×
google news

Des clients portent des accusations de tromperie contre Temu

Jeudi 16 mai, des groupements européens de clients ont déclaré avoir déposé une plainte contre Temu, la plateforme chinoise de vente sur Internet, accusée de détourner les utilisateurs et de violer diverses clauses du Digital Services Act (DSA) de l’Union européenne.
Avec plus de 75 millions d’usagers mensuels dans l’UE, Temu est truffée de « dark patterns », des schémas trompeurs destinés à pousser les clients à dépenser plus sur la plateforme, comme l’a décrit Monique Goyens, la directrice de la BEUC, dans une déclaration.
Le BEUC, ainsi que 17 de ses affiliés – dont UFC-Que Choisir en France – ont déposé collectivement la plainte auprès de la Commission Européenne et des autorités nationales compétentes.
Goyen déplore que sur Temu, « les utilisateurs se voient offrir des versions plus coûteuses d’un produit particulier une fois qu’ils ont cliqué dessus et sont confrontés à un véritable casse-tête pour fermer leur compte ».
Le DSA, depuis février, impose de nouvelles règles aux plateformes en ligne sous menace de sanctions pour mieux protéger les utilisateurs contre les contenus illégaux. L’arrêté interdit par exemple les interfaces trompeuses et exige une plus grande transparence sur les algorithmes exploités pour cibler les utilisateurs. Il impose aussi de vérifier l’identité des vendeurs sur les plateformes et de bloquer les fraudeurs répétitifs.

Selon le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), Temu, une plateforme chinoise, a souvent négligé de donner des informations critiques aux consommateurs concernant les vendeurs de ses produits. De ce fait, il n’est pas possible de savoir si les produits respectent les normes de sécurité de l’UE. La plateforme, qui s’est rapidement développée en Europe ces deux dernières années grâce à une stratégie de tarification agressive, n’offre pas non plus des informations adéquates sur ses systèmes de recommandation et sur la façon dont elle utilise différents critères pour proposer certains produits, déplore le BEUC.

Ce dernier soutient que Temu viole le règlement de l’UE sur les services numériques, et il demande une enquête à son sujet. En octobre, Altroconsumo, une organisation italienne de consommateurs, a testé 13 produits cosmétiques vendus sur la plateforme et a constaté que neuf d’entre eux ne mentionnaient pas, ou seulement en partie, la liste des ingrédients.

Plus tôt cette année, la Fédération allemande des organisations de consommateurs (VZBV) a reproché à Temu de donner des avis trompeurs sur les produits qu’elle vend, et de tromper les consommateurs en affichant de fausses réductions de prix. Temu a fait des changements, mais ceux-ci sont pour l’instant seulement appliqués sur le marché allemand.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…
example 1383
Actualité

Projet de réforme audiovisuelle repoussé

23 mai 2024
Le plan de fusion des médias publics soutenu par Rachida Dati, la ministre de la Culture, est en retard. Son évaluation à l'Assemblée nationale a été différée le jeudi 23…