×
google news

« Hameau en Isère dévasté par lave torrentielle »

Un déluge dévastateur a effacé un hameau de la carte en l’espace de quelques heures. Le minuscule village de La Bérarde, niché à 1 720 mètres d’altitude dans le massif de l’Oisans (Isère), a été submergé par des avalanches de roches et de boue dans la nuit du 20 au 21 juin. Grâce aux efforts des secouristes, il n’y a eu aucun blessé.

Cet incident hydrologique extrême a été causé par deux phénomènes de forte intensité : des précipitations importantes sur une durée de plus de trente-six heures à partir de mercredi soir, combinées à une fonte rapide de la neige environnante, provoquée par un réchauffement atmosphérique récent.

« Les interactions entre l’air chaud et l’air froid sont responsables de ces précipitations intenses. Le changement climatique joue un rôle. Cependant, cette situation a également été amplifiée par la fonte rapide des neiges printanières », explique Gaétan Heymes, ingénieur météorologue basé à Briançon (Hautes-Alpes).

Un torrent avec un « pouvoir destructeur énorme »

D’après les informations de Météo-France, la limite de congélation de 0 °C a grimpé à une altitude de 4 000 mètres dans les jours qui ont précédé le désastre. Cette fonte rapide a été suivie de très près par la gardienne du refuge du Promontoire, situé à 3 100 mètres d’altitude, au-dessus du site ravagé. « Avec la pluie, j’ai vu l’épaisseur de la neige réduire de 50 cm à 1 mètre. Tout a afflué vers La Bérarde », rapporte Sandrine Delorme, dans une vidéo publiée par Le Dauphiné libéré.

L’ampleur du phénomène constaté dans la région montagneuse a surpris Johan Berthet, un géomorphologue spécialiste des effets du retrait glaciaire sur les torrents alpins. Il analyse le déferlement du torrent sur le village de l’Oisans, attribuant ce phénomène à la pluie et à la fonte des neiges qui a renforcé Vénéon. Ce dernier attirant des matériaux rocheux et végétaux a créé un effet de « lave torrentielle ». Des bourrelets ont été créés et libérés sous l’effet de forces décuplées.

Selon Berthet, les caractéristiques clés de cette catastrophe ont été la pente fortement inclinée et l’ample réserve de matériaux qui ont donné au torrent un potentiel de dévastation considérable. Vénéon s’est par conséquent divisé en deux, traversant et dévastant le village symbolique de l’Oisans. D’après les indications de Christophe Béchu, le ministre de la transition écologique, environ 200 000 m3 d’eau ont dévalé la vallée du Vénéon.

Plusieurs demeures et structures historiques ont été dévastées par la force du courant, arrachant avec lui des voitures et divers objets. Malgré ces dégâts matériels massifs, le village a été épargné de toute perte de vie humaine, un aspect miraculeux face à l’intensité du déferlement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 838
Actualité

« Bac 2024: Taux de réussite 91,4% »

12 juillet 2024
Après la session de rattrapage du baccalauréat 2024, 684 200 étudiants ont été admis, comme l'a indiqué le ministère de l'éducation nationale le vendredi 12 juillet. Le pourcentage d'élèves de…
example 835
Actualité

« Rouverture de la cathédrale de Rouen »

12 juillet 2024
Suite à l'incendie qui a éclaté sur le lieu de sa restauration, la cathédrale de Rouen a de nouveau accueilli le public le vendredi 12 juillet. « Les portes de…
example 834
Actualité

Loi controversée sur l’immigration finlandaise

12 juillet 2024
La législation finlandaise controversée autorisant le refus d'entrée aux demandeurs d'asile à la frontière est du pays a été adoptée le vendredi 12 juillet. Cette loi ne permet pas aux…
example 833
Actualité

Soudan: Parties Guerre Discutent à Genève

12 juillet 2024
Selon l'ONU, des représentants des parties combattantes soudanaises sont actuellement à Genève en Suisse pour des pourparlers sous la supervision d'un représentant de l'ONU. Cependant, une des délégations n'est pas…