×
google news

« CICR annonce 22 morts à Gaza »

D’après l’information révélée vendredi 21 juin, 22 personnes ont perdu la vie suite à des décharges d’armes survenues à proximité des installations du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Gaza. Selon l’organisation humanitaire, des obus de haut calibre ont été lancés en milieu d’après-midi, proche du bureau et domiciles du CICR. Elle a aussi partagé cette information sur le réseau social X.

L’attaque a causé des dégâts significatifs aux infrastructures du bureau du CICR, qui est entouré par des centaines de civils déplacés résidant dans des tentes, a continué de déclarer l’organisation. A la suite de cet incident, l’hôpital de campagne de la Croix-Rouge, qui se trouve à proximité, a subi une vague conséquente de victimes, accueillant 22 morts et 45 blessés.

En outre, le CICR a condamné cet événement comme étant « l’un des nombreux incidents graves » survenus récemment, notant également que des balles égarées avaient touché les installations du CICR. Par ailleurs, selon le département de la santé du gouvernement de Gaza, qui est administré par le groupe islamiste palestinien Hamas, le bilan aurait été de 25 morts et 50 blessés.

Ce dernier accuse les Israéliens d’avoir « visé les tentes des civils déplacés à Al-Mawasi », une zone dans le sud de la bande de Gaza, près de Rafah. Le CICR a souligné que « le fait de tirer si proche des installations humanitaires, dont les belligérants connaissent l’emplacement et qui sont clairement identifiées par l’emblème de la Croix-Rouge, menace la vie des civils et du personnel de la Croix-Rouge. »

Un représentant de l’armée israélienne a informé l’Agence France-Presse (AFP) qu’aucune preuve ne suggère qu’une attaque ait été lancée par les forces israéliennes dans la région humanitaire d’Al-Mawasi. L’incident est toujours en cours d’analyse. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) insiste sur le fait que le droit international humanitaire requiert que toutes les mesures possibles soient prises pour éviter des pertes humaines, des blessures ou des dommages à des biens civils dans la population civile, y compris les infrastructures humanitaires.

Vendredi dernier, l’armée israélienne a intensifié ses attaques sur la bande de Gaza, entraînant la mort d’au moins 30 Palestiniens, selon des médecins, avant qu’une attaque ait eu lieu près du bureau du CICR. En outre, elle a également échangé des tirs transfrontaliers avec le Hezbollah libanais.

La violence à Gaza, déclenchée par une attaque brutale du Hamas contre Israël le 7 octobre, a causé la mort de 1 194 personnes, principalement des civils, basé sur les données officielles israéliennes fournies à l’AFP. Parmi les 251 personnes enlevées ce jour-là, 116 sont encore retenues à Gaza, dont 41 sont décédées, indique l’armée israélienne.

L’offensive conduite par Israël à Gaza a jusqu’à présent entraîné 37 431 décès, encore une fois majoritairement civils, selon les statistiques fournies par le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1060
Actualité

« Année folle de l’éducation nationale »

16 juillet 2024
Nul ne peut prédire qui occupera le poste de ministre de l'éducation nationale à la prochaine rentrée scolaire, compte tenu de l'incertitude politique actuelle. L'instabilité est devenue monnaie courante dans…