×
google news

Grève du 3 juin suspendue

Le danger est maintenant écarté. La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) et les syndicats de médecins indépendants ont suspendu leur grève prévue à partir du 3 juin, le vendredi 24 mai. Dans une déclaration, ils ont expliqué ce changement de cap en disant: « Les engagements et les décisions du gouvernement renforcent l’idée d’une égalité de traitement entre les différents acteurs du monde hospitalier ». Ceci arrive après plusieurs semaines de pression intense.

Des interventions ont été reportées, des salles d’opérations étaient à l’arrêt et des services d’urgence étaient fermés. Selon la FHP, 80% de leurs 1 030 établissements membres devaient participer à ce mouvement « massif ». Les représentants des hôpitaux privés à but lucratif ont mené une bataille acharnée contre l’État depuis deux mois pour contester les nouveaux tarifs hospitaliers qu’ils estiment insuffisants. Ces tarifs correspondent aux montants versés par l’Assurance-maladie aux établissements pour chaque patient pris en charge.

L’annonce par le ministère de la santé, le 26 mars, des tarifs pour l’année 2024 a été vue comme une déclaration de guerre. Le secteur privé à but lucratif n’a vu qu’une augmentation de + 0,3%, bien en deçà de celle accordée aux hôpitaux publics et privés non lucratifs, qui s’élevait à + 4,3%. Après deux années de forte inflation, cet écart a créé une vive tension parmi les cliniques qui demandaient 500 millions d’euros supplémentaires, en alertant sur de possibles déficits dans 60% de leurs établissements.
« L’égalité de traitement »

Selon la FHP, aucune subvention officielle n’a été accordée, bien qu’il y ait eu des progrès sur les « principes » mentionnés dans une lettre reçue du ministre délégué à la santé, Frédéric Valletoux, le vendredi 24 mai. Il est fait allusion à une « relation revisitée » entre le gouvernement et le secteur commercial, une « équité de traitement » entre divers participants publics et privés, et un futur « accord de financement sur plusieurs années », comme l’a indiqué son président, Lamine Gharbi, le même vendredi.

D’autres mesures concrètes ont également été révélées, comme l’élimination, à partir de juillet, d’une « réduction CICE » qui réduisait leurs tarifs. Cela devrait faciliter la réponse aux « problèmes économiques » des institutions, selon les représentants de la FHP. La valorisation du travail nocturne des soignants et des docteurs du secteur privé sera également mise en place à partir du 1er juillet 2024, une décision jusque-là prise pour le secteur public (et le secteur privé non lucratif), avec une enveloppe accordée à cet effet par le gouvernement, sans montant spécifié. C’est également la promesse que les Agences régionales de santé examinent la situation des institutions commerciales privées en difficulté et leur fournissent une aide financière à l’avenir, qui a encouragé les intervenants à annuler l’appel à la grève.

Il vous reste à lire 34,49% de cet article. Le reste est disponible uniquement pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 977
Actualité

« Questions Pratiques pour Voter 2024 »

15 juin 2024
Suite à l'issue favorable du Rassemblement national lors des élections européennes du 9 juin, où ils ont obtenu un score de 31,4%, le président a proclamé la dissolution de l'Assemblée…
example 969
Actualité

« Gaz hilarant menace objectifs climatiques »

15 juin 2024
Le gaz connu comme le "proto" ou le "gaz hilarant", qui agit comme une drogue psychoactive, présente un danger non seulement pour la santé humaine, mais aussi pour l'environnement. Selon…
example 967
Actualité

G7: Avortement absent, tensions Macron-Meloni

15 juin 2024
A la fin, Giorgia Meloni a eu sa façon. Le sujet de l'avortement est absent des promesses du G7, dû à la résistance de l'Italie, l’hôte, à inclure ce sujet…