennes ont été détruites par les projectiles russes, d’après les autorités de Kiev.
« La justice prévaudra ».
Les centrales électriques, servant à la fois pour des usages civils et militaires, peuvent légalement être visées lors d’un conflit armé. Cependant, les trois juges ont jugé les « dommages civils » « nettement disproportionnés par rapport au bénéfice militaire anticipé » et ont ainsi qualifié ces actes de crimes de guerre. La Cour a déclaré qu’ils ont analysé l’impact des attaques russes « sur la sécurité des civils, en particulier les plus vulnérables tels que les personnes âgées, les femmes et les enfants ».
Il vous reste encore à lire 44.19% de l’article. Le reste est exclusivement accessible aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 961
Actualité

« Suspect du meurtre de Célya hospitalisé »

14 juillet 2024
Un homme dans la quarantaine, suspecté d'avoir kidnappé et assassiné sa belle-fille de 6 ans, Célya, dans la nuit du 12 au 13 juillet en Seine-Maritime, a été libéré de…
example 959
Actualité

« La chenille : symbole du vivre-ensemble »

14 juillet 2024
Le dimanche 7 juillet à midi, une scène inhabituelle a eu lieu dans un wagon du métro de Paris : des passagers énergiques ont improvisé une chenille, manœuvrant entre leurs…