×
google news

« Mobilisation contre la guerre à Gaza »

La mobilisation des étudiants contre le conflit à Gaza a été affectée par divers facteurs tels que la saison des examens, la clôture de l’année académique, les interventions de la police et les décisions de fermeture prises par les administrations universitaires, en particulier aux États-Unis et en France. Cependant, une vague de manifestations a émergé à travers l’Europe, exigeant l’arrêt des attaques israéliennes sur Gaza et incitant leurs universités à se désengager des institutions d’éducation supérieure en Israël.

Aux Pays-Bas, une initiative commencée le 6 mai à l’Université libre d’Amsterdam a inspiré d’autres universités à Maastricht, Nimègue, Eindhoven, Utrecht et Groningue. De même, des protestations ont débuté à Leiden le 13 mai. Les formes de contestation varient, allant des marches aux installations de tentes et de l’occupation de bâtiments. Amsterdam aussi a été le théâtre de manifestations, où la police a effectué plusieurs dizaines d’arrestations. Une marche pacifique avec des milliers de participants a dégénéré en chaos lorsque un groupe d’hommes masqués en noir a attaqué les manifestants avec des engins incendiaires.

Suite à l’appel des responsables universitaires, la police a dû intervenir pour réaliser des expulsions, notamment dans un immeuble situé au cœur d’Amsterdam ce lundi, où le climat était particulièrement tendu. Autour d’un millier d’individus, dont des étudiants soutenant la Palestine et des membres du personnel, avaient placardé des drapeaux aux fenêtres et sur les balcons, exprimant leur mécontentement envers les médias. Leur slogan était « Chaque mensonge coûte la vie d’un enfant à Gaza », appelant à la fin des relations avec les entreprises et les universités israéliennes. Après des incidents opposant les pro-Palestiniens aux pro-Israéliens et des étudiants qui occupaient l’institut à la police, l’université principale a dû fermer ses portes. Quant à Utrecht, des professeurs et des étudiants occupaient un bâtiment administratif lundi, exigeant des excuses des autorités de l’éducation pour ce qu’ils considèrent comme une violence « excessive » de la part de la police, appelée le 8 mai pour dégager les occupants. Belgique.

Le 5 mai, un mouvement a commencé à l’Université de Gand, avec 300 étudiants qui ont commencé à occuper un bâtiment. Ils ont été rejoints par environ 60 professeurs et employés. Ils ont demandé au recteur, Rik Van de Walle, de couper tout lien avec Israël. Cependant, le recteur a exprimé son désaccord en précisant que son université n’entretenait aucune relation avec des entités impliquées dans des violations graves des droits de l’homme.

Le 7 mai, une action plus spontanée a commencé à l’Université libre de Bruxelles, où un groupe d’une centaine de personnes a exigé une cessation de toute relation avec les universités et les entreprises sionistes. Environ 150 manifestants ont suscité la controverse en demandant l’annulation d’un débat avec Elie Barnavi, un historien et ancien ambassadeur d’Israël à Paris. Barnavi, qui se définit comme « pro-palestinien depuis toujours », a été dépeint comme le « représentant d’un Etat fasciste, suprématiste, d’apartheid, raciste… ». Cependant, lorsqu’il a été interviewé par RTBF le 13 mai, Barnavi a confirmé qu’il assisterait bien au débat, qui est toujours prévu pour le 3 juin. D’autres actions de protestation ont également eu lieu dans d’autres établissements belges, comme à Liège, Anvers, à l’Université libre flamande de Bruxelles et à l’Université catholique de Leuven.

Une partie de cet article reste non lue et est disponible seulement pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1294
Actualité

Parti de Macky Sall, avenir incertain au Sénégal

22 mai 2024
Peut-on envisager la survie de l'Alliance pour la République (APR) sans Macky Sall, son initiateur en 2008 ? Depuis la perte du 14 mars, l'ancien président s'est retiré à Marrakech.…
example 1292
Actualité

« Résumé Mardi: Guerre en Ukraine Direct »

22 mai 2024
Le live a été animé par plusieurs personnes dont Agnès Gautheron, Gabriel Coutagne, Fatoumata Sillah, Solène L’Hénoret et Audrey Delaporte qui a pris des photos. Nous avons une série d'articles,…