×
google news

« Débuts difficiles couverture santé universelle RDC »

Dans la douceur de la chambre où la discrétion est de mise, l’arôme familier du lait flotte dans l’air. Des mères qui viennent de donner la vie se reposent avec leurs bébés. Olga, chuchotant doucement, révèle qu’elle nourrit Elura, son troisième enfant qui est née à la mi-avril. Elle exprime sa gratitude pour la première fois, elle n’a pas eu à payer pour l’accouchement.

Les autres mères dans la pièce, qui sont au nombre de huit, font écho à son sentiment. Elles se trouvent actuellement au Centre Hospitalier Public de Luyindu, dans la commune de Ngaliema, l’une des vingt-quatre communes de la capitale de la République Démocratique du Congo (RDC). « C’est un grand pas en avant pour les femmes congolaises », déclare Annie Munungi, l’infirmière en chef de la maternité.

Ce premier ensemble de soins primaires, promu par le gouvernement, vise à garantir une gratuité complète du suivi de l’accouchement et du suivi de la mère et de son bébé pendant le premier mois. Il s’agit d’une mini-révolution dans un pays où le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans est toujours parmi les plus élevés au monde, avec 79 décès pour 1 000 naissances en 2021, selon l’ONU.

Ce plan, lancé en septembre 2023 à Kinshasa et dans trois autres provinces (Sud-Kivu, Kasaï-Oriental et Kongo-Central), est le prélude à la future couverture santé universelle (CSU) poussée par l’ONU dans le cadre des Objectifs de Développement Durable. Cette CSU vise à « garantir à tous l’accès à des services de santé essentiels de qualité » d’ici 2030. À la mi-avril, le programme « maternité gratuite » a été élargi à sept nouvelles provinces et devrait être déployé dans tout le pays d’ici la fin de l’année. Tout cela représente une tâche colossale.

Bien que le président Félix Tshisekedi ait déclaré la mise en œuvre de la CSU comme une « priorité nationale » en 2019, il a fallu cinq ans à l’état congolais pour élaborer sa stratégie avec le soutien de l’agence de développement américaine, l’USAID, et de l’Organisation mondiale de la santé. En 2021, un Conseil national de la CSU (CNCSU), directement lié à la présidence, a été créé avec pour premier objectif d’évaluer les 519 zones de santé d’un pays quatre fois plus grand que la France. À ce moment-là, le docteur Polydore Kabila, coordonnateur du CNCSU, a observé que l’espérance de vie des Congolais diminuait, contrairement à la tendance générale sur le continent. Pour faire face à ces multiples causes de mortalité, notre Plan stratégique national ambitieux doit avoir une approche multisectorielle pour réaliser la CSU en 2025 », dit-il.

Le pays, qui investit seulement 4% de son PIB dans la santé de ses 103 millions de citoyens et qui dépend de financements extérieurs à hauteur de 38% selon la Banque Mondiale, est confronté à un défi colossal. Avec un salaire moyen de seulement 45 euros par mois, le fardeau financier qui pèse sur les ménages est impressionnant. De plus, cette ambition est compliquée par la situation sécuritaire précaire dans l’Est du pays, où des groupes armés sèment la violence.

Dans la clinique privée Celpa à Luyindu, on trouve des affiches en français, lingala et swahili qui promeuvent le programme de soins gratuits, collées à chaque coin. Cependant, il est difficile pour les établissements d’être remboursés par l’Etat congolais pour les frais avancés. « Les institutions font tout leur possible et nous pouvons être fiers de ne pas avoir perdu de nourrissons, » déclare Pierre Buléli, le directeur de la clinique. « Cependant, quand nous soumettons notre facture au Fonds de solidarité de santé, spécialement créé pour ce programme, l’Etat ne paie qu’un tiers ou la moitié et toujours très tardivement. »

« Un échec prévisible »

« Notre situation est comparable à cette ambulance neuve et rutilante que vous voyez dans l’enceinte. L’Etat nous a donné de superbes véhicules, peints en de jolies couleurs avec une sirène pour aider les gens, » dit Alphonse Mavanga, anesthésiste et directeur des soins au Centre hospitalier de Luyindu, d’un ton moqueur. « Mais nous n’avons pas les ressources pour payer l’essence. »

De son côté, le Conseil National de la CSU affirme qu’il a « effectué une inspection rigoureuse » trois mois après le début du programme « pour rectifier ce qui devait l’être. C’est une réforme extrêmement ambitieuse que nous avons lancée. »

L’organisation nationale des professionnels de santé, Synamed, avait déjà émis des préoccupations en 2023, sur une situation très difficile à venir. Le secrétaire général, le Dr John Senga, un cardiologue, avait critiqué le manque de consultation, le faible financement et l’omission de certaines procédures de financement, telles que les échographies ou les tests biologiques. « À Kinshasa, plusieurs hôpitaux sont très préoccupés par cette situation et nous avons exprimé nos inquiétudes en février auprès du ministère de la santé et du Fonds de solidarité de la santé. Si rien n’est fait pour corriger la situation, nous craignons que les hôpitaux soient forcés de revenir à l’ancien système », a-t-il déclaré.
Le CNCSU a indiqué qu’un budget de 42 millions de dollars avait déjà été alloué pour ce programme et que le Fonds mondial avait contribué à hauteur de 78 millions de dollars pour une expansion dans sept autres provinces. Ces informations n’ont pas réussi à apaiser les médecins et les sages-femmes qui envisagent une grève pour faire avancer cette cause sociale et réduire considérablement le taux de mortalité des mères et des enfants congolais.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1590
Actualité

Chefs d’Etat Italiens: Un Détail?

23 juin 2024
Évoquons la présence de Emmanuel Macron lors du G7 le 14 juin à Borgo Egnazia, il était à peine visible, aperçu seulement à travers un morceau de sa manche. C'est…
example 1588
Actualité

« Aussi, les hirudinées bondissent »

23 juin 2024
Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur les sangsues, et surmontez vos peurs. Oubliez les anciennes pratiques thérapeutiques de Hirudo medicinalis et de ses ventouses. Ignorez aussi les capacités…