×
google news

« Ravages à Gaza favorisent le Hamas »

Avant l’attaque actuelle d’Israël, environ 4 % de la population de Gaza était composée d’étudiants, un taux similaire à celui de la population étudiante en France. Ce haut niveau d’inscription dans l’éducation supérieure est un paradoxe du blocus sur Gaza depuis 2007, qui a empêché la grande majorité des jeunes de poursuivre leurs études en dehors de Gaza. La première de douze universités du territoire a été ouverte suite à la paix conclue entre Israël et l’Egypte en 1979, un pays qui accueillait un grand nombre d’étudiants de Gaza jusqu’à lors. Cependant, les protestations à Gaza contre cette paix, ne fournissant aucune réponse à la question palestinienne, ont conduit l’Egypte à fermer ses campus aux étudiants de Gaza en représailles. C’est alors, grâce au soutien de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) dont l’Egypte avait été exclue, que l’Université Islamique de Gaza (UIG), nommée ‘islamique’ en l’honneur de l’OCI, a été établie. Toutes ces institutions ont été durement touchées.

L’UIG a évolué pour inclure onze facultés, parmi lesquelles seulement deux sont considérées comme « islamiques » (études religieuses et droit islamique). D’autres facultés comprennent les sciences, la finance et l’éducation. Cependant, contrairement aux deux universités fondées par Yasser Arafat et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), l’UIG est une institution privée. Ces deux universités sont l’université Al-Azhar, dont le campus est situé à Gaza, et l’université ouverte Al-Qods, spécialisée dans l’éducation en ligne. L’université de Gaza et l’université d’Al-Aqsa viennent compléter ce réseau public, cette dernière étant devenue la plus grande de l’enclave palestinienne en 2023 avec environ 26 000 étudiants. En revanche, les établissements ouverts plus récemment, comme l’université de Palestine à Al-Zahra, le Collège universitaire de sciences appliquées qui est très fier de son incubateur d’entreprises, ou l’université Al-Israa qui a été créée en 2014 et qui prévoit d’inaugurer son Musée de l’histoire palestinienne en 2024, sont privés.

Le 11 octobre 2023, soit quelques jours après les atrocités terroristes commises par le Hamas, l’armée de l’air israélienne a lancé des frappes aériennes sur le campus de l’UIG, qu’elle accuse de participer à la « fabrication d’armes » pour la milice islamiste. Cependant, aucune preuve n’a jamais été apportée pour soutenir ces accusations. Le même jour, l’université Al-Azhar, affiliée à l’OLP, a également été attaquée. Ces frappes ont continué au fil des semaines, au point de détruire un mur de l’enceinte couvert d’une effigie d’Arafat. Le 15 novembre, le site de Gaza de l’université ouverte Al-Qods a subi le même sort. En décembre, les attaques israéliennes ont anéanti l’université de Gaza et la faculté d’agriculture d’Al-Azhar dans le nord du territoire, fondée grâce à un don du roi du Maroc, Mohammed VI. Les détails supplémentaires de cet article sont réservés aux abonnés, qui peuvent en lire 40,83% de reste.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 969
Actualité

« Gaz hilarant menace objectifs climatiques »

15 juin 2024
Le gaz connu comme le "proto" ou le "gaz hilarant", qui agit comme une drogue psychoactive, présente un danger non seulement pour la santé humaine, mais aussi pour l'environnement. Selon…
example 967
Actualité

G7: Avortement absent, tensions Macron-Meloni

15 juin 2024
A la fin, Giorgia Meloni a eu sa façon. Le sujet de l'avortement est absent des promesses du G7, dû à la résistance de l'Italie, l’hôte, à inclure ce sujet…
example 965
Actualité

« Zelensky en Suisse, 700k Russes en Ukraine »

14 juin 2024
Ce live a également été animé par Marie Slavicek et Glenn Cloarec. Consultez tous nos articles, nos analyses et nos reportages sur la guerre en Ukraine. Découvrez les analyses, reportages…