×
google news

Inquiétude Européenne: Retour Trump à Washington

Après les élections européennes qui se tiendront du 6 au 9 juin, l’attention des 27 pays membres de l’Union européenne (UE) se tournera vers une autre élection cruciale pour leur avenir – le scrutin présidentiel américain du 5 novembre. Cette élection pourrait voir Donald Trump revenir à la présidence des États-Unis, une perspective qui soulève des inquiétudes parmi les dirigeants de l’UE en raison de leur expérience lors de son premier mandat.

Le slogan de Donald Trump, «Make America Great Again», était l’apanage de sa première présidence, une période qui laisse un souvenir amer parmi les 27. À l’heure actuelle, seul le premier ministre hongrois, Viktor Orban, qui a rencontré Trump, son «bon ami», à Mar-a-Lago le 8 mars, et la présidente du conseil italien, Giorgia Meloni, dont le parti, Fratelli d’Italia, entretient des relations amicales avec la campagne du candidat républicain, attendent avec impatience son éventuel retour au pouvoir.

Pourtant, d’une certaine manière, les quatre années passées à collaborer avec Joe Biden ont préparé les Européens à cette éventualité. Certes, le président démocrate a réchauffé les relations transatlantiques que son prédécesseur avait refroidies et s’est tenu aux côtés des Européens et de Kiev depuis le début du conflit ukrainien. Mais, au fond, l’ère Biden n’a fait que souligner, avec affabilité, le désintérêt relatif de Washington pour l’Europe.

Il existe également des conflits commerciaux.

Le champ économique est le domaine le plus évident de cette réalité. Par exemple, en août 2022, lorsque Joe Biden a proposé la loi IRA (Inflation Reduction Act), qui prévoit des subventions importantes pour les technologies écolos développées aux États-Unis, il n’a pas pris en compte que cette nouvelle loi pourrait entraîner des délocalisations en Europe. Comme avoué par l’Élysée, les États-Unis ont adopté ces mesures sans même envisager leurs conséquences globales.

Sans aucun scrupule, Joe Biden a également annoncé en mai une augmentation considérable des tarifs douaniers sur certains produits importés de Chine, tels que les véhicules électriques, l’acier, l’aluminium, les semi-conducteurs, les batteries, certains minerais clés et les cellules photovoltaïques. Cependant, « ce que la Chine ne vendra pas aux États-Unis, elle le déversera en Europe. Biden vient de déclencher une guerre commerciale », critique vivement un haut fonctionnaire européen.

Malgré les efforts d’Ursula von der Leyen, la présidente très pro-américaine de la commission, pour construire une bonne relation personnelle avec le président américain, elle n’a rien obtenu de significatif. Washington n’a modifié qu’en surface sa loi IRA. Les différends commerciaux qui existaient avant l’élection de Joe Biden – les droits de douane introduits par l’administration Trump sur l’aluminium et l’acier et le conflit Airbus-Boeing – ont fait l’objet d’un cessez-le-feu entre les deux parties, mais restent sans solution.

Il reste 73.13% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1707
Actualité

« UE discute soutien armée rwandaise Mozambique »

25 juin 2024
Est-ce que l'Union européenne (UE) devrait maintenir son aide financière en faveur du Rwanda pour combattre les djihadistes au Mozambique ou devrait-elle punir Kigali pour son soutien aux rebelles du…
example 1706
Actualité

Incendie en cours près du BHV

25 juin 2024
L'une des grandes marques parisiennes, le Bazar de l'Hôtel de Ville (BHV), a été fermée et évacuée le mardi 25 juin au matin à la suite d'un incendie dans un…