×
google news

« Guerre Ukraine: Vingt blessés à Kharkiv »

Les articles, analyses et reportages dédiés à la guerre en Ukraine sont disponibles pour lecture sur notre site. L’actualité, les décryptions et les informations du « Monde » couvrent divers sujets relatifs à l’Ukraine. Des sujets comprennent plaintes déchirantes de familles ukrainiennes déplacées de l’enclave palestinienne due à la guerre de Gaza et aux attaques à Odessa, au discours accusateur de Vladimir Poutine lors des cérémonies du 9 mai blâmant l’Occident pour l’escalade des conflits.

Nous avons également des écrits qui mettent en lumière les victoires et les défis graves, tels que les écrits de Karl Schlögel sur le rôle crucial de Kyiv dans l’avenir de l’Europe, l’inspirante Mariia Vysochanska d’Ukraine, portant la flamme et l’espoir pour Paris 2024, et la lutte incessante des survivantes ukrainiennes de violences sexuelles dans une société où le viol est un sujet tabou.

Le rôle dominateur de Poutine dans la guerre de Gaza est également analysé. De plus, nous offrons des réponses à vos questions fréquemment posées. Par exemple, comment Moscou et Kiev exploitent-ils les drones dans la guerre en cours?

Selon un rapport de défense britannique publié en mai 2023, l’utilisation de drones dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine a augmenté exponentiellement. Le rapport indique que les Ukrainiens perdent environ 10000 drones chaque mois, soit plus de 300 par jour. Pour mettre en perspective, l’armée française ne compte que légèrement plus de 3000 drones dans son arsenal.

Les drones utilisés sont principalement de petits UAVs civils, abordables et disponibles en quantité. Ces dispositifs servent à surveiller le champ de bataille, guider les troupes et les tirs d’artillerie. Certains sont même modifiés pour transporter de petites charges explosives, qui sont larguées sur des tranchées ou des véhicules blindés.

Les drones-kamikazes, bien que moins nombreux, jouent un rôle crucial. Equipés d’explosifs, ces UAV sont déployés au-dessus de la ligne de front sans mission prédéfinie. Les drones russes Lancet-3, ainsi que les Shahed-136 fabriqués en Iran sont utilisés par Moscou. L’Ukraine, qui ne possède pas une flotte de guerre décente, utilise des véhicules marins sans pilote – de petits kayaks téléguidés et chargés d’explosifs (450 kg de TNT) pour défier l’ennemi.

Les drones sont si vitaux pour leurs opérations que tant les Ukrainiens que les Russes se sont organisés pour approvisionner leurs troupes sur le long terme, non seulement en achetant massivement des drones civils sur le marché, mais aussi en développant leurs propres moyens de production. L’industrie nationale ukrainienne, qui était encore en balbutiement au début de la guerre du Donbass il y a dix ans, s’est depuis fortifiée. Le ministre ukrainien de la transformation numérique a révélé fin août que le Lancet russe avait été copié et serait lancé sous le nom de Peroun, le dieu slave du tonnerre et de la foudre.

La Russie, contrainte par les sanctions occidentales limitant ses approvisionnements en composants électroniques, éprouve des difficultés. Cependant, selon les services de renseignement américains, Moscou aurait débuté la construction d’une usine dans la zone économique spéciale d’Alabouga pour fabriquer des drones-kamikazes iraniens, tels que les Shahed-136.

Quant à l’état des stocks de missiles russes, c’est une information difficile, voire impossible, à obtenir. Les services de renseignements ukrainiens partagent régulièrement des données à ce sujet, mais leurs estimations sont douteuses.

Andri Ioussov, représentant de la direction du renseignement du ministère de la défense (GUR), a confirmé, selon Liga.net, que l’armée russe possédait environ 2 300 missiles balistiques ou de croisière avant le début du conflit, le nombre restant atteignant plus de 900 au début de l’année. Il a également déclaré que ce chiffre est complété par des dizaines de milliers de missiles sol-air S-300, avec une portée d’environ 120 kilomètres, ainsi qu’une grande réserve de S-400, une version plus récente avec une portée triple. En août, Vadym Skibitsky, vice-directeur du GUR, avait avancé le nombre de 585 missiles d’une portée supérieure à 500 kilomètres.

En termes de production, il semblerait que l’armée russe ait augmenté sa capacité de production à environ une centaine de missiles balistiques et de croisière par mois, comme le confirment plusieurs experts. En octobre, le GUR avait évalué cette production à 115 unités.

De plus, la Russie aurait acquis des missiles à courte portée de l’Iran et de la Corée du Nord, et continuerait de le faire. Reuters, citant diverses sources iraniennes, a rapporté que 400 missiles iraniens de type Fateh-110 (portée de 300 à 700 km) ont été livrés depuis janvier, suite à la conclusion d’un accord. Le nombre de missiles nord-coréens obtenus par la Russie n’est pas connu, mais 24 ont été tirés en Ukraine entre le 30 décembre 2023 et le 7 février 2024, selon le procureur général, Andriy Kostin. Des experts qui ont analysé les débris et les trajectoires suggèrent qu’il s’agit probablement de KN-23 et de KN-24 avec une portée approximative de 400 km.

Et qu’en est-il des avions de combat F-16 ?

Répondant à une requête de longue date du chef de l’État ukrainien, en août 2023, les États-Unis ont approuvé le transfert de chasseurs F-16 à l’Ukraine. Bien que plus de 300 F-16 soient disponibles dans neuf pays européens, dont la Belgique, le Danemark, la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal, tous les États en possession ne peuvent pas immédiatement les céder.

Volodymyr Zelensky a évoqué la promesse de 42 F-16 de la part des alliés occidentaux à Kiev, mais cette information n’a pas été vérifiée. Le Danemark a promis 19 appareils. Les 6 premiers ne devraient pas être livrés avant fin 2023, suivis par 8 autres en 2024 et 5 en 2025, selon la Premiere ministre danoise, Mette Frederiksen. Les Pays-Bas se sont également engagés à en fournir, ayant 42 unités à leur disposition, mais n’ont pas spécifié le nombre qu’ils envisagent de donner.

De plus, les pilotes ukrainiens doivent être formés pour piloter ces chasseurs américains. Onze pays alliés de Kiev se sont engagés à former les pilotes. Selon l’OTAN, les soldats ukrainiens ne seront aptes à utiliser les avions en combat qu’au début 2024, tandis que d’autres experts prévoient plutôt l’été de cette même année.

Quelle aide militaire ses alliés apportent-ils à Kiev ?

Deux ans après le déclenchement d’une guerre majeure, l’élan de soutien Occidental envers Kiev semble ralentir. D’après le dernier rapport de l’Institut Kiel publié en février 2024, les nouveaux engagements d’aides pour la période allant d’août 2023 à janvier 2024, ont diminué par rapport à la même période l’année précédente. La tendance pourrait s’accentuer avec le Sénat américain luttant pour voter des aides et l’Union européenne (UE) ayant rencontré des difficultés à approuver une aide de 50 milliards le 1er février 2024, principalement à cause de l’obstacle hongrois. Il est à souligner que ces deux lots d’assistance ne sont pas encore inclus dans le dernier bilan de l’Institut Kiel, qui se termine en janvier 2024.

D’après l’Institut allemand, le nombre de donateurs diminue et se concentre autour d’un groupe de pays constitué des États-Unis, de l’Allemagne, des pays du Nord et de l’Est de l’Europe. Ces derniers promettent à la fois une aide financière conséquente et de l’équipement militaire de pointe. Au total, depuis février 2022, les pays soutenant Kiev se sont engagés à fournir au moins 276 milliards d’euros d’aide militaire, financière et humanitaire.

En termes de valeur, les pays les plus riches ont été les plus généreux. Les États-Unis ont été de loin les plus grands donateurs, avec plus de 75 milliards d’euros d’aide promis, dont 46,3 milliards en aide militaire. Les pays de l’Union européenne ont annoncé des aides bilatérales (64,86 milliards d’euros) ainsi que des aides communes issues des fonds de l’Union européenne (93,25 milliards d’euros), pour un total de 158,1 milliards d’euros.

En termes de contributions en tant que pourcentage du produit intérieur brut (PIB), le classement des pays donateurs diffère. Les États-Unis tombent à la vingtième place, ne contribuant que 0,32 % de leur PIB- une contribution bien inférieure à celle de pays proches de l’Ukraine ou d’anciennes nations soviétiques amicales. L’Estonie se distingue en offrant le plus grand pourcentage de son PIB à 3,55 %, suivie du Danemark avec 2,41 % et de la Norvège, 1,72 %. La Lituanie et la Lettonie complètent le top 5 avec respectivement 1,54 % et 1,15 %. Les trois nations baltes, qui bordent toutes la Russie ou son alliée, la Biélorussie, figurent parmi les donateurs les plus généreux depuis le début du conflit.
En comparant les contributions au PIB, la France se positionne au vingt-septième rang, n’ayant engagé que 0,07 % de son PIB, légèrement inférieure à celle de la Grèce (0,09 %). L’aide de la France a continuellement diminué depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie; la France était au vingt-quatrième rang en avril 2023 et au treizième rang à l’été 2022.
Quelles informations disposons-nous concernant les tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne?

Les tensions entre l’Ukraine et la Pologne se sont intensifiées ces derniers mois, avec le transit des grains ukrainiens en plein cœur des querelles. Au début de 2022, la Commission européenne avait lancé des « couloirs de soutien » afin de promouvoir l’exportation et la commercialisation sans taxes des produits agricoles ukrainiens vers l’Afrique et le Moyen-Orient. Néanmoins, d’après la Fondation Farm, organisation dédiée aux questions d’agriculture globale, depuis le début du conflit, près de la moitié des grains ukrainiens parcourent ou finissent leur voyage au sein de l’Union européenne (UE), affichant un tarif nettement plus bas que le blé produit dans l’UE, surtout dans les pays d’Europe centrale.

Affirmant que ces importations perturbent le marché intérieur et par conséquent le revenus des exploitants agricoles, la Pologne, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et la Slovaquie ont décidé d’arrêter unilatéralement leurs importations en avril 2023. Bruxelles avait accepté cet embargo, à la condition qu’il n’entrave pas le transit vers d’autres nations et qu’il ne dure que quatre mois. Cependant, estimant que la problématique majeure restait non résolue, Varsovie a choisi de maintenir la fermeture de sa frontière aux grains ukrainiens à la fin de la période estivale, alors que Bruxelles considérait l’embargo comme injustifié, ses analyses démontrant qu’il n’y avait plus de déséquilibre sur les marchés nationaux en matière de céréales.

En réponse à l’augmentation des coûts de production et à la baisse des prix, les agriculteurs polonais ont instauré un blocus à la frontière polono-ukrainienne, empêchant l’entrée des camions ukrainiens sur le sol national. Ils exigent un « embargo total » sur les produits agricoles et alimentaires en provenance d’Ukraine, soulignant l’engorgement de leurs silos et entrepôts. Le président ukrainien a interprété ce blocus début 2024 comme un signe de « l’affaiblissement de la solidarité » envers son pays et a sollicité des discussions avec la Pologne. De plus, il a critiqué « l’apparition de slogans franchement pro-Poutine », affirmant que « seul Moscou se réjouit » de ces tensions.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1392
Actualité

« Guerre Ukraine: Kiev confirme drones navals »

23 mai 2024
Cet événement en direct a été animé par plusieurs personnalités, dont Dorian Jullien, Agnès Gautheron, Gabriel Coutagne, Fatoumata Sillah, Charlotte Herzog, Charles Deleare et Audrey Delaporte, qui était responsable des…
example 1389
Actualité

« Baisse de 9% des loups en France »

23 mai 2024
Selon un communiqué de diverses associations environnementales, l'année 2023 a connu un déclin de 9 % dans la population de loups en France, fixant le nombre total à 1 003…