×
google news

Revers historique pour l’ANC sud-africain

Après les élections du 29 Mai en Afrique du Sud, on avait anticipé une déconvenue pour l’ANC (Congrès national africain). On s’acheminait vers une surprise majeure. Non seulement la formation politique qui dirige le pays depuis l’accession de Nelson Mandela à la présidence en 1994 semble désormais sur le point de perdre sa domination totale à l’Assemblée nationale, pour la première fois depuis la fin de l’apartheid, mais leur déclin pourrait être à la hauteur des plus sombres prévisions, pendant que les partis populistes réalisent une avancée notable.

Alors que les résultats de 67,69% des bureaux de vote avaient été comptés par la commission électorale sud-africaine en milieu de journée le vendredi 31 mai, l’ANC avait collecté 41,78% des voix au niveau national. Ce chiffre est susceptible de changer à mesure que les comptes se poursuivent, mais déjà plusieurs modèles prédictifs indiquent que le parti ne dépassera pas 45% du vote total. Une telle probabilité, si elle se valide lors de l’annonce officielle des résultats attendue dimanche, placerait l’ANC devant un choix crucial pour l’avenir du pays.

La prévision du Conseil pour la recherche scientifique et industrielle (CSIR), un organisme de recherche public très observé, estime que l’ANC pourrait obtenir seulement 40,5% des voix au niveau national, soit une réduction de 17 points comparé aux précédentes élections de 2019, lorsque le parti avait remporté une victoire écrasante avec 57,5% des voix.

La plateforme d’information News24 prévoit, de son côté, un score légèrement plus élevé, mais tout aussi désastreux pour l’ANC, de 41,3%. Plus optimiste, la chaîne eNCA est la seule à croire que le Congrès national africain pourrait minimiser un peu l’impact avec 45% des voix.

Il y a une avancée incroyable du parti de Jacob Zuma.

« C’était inévitable. Les citoyens ont exprimé leurs voix lors du scrutin malgré les coupures d’électricité, la menace de pénurie d’eau, les taux de chômage élevés et la criminalité en hausse constante », déclare calmement Mavuso Msimang, vice-président de la ligue des vétérans de l’ANC, qui critique depuis longtemps la complaisance envers la corruption au sein du parti.

L’origine de la défaite humiliante qui se profile peut être attribuée à une autre révélation : l’étonnante progression du parti de l’ancien président Jacob Zuma, le uMkhonto we Sizwe (MK), dont les résultats devraient dépasser les expectatives des sondages pour un parti qui n’existait même pas il y a quelques mois.

« Il est évident que M. Zuma a regagné sa place dans l’arène politique. L’exploit du MK est tout simplement époustouflant », affirme l’analyste politique Richard Calland. Jacob Zuma, accusé d’avoir exacerbé la corruption pendant son mandat (de 2009 à 2018), a apporté le chaos dans la politique sud-africaine lorsqu’il a annoncé en décembre 2023 qu’il rejoignait le MK, un parti nouvellement créé avec l’intention déclarée de provoquer la chute de l’ANC. Il était prévisible que cette formation pourrait nuire à l’ancien parti de libération, particulièrement dans la province clé de Kwazulu-Natal. Elle l’a finalement renversé.

Si cette tendance se maintient, le MK pourrait devenir le troisième parti politique en importance en Afrique du Sud et le premier du Kwazulu-Natal, la deuxième région la plus densément peuplée du pays. Selon les données du CSIR, le MK pourrait recueillir 44,9 % du vote dans cette région, lieu de naissance de l’ancien président. Dans le quartier d’Umlazi, en périphérie de Durban, le MK a remporté une impressionnante majorité avec 71 % des voix. Même à Soweto, haut bastion de la lutte anti-apartheid où l’ANC a toujours été fort, gagnant 73% des voix en 2019, le parti a maintenant perdu sa majorité, n’obtenant que 49% des voix.

Un élément zoulou nationaliste

Jacob Zuma a attiré beaucoup de partisans grâce à son charisme. Il a su capter l’attention de ceux qui se sentent négligés et rejetés par l’establishment. A l’instar de M. Trump et d’autres dirigeants, il réussit à mobiliser les peurs les plus profondes et les instincts les plus bas des gens, a expliqué Richard Calland.

Accusé de corruption dans une affaire de vente d’armes avec le groupe français Thales datant de la fin des années 1990 et forcé à démissionner en 2018 suite à divers scandales, Jacob Zuma se présente comme une victime d’un complot orchestré par son successeur, Cyril Ramaphosa, qu’il accuse d’être un pion d’un « monopole capitaliste blanc ». Populaire dans les foules, il « sait comment parler aux gens », a souligné une de ses partisanes avant l’élection. Même ses adversaires reconnaissent son charisme.

Mavuso Msimang souligne l’importance de Jacob Zuma dans l’ANC pendant vingt ans et comment il a gagné la popularité en s’opposant à ses anciens alliés, ce qui Msimang perçoit comme un vote contre l’ANC plutôt que pour Zuma. Notamment, Richard Calland ajoute que l’élément zoulou nationaliste dans le soutien pour Zuma est alarmant, en particulier pour l’ANC qui s’oppose à des divisions tribales ou ethniques en politique. De plus, la performance solide de l’Alliance patriotique, parti centré principalement sur les électeurs coloured (métis) fondé en 2013, souligne la montée des partis ethnonationalistes.

Par rapport à l’imminent radicalisme de la politique sud-africaine, les conséquences de l’élection actuelle pourraient forcer l’ANC à faire face à des décisions majeures. Ses jours en tant que majorité à l’Assemblée nationale semblent comptés, et il lui sera nécessaire de former une coalition pour rester au pouvoir et élire un président. Il y a cependant une grande inconnue – l’ANC réussira-t-elle à rester au-dessus de la barre des 45%?

Si c’est le cas, il pourrait s’allier avec de plus petits partis pour maintenir le pouvoir tout en gardant le contrôle de sa politique. Sinon, si comme beaucoup l’anticipent, elle tombe en dessous de ce seuil, l’ANC devra s’allier avec un ou plusieurs autres partis parmi ses adversaires principaux. Deux alternatives clairement différentes se présentent.

D’une part, l’Alliance démocratique, un parti du centre-droit qui préconise des réformes libérales, pourrait former une « grande coalition ». Une vue favorable serait également celle d’un gouvernement d’union nationale, rassurant les secteurs financiers. À l’opposé de l’échiquier politique, l’ANC pourrait s’allier avec le parti des Combattants de la liberté (EFF) et/ou celui de Jacob Zuma, deux forces populistes dont l’accession au pouvoir pourrait « semer la terreur parmi les investisseurs », selon Mavuso Msimang.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1590
Actualité

Chefs d’Etat Italiens: Un Détail?

23 juin 2024
Évoquons la présence de Emmanuel Macron lors du G7 le 14 juin à Borgo Egnazia, il était à peine visible, aperçu seulement à travers un morceau de sa manche. C'est…
example 1588
Actualité

« Aussi, les hirudinées bondissent »

23 juin 2024
Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur les sangsues, et surmontez vos peurs. Oubliez les anciennes pratiques thérapeutiques de Hirudo medicinalis et de ses ventouses. Ignorez aussi les capacités…