×
google news

« Préférence nationale RN: Posture anticonstitutionnelle »

Il est un postulat politique que ses militants entourent souvent d’un faux semblant de vérité. L’idée de priorité aux citoyens français, que le Rassemblement National (RN) de Marine Le Pen tente de normaliser, vise simplement à étendre à l’échelle du pays les nuances subtiles qui ont toujours gouverné les solidarités locales. « Je préfère mes filles à mes nièces, mes nièces à mes cousines, mes cousines à mes voisines, » déclarait autrefois Jean-Marie Le Pen. « Nos concitoyens d’abord, » résumait le programme de Marine Le Pen en 2022. La priorité nationale est un simple « principe de logique, » conclut désormais Jordan Bardella.

Bien que cette idéologie écarte les étrangers d’une solidarité nationale à laquelle ils participent financièrement, et qu’elle établit des privilèges interdits par d’importants textes internationaux, le RN la défend comme une règle fondamentale du bon sens : tous les Français doués d’un minimum de discernement savent bien, selon ses dirigeants, que « la charité commence par soi-même ». En liant la priorité nationale à la sagesse populaire, ils mettent en pratique une politique formulée il y a plus de quarante ans par l’un des idéologues du parti d’extrême droite, François Duprat.

Au cours des années 1970, un intellectuel ayant traversé les régimes d’Occident et d’Ordre nouveau recommande au Front National (FN) de baser son discours anti-immigration non pas sur des propos haineux, mais plutôt sur des arguments rationnels, sociaux et politiques. Dans un pays comme la France qui vient d’instaurer des lois contre le racisme (1972), cet individu se décrivant comme un « néofasciste » espère contourner de possibles impasses et élargir la base électorale du FN. « Il faut définir nos objectifs, écrit-il en 1978 dans une note interne. Devons-nous plaire à un militant agressif d’une section ou à un sympathisant indéfini, ou devons-nous attirer des milliers de votants et de membres à nos idées? »

Quelques années plus tard, en 1985, le terme « préférence nationale » se propage en gros titres sur la couverture d’un ouvrage écrit par plusieurs auteurs et publié par les éditions Albin Michel. L’auteur principal, Jean-Yves Le Gallou, un diplômé de l’ENA affilié à l’UDF qui a créé, en 1974, le Club de l’horloge, un groupe de jeunes technocrates qui aspirent, selon l’historien Nicolas Lebourg, « à un Etat à la fois économique et prenant soin de la race ». Ce travail, conçu pour fournir des « éléments de doctrine à la droite », est salué par le FN – à tel point que Jean-Yves Le Gallou rejoint alors le parti d’extrême droite.

La lecture complète de l’article est réservée aux abonnés, avec encore 89,03% du contenu à découvrir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1002
Actualité

« Promesses de retour à la Seine, JO 2024 »

15 juillet 2024
La date précise du premier bain n'est pas particulièrement pertinente. Il devait sans doute se produire un dimanche en fin juin. Cependant, l'absence persistante de l'été et les forts courants…
example 1001
Actualité

« Guerre Ukraine: 70K soldats russes neutralisés »

15 juillet 2024
Minh Dréan, Pierre Bouvier, Cécile Bouanchaud, Anna Villechenon, Glenn Cloarec et Agnès Gautheron sont parmi les animateurs de ce direct. Consultez tous nos articles, analyses et reportages sur le conflit…
example 997
Actualité

« Tensions estivales aux urgences dégradées »

15 juillet 2024
Agnès Ricard-Hibon, représentante du syndicat SAMU-Urgences de France, souligne qu'il y a peu de progrès qui ont été faits dans le domaine de la santé depuis l'été dernier. Les ressources…
example 996
Actualité

« Métaux toxiques trouvés dans tampons »

15 juillet 2024
Aux Etats-Unis, plus de 34 millions de femmes optent pour l'utilisation de tampons en tant que protection hygiénique. Cependant, il y a un manque significatif d'investigations scientifiques concernant la composition…