×
google news

« ANC face à score historiquement bas »

L’ère politique récente de l’Afrique du Sud a accueilli un changement significatif. Le Congrès national africain (ANC), autrefois dominant, a vu son règne prendre fin suite aux élections générales du 29 mai. Pour la première fois depuis l’abolition de l’apartheid, l’ANC est contraint de former une coalition à l’Assemblée nationale pour maintenir son autorité. Cette démarche représente un défi inconnu qui met la démocratie sud-africaine en position précaire, en parallèle à la montée du populisme dans le pays.

Avant que la présidence ne soit décidée par l’Assemblée nationale, prévue dans deux semaines, l’ANC doit faire face à ses défis internes. Bien que la baisse de soutien ait été anticipée, la chute brutale des appuis a surpris de nombreux observateurs. Confronté à un taux de chômage élevé, à une criminalité en hausse et à une détérioration des infrastructures, l’ANC ne représente que 40,2% des votes, soit une chute de dix-sept points par rapport à 2019, où il avait remporté l’élection avec 57,5% des voix.

L’ANC reste la principale force politique du pays, devançant largement son rival le plus proche, l’Alliance démocratique (DA), qui recueille 21,7% des voix. Cependant, rarement un parti victorieux avait montré un visage aussi sombre. Tandis que les chefs de tous les partis sont apparus au centre national des résultats à Johannesburg, le président Cyril Ramaphosa étaient encore introuvable, dimanche après-midi. Même Gwede Mantashe, le vice-président de l’ANC, semblait déconcerté.

«Résultat étonnant» du parti de Jacob Zuma.

L’ex-président Jacob Zuma, par le biais de son parti uMkhonto we Sizwe (MK), a suscité une vogue imprévue lors des élections, mettant en évidence l’impact déterminant de ce qu’il représente pour la nation. Bien qu’il ait été accusé de corruption, forcé à démissionner du pouvoir en 2018 à cause de divers scandales par ses collègues de l’ANC, Zuma, âgé de 82 ans, s’est réintroduit dans le domaine politique en décembre 2023. Il a promis de se venger de l’ANC de Ramaphosa, son remplaçant, qu’il déteste farouchement.

Malgré sa condamnation pour outrage à un juge qui l’a empêché de se présenter pour un poste de député, son parti est devenu la troisième plus grande force politique du pays, recueillant 14,5% des votes. Dans la province clé du Kwazulu-Natal, le foyer de Zuma, le MK a même réussi à se hisser en première position avec 45 % des voix, mettant l’ANC en troisième position. Un tel scénario était inimaginable il n’y a que quelques mois.

Il y a encore 64,86% de cet article à lire, la suite est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1739
Actualité

« Scientifiques Contre Montée Extrême Droite »

26 juin 2024
Nous, en tant que scientifiques de diverses disciplines, sollicitons une mobilisation collective et académique pour lutter contre l'extrémisme de droite. Il est crucial que ce mouvement soit reflété non seulement…
example 1732
Actualité

« Échange de 90 prisonniers Ukraine-Russie »

25 juin 2024
Ce direct a été animé par Cécile Bouanchaud, Marie Pouzadoux, Anna Villechenon, Charlotte Herzog et Dorian Jullien. Découvrez tous nos articles, études et reportages sur le conflit en Ukraine. Le…
example 1731
Actualité

Ex-ministre russe poursuivi par Cour pénale

25 juin 2024
Valeri Guerassimov, chef d'état-major de l'armée russe, et Sergueï Choïgou, ancien ministre de la défense, sont maintenant sous le microscope de la Cour pénale internationale (CPI). En date du lundi…