×
google news

Reconstitution de la mort Nahel M. à Nanterre

Les événements ayant conduit au décès tragique de Nahel, un jeune de 17 ans abattu par la police le 27 juin 2023, seront recréés à Nanterre le dimanche 5 mai dans le matin. Cette tragédie avait provoqué des émeutes d’une ampleur inédite.

La place Nelson Mandela, l’endroit du drame, a été totalement cadenassée par la police. Des véhicules similaires à ceux utilisés lors de l’incident ont été acheminés sur place, y compris une automobile jaune semblable à celle que Nahel conduisait ce jour fatidique.

Avec leurs avocats à leurs côtés, le brigadier Florian M., accusé d’homicide volontaire, son coéquipier qui était présent ce jour-là et plusieurs témoins seront appelés à confronter leurs déclarations pour déterminer si le brigadier était en danger de mort. « C’est un instant crucial, où toutes les parties seront pour la première fois réunies à l’endroit du crime pour revivre leurs témoignages », a déclaré Me Nabil Boudi, l’avocat de la mère de Nahel.

Les vestiges des émeutes qui ont suivi le décès du jeune homme sont encore visibles dans certains secteurs de Nanterre, ville localisée à l’ouest de Paris. Écoles et tribunaux vandalisés, magasins pillés… Le coût des dégâts est estimé à un milliard d’euros à l’échelle nationale, selon un rapport du Sénat.

Cette affaire est devenue le symbole du débat sur la violence policière.

L’investigation liée à la disparition de Nahel, qui représente symboliquement le débat sur la brutalité policière, vise principalement à déterminer si l’utilisation d’une arme à feu était justifiée. D’après certains détails de l’enquête, la voiture que Nahel conduisait avait été stoppée par le trafic après une poursuite. Un rapport initial de la police, affirmant que l’adolescent avait foncé sur le motard, a été rapidement démenti par une vidéo de l’incident partagée sur les réseaux sociaux.

Dans cette vidéo, on perçoit deux officiers de police près de la voiture, pointant leurs armes sur le conducteur. L’un d’eux tire sur lui quand la voiture redémarre. Par la suite, la voiture s’est engouffrée dans un bloc de béton, à quelques dizaines de mètres de là. Les policiers sur place ont insisté sur le fait qu’ils se sentaient menacés de mort, étant piégés entre la voiture et un mur.

Florian M., qui avait 38 ans au moment de l’incident, a été en détention provisoire pendant cinq mois. Il a ensuite été libéré et placé en liberté surveillée en novembre, suite à plusieurs requêtes faites par son avocat.

Suite à la libération du policier, Mounia, mère célibataire de Nahel, avait organisé une manifestation pacifique où des centaines de personnes se sont rassemblées. « Un policier tue un enfant, arabe ou noir, devient millionnaire et sort de prison, retrouve sa famille tranquillement pour les fêtes », avait-elle déploré dans une vidéo, faisant allusion à la somme de plus de 1,6 million d’euros amassée via une collecte de fonds pour soutenir la famille du policier.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1597
Actualité

Zelensky à Madrid pour rencontrer Sanchez

27 mai 2024
Nos articles, reportages et analyses sur le conflit en Ukraine sont disponibles pour lecture. Dans le « Monde », nous découvrons pourquoi la Crimée est prioritaire pour Kiev et l'émotion…
example 1596
Actualité

« ManiFeste, Miremont, We Love Green: Incontournables »

27 mai 2024
La matinée de la semaine passe en revue les différents programmes de quatre festivals dont deux connaissent leur première édition, tandis que deux autres sont en tournée. Des personnalités appréciées…
example 1594
Actualité

Manifestations en Arménie contre premier ministre

27 mai 2024
La contestation en Arménie concernant la cession de terrains à l'Azerbaïdjan, qui a débuté le mois dernier, persiste. Le 26 mai, un rassemblement notable a eu lieu à Erevan, la…