×
google news

« Médecins Américains Face à Interdiction Avortement »

En printemps 2022, Leilah Zahedi-Spung, une obstétricienne gynécologue basée à Chattanooga, Tennessee, n’éprouvait aucune préoccupation particulière pour son futur. Malgré sa connaissance des assauts conservateurs contre l’avortement, elle ne visualisait pas une possible contestation de ce droit par la Cour suprême. « C’est un précédent établi depuis un demi-siècle, dit-elle. Il était impensable que les juges puissent le révoquer. »

Puis, le 24 juin, elle réalise que sa situation est sur le point de subir un « changement radical » et que l’exercice de sa profession pourrait devenir « menaçant ». Cette journée-là, la Cour suprême a prononcé un verdict qui, en transférant le droit de décider sur l’avortement aux États, a chamboulé le paysage des soins de reproduction aux États-Unis. Parallèlement, cela a transformé la vie de plusieurs médecins. « J’ai essayé de rester optimiste, raconte Mme Zahedi-Spung. Je désirais rester au Tennessee », le sud des États-Unis où elle a été engagée en octobre 2020, suivant quatre années de résidence en obstétrique gynécologique et une expertise en gestion de grossesses à haut risque.

« Gérer une grossesse ectopique devenait un crime »

La docteure était l’unique praticienne à effectuer des avortements chirurgicaux pendant le dernier trimestre de la grossesse dans cette localité de 167 000 citoyens, majoritairement conservateurs. « Lorsque je suis arrivée, j’étais consciente de ce qui m’attendait », dit-elle, « mais j’ai accepté cette position car les femmes de la région avaient besoin de soins. »

Un mois après la décision judiciaire de la Cour suprême, la législation extrêmement restrictive, préalablement approuvée par l’Assemblée du Tennessee, a été mise en application. Elle ne se limite pas à interdire les avortements, elle ne fait aucune concession. « C’est maintenant un délit de soigner une grossesse extra-utérine », déclare la médecin. L’unique «sécurité», désignée en tant que « défense affirmative », permet au médecin d’être jugé par un jury suite à une accusation immédiate. Néanmoins, cela entraînerait inévitablement la perte de son droit d’exercer.

Madame Zahedi-Spung a recruté un avocat pour être conseillée avant chaque intervention en urgence. « J’étais véritablement terrifiée à l’idée d’être condamnée pour une action effectuée en voulant sauver une patiente ». Elle en a fini par se lasser d’évoluer dans un environnement antagoniste et d’être obligée de ménager tout le monde – les infirmières du bloc, les assistants, l’anesthésiste – simplement pour exercer sa profession. « Un pneumologue n’a pas à être aimable lorsqu’il intube un patient, » proteste-t-elle. « Moi, je devais être extrêmement prévenante, uniquement parce que certains sont perturbés par le fait qu’un fœtus possède un battement de coeur ! »

63.3% de cet article est encore à lire. Le texte restant est accessible uniquement aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 841
Actualité

Chef Lili Gadola: Trois Recettes Marseillaises

12 juillet 2024
Situé au cœur de la ville de Marseille, le restaurant Limmat donne une impression d'être au beau milieu des marches qui mènent vers l'effervescence du cours Julien. Acheté par la…
example 840
Actualité

« Six femmes mutilées découvertes à Nairobi »

12 juillet 2024
Une enquête a été lancée par la police kényane après la trouvaille de six cadavres féminins mutilés dans une décharge de Nairobi, la capitale, le vendredi 12 juillet. Bien que…
example 838
Actualité

« Bac 2024: Taux de réussite 91,4% »

12 juillet 2024
Après la session de rattrapage du baccalauréat 2024, 684 200 étudiants ont été admis, comme l'a indiqué le ministère de l'éducation nationale le vendredi 12 juillet. Le pourcentage d'élèves de…
example 835
Actualité

« Rouverture de la cathédrale de Rouen »

12 juillet 2024
Suite à l'incendie qui a éclaté sur le lieu de sa restauration, la cathédrale de Rouen a de nouveau accueilli le public le vendredi 12 juillet. « Les portes de…