×
google news

« Washington envisage d’armer l’Ukraine contre Russie »

Le feu vert tant attendu par les Ukrainiens a été donné lors de la visite à Kiev du secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, le mercredi 15 mai. Pour la première fois, les forces ukrainiennes ont reçu l’indication qu’elles pourraient attaquer le territoire russe avec des armes fournies par les États-Unis. Alors que les alliés de l’Ukraine avaient été invincibles jusqu’à présent, interdisant l’emploi de leurs missiles, drones ou projectiles pour bombarder des cibles en dehors de leur territoire souverain, Antony Blinken a mentionné que l’Ukraine a le droit de prendre ses propres décisions concernant la façon de conduire cette guerre. Étant donné que Kiev dépendait fortement des livraisons occidentales, elle respectait cette restriction imposée par ses alliés afin d’éviter toute escalade avec Moscou. Toutefois, Antony Blinken a ouvert la voie à l’utilisation d’équipements occidentaux contre les unités russes situées au-delà des frontières ukrainiennes.

L’attaque initiée le 10 mai par Moscou dans la zone de Kharkiv a modifié la situation présente. Le regroupement des troupes russes de l’autre côté de la frontière nord-est de l’Ukraine était depuis longtemps signalé par les services de renseignement ukrainiens, précisant que Kiev n’était pas en mesure de les atteindre avec des armes locales : les charges explosives de leurs drones sont insuffisantes pour gérer des concentrations de soldats, contrairement aux missiles à sous-munitions fournis par les États-Unis. De plus, les Ukrainiens ne disposent pas de suffisamment d’obus pour entreprendre des attaques de saturation, conçues pour détruire les regroupements de troupes et d’équipements.

« La stratégie américaine a permis la création d’un grand sanctuaire où la Russie a pu préparer sa force d’invasion terrestre et à partir duquel elle lance des bombes planantes et d’autres systèmes d’attaque à longue portée pour soutenir sa nouvelle invasion », estime George Barros, chercheur à l’Institute for the Study of War, dans une note publiée le 13 mai. Selon les officiels ukrainiens, 30 000 soldats russes auraient traversé la frontière en région de Kharkiv et 50 000 autres seraient en réserve pour les appuyer.

Le précédent britannique

Un signe d’un changement de position occidentale réfléchi est l’évolution américaine qui a été précédée quelques jours auparavant par une première inflexion britannique. Lors d’un voyage à Kiev le 3 mai, le ministre des affaires étrangères, David Cameron, avait exprimé sa volonté d’autoriser des frappes sur le territoire russe avec des armes fournies par Londres. « La Russie vise le territoire ukrainien et il est compréhensible que l’Ukraine ressente le besoin de se défendre », avait justifié l’ancien premier ministre.

Pour lire le reste de cet article, qui représente 32.83% du contenu total, vous devez être abonné.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1597
Actualité

Zelensky à Madrid pour rencontrer Sanchez

27 mai 2024
Nos articles, reportages et analyses sur le conflit en Ukraine sont disponibles pour lecture. Dans le « Monde », nous découvrons pourquoi la Crimée est prioritaire pour Kiev et l'émotion…
example 1596
Actualité

« ManiFeste, Miremont, We Love Green: Incontournables »

27 mai 2024
La matinée de la semaine passe en revue les différents programmes de quatre festivals dont deux connaissent leur première édition, tandis que deux autres sont en tournée. Des personnalités appréciées…
example 1594
Actualité

Manifestations en Arménie contre premier ministre

27 mai 2024
La contestation en Arménie concernant la cession de terrains à l'Azerbaïdjan, qui a débuté le mois dernier, persiste. Le 26 mai, un rassemblement notable a eu lieu à Erevan, la…