×
google news

« Saison d’incendies précoce en Californie »

La Californie est une fois de plus aux prises avec des incendies après une période de répit de deux ans. Six grands incendies sont actuellement actifs, sur une multitude d’autres, depuis le mercredi 19 juin, indiquant une ouverture de saison anormalement précoce pour les services d’incendie. Ceci alors que la Californie n’est pas touchée par la canicule exceptionnelle qui frappe actuellement le Midwest et le Nord-Est des États-Unis.

Le premier incendie, connu sous le nom de Post fire, s’est déclaré le 15 juin près de Gorman, approximativement à cent kilomètres au nord de Los Angeles. À ce jour, environ 8 090 hectares ont été ravagés par le feu. L’incendie a obligé la fermeture temporaire de l’autoroute I-5, un itinéraire principal nord-sud, et a conduit à l’évacuation de plus de mille campeurs. Malgré la gravité de l’incendie, il n’a pas entraîné de destructions de bâtiments car la zone autour du col de Tejon est peu peuplée. Selon les premiers rapports, le feu semble avoir commencé dans un atelier de carrosserie et s’est propagé à cause de vents forts.

Deux autres incendies sont en cours dans le nord de la Californie. Le premier est apparu le 16 juin dans le comté de Sonoma, au nord de San Francisco. Cela a réveillé des souvenirs douloureux chez les viticulteurs de la région dont une vingtaine de vignobles avaient été réduits en cendres en 2020. Une dizaine de structures ont déjà été détruites par cet incendie. Le suivant s’est déclaré le 17 juin dans le comté de Colusa, à 95 km au nord de Sacramento. En seulement deux jours, plus de 6 000 hectares ont été brûlés en raison du vent, d’après l’agence de lutte contre les incendies, CalFire.

« Formation de maladies à long terme »

Tous ces incendies récents ont une chose en commun : ils ont commencé dans des zones avec des broussailles et de l’herbe haute, qui sont les premières plantes à se dessécher en début de saison, surtout dans les terrains orientés vers le sud. A ce point, aucun des ces incendies, décrits comme des « flambées sporadiques propulsées par le vent, typiques des incendies de début de saison » par le climatologue Daniel Swain, n’a touché aucune forêt. Comme en 2022, la Sierra Nevada a eu un hiver 2023-2024 avec plus de neige que la moyenne. Le sol est toujours humide et les arbres sont à l’abri.

Ce début précoce de la saison a été un rappel pour les Californiens que les effets des incendies continuent de s’additionner. Une étude publiée le 7 juin dans la revue Science Advances affirmait que plus de 50 000 Californiens sont décédés prématurément entre 2008 et 2018 à cause de l’inhalation de particules fines provenant des feux de forêt. Les chercheurs ont analysé la concentration de ces particules, appelés PM2,5, qui sont associés à plusieurs problèmes de santé, tels que des problèmes respiratoires et cardiaques, et ont comparé cette concentration aux taux de mortalité dans les zones affectées. Pour 2018 seulement, ils ont calculé que 12 850 décès pourraient être attribuées à l’inhalation de PM2,5.

Il reste encore 46,19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1551
Actualité

Suspect radicalisé arrêté pour agression taxi

23 juillet 2024
Lundi 22 juillet, à Paris, un individu de 30 ans, connu pour ses convictions islamistes radicales, a été inculpé suite à l'agression d'un chauffeur de taxi près du Mans. Les…
example 1545
Actualité

« La Seine, cœur battant de Paris »

23 juillet 2024
Isabelle Backouche est une experte en histoire urbaine qui a concentré ses recherches sur les lettres et plaintes des parisiens du XVIIIe siècle. Ces documents mettent en évidence leur amour…