×
google news

« Fournier: Franquin, pédagogue hors pair en BD »

Faites attention, ne suggérez pas à Jean-Claude Fournier qu’il devrait ralentir et ranger sa plume et ses pinceaux. Même à l’approche de ses 81 ans, ce grand nom de l’art de la bande dessinée franco-belge ne montre aucun signe de vouloir arrêter. « Je suis en grande forme, j’ai minci de 25 kilos, j’ai encore trente années devant moi! », plaisante l’artiste breton, occupé à peaufiner une œuvre dans son atelier de Saint-Quay-Portrieux, une charmante petite maison au bord de la mer.

Fort de sa vitalité jamais démentie, l’homme a complété en trois ans une centaine de pages de bande dessinée, un exploit pour lui. À l’invitation de Daniel Maghen, un galeriste et éditeur parisien, le créateur des séries Bizu et Les Crannibales a illustré les moments marquants de sa vie, son enfance heureuse dans le garage de ses parents, ses aventures au lycée de Lamballe, ses exploits musicaux avec le bagad de Saint-Quay-Portrieux, et ses escapades la nuit dans les marais des monts d’Arrée, domicile mythique de l’Ankou, la Mort de la mythologie bretonne.

Toutefois, il contient aussi une émouvante dédicace à Franquin, qui joue un grand rôle dans cette biographie illustrée. La relation entre les deux auteurs de bande dessinée a débuté dans les années 1960. À l’époque, Jean-Claude Fournier, alors dans la vingtaine, cherchait sa voie entre l’art et le théâtre, lorsqu’il fut invité à rejoindre le célèbre artiste belge dans son atelier bruxellois.

Dans le cadre d’une dédicace à Paris, j’avais eu la chance de rencontrer Franquin. Je m’étais présenté avec quelques dessins, qu’il a gentiment proposé d’examiner. Malgré ma peur, cet homme bienveillant m’invita même à lui rendre visite en Belgique afin de me présenter à l’équipe de Spirou Magazine – un moment que je ne peux pas pratiquement oublier, évoque l’auteur avec un sourire joyeux et une barbe blanche.

Pendant un an et demi, le jeune Fournier a eu l’opportunité d’apprendre de Franquin, l’inventeur des personnages de BD bien-aimés Gaston Lagaffe et Marsupilami. « Tous les deux mois, je passais une semaine dans son studio. À ce moment-là, mon dessin était très traditionnel et Franquin passait des heures à me corriger. C’était un enseignant extraordinaire, incroyablement généreux, » raconte Fournier, les yeux s’humidifient rapidement en parlant de cet homme qu’il voit comme un « deuxième père ». L’album regorge d’histoires et anecdotes sur ce fameux auteur belge – son thé au jasmin préféré qu’il préparait avec « deux tiers de thé, un tiers de cognac », sa tradition d’utiliser une réglette pour écrire droites les bulles, sa passion pour les restaurants asiatiques…
Il reste encore près de 66% de cet article à découvrir. La suite est réservée à nos abonnés seulement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…
example 1383
Actualité

Projet de réforme audiovisuelle repoussé

23 mai 2024
Le plan de fusion des médias publics soutenu par Rachida Dati, la ministre de la Culture, est en retard. Son évaluation à l'Assemblée nationale a été différée le jeudi 23…