×
google news

« Cohabitation mineurs non-accompagnés et seniors »

Roseline Clochard, une nonagénaire, se réjouit de sa nouvelle victoire au Skyjo, un jeu de cartes qu’elle a enseigné à un adolescent de 15 ans d’origine ivoirienne. Elle ne se soucie pas quand il triche de temps en temps. Ces derniers temps, Roseline a trouvé des compagnons de jeu parmi les mineurs placés à la résidence pour personnes âgées « Les Vignes ». Ils sont quinze jeunes de 14 à 16 ans, accompagnés sans leurs parents, arrivés récemment de divers pays comme l’Afrique subsaharienne, l’Egypte, le Bangladesh et le Pakistan.

Cette situation est unique en France et elle a été mise en place dans un petit village nommé Sciecq, près de Niort, dans le département des Deux-Sèvres. Depuis le début de l’année, ces jeunes sont hébergés dans les appartements de la résidence « Les Vignes », une initiative qui a pour but de sauver la résidence de la fermeture. Le modèle de cette résidence était de proposer des logements privés pour des personnes autonomes, mais il s’est montré moins attrayant car de plus en plus de personnes âgées sont maintenues à la maison jusqu’à ce qu’elles requièrent un soutien médicalisé.

Béatrice Largeau, vice-présidente du conseil départemental des Deux-Sèvres (variété droite) en charge de la protection de l’enfance, se rappelle que lorsque la difficulté à remplir une structure près de Niort a été constatée, il était évident que quelque chose devait être fait. Pour Béatrice, l’enjeu était de « trouver des moyens de se conformer à la loi « Taquet » de 2022 », qui interdit à partir de 2024, la mise en hôtel des mineurs placés sous la tutelle de l’assistance sociale à l’enfance. Toutefois, le département souffre d’un manque de places dans les structures éducatives, ayant passé de 800 à plus de 1 000 enfants placés en cinq ans, cela sans compter environ 180 mineurs non accompagnés.

La résidence Les Vignes, avec ses seize places disponibles, semblait être la solution parfaite pour quinze mineurs étrangers qui attendaient un logement. Dès le mois de janvier, les jeunes ont commencé à emménager par pair dans les huit studios rénovés. Malgré le peu de biens qu’ils possèdent, les appartements spacieux ont rapidement commencé à ressembler à des chambres d’adolescents – qu’importe, car ils déclarent tous désormais se sentir « chez eux ». Dans la pièce commune, la grande fenêtre a été transformée en un billboard : chaque enfant y a collé sa photo, leur visage rayonnant, avec leur prénom et quelques dessins. À côté du drapeau du Bangladesh, Fahim a griffé les couleurs de la France avec les mots: « Terre d’amour » dessous.

Le reste de l’article est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1599
Actualité

« Critiques du ‘Monde des Livres' »

27 mai 2024
En cette vingt-et-unième semaine de l'année, voici nos courtes critiques de onze ouvrages très attendus, incluant quatre romans, une histoire, une biographie, une satire, des carnets, un livre traitant d'anthropologie,…
example 1598
Actualité

Qui était Siddhartha Gautama, Bouddha?

27 mai 2024
Selon les chronologies traditionnelles, Siddhartha Gautama, également connu sous le nom de "Bouddha" (qui signifie "l'Illuminateur" en sanskrit), aurait existé et professé ses enseignements dans la vallée centrale du Gange…
example 1597
Actualité

Zelensky à Madrid pour rencontrer Sanchez

27 mai 2024
Nos articles, reportages et analyses sur le conflit en Ukraine sont disponibles pour lecture. Dans le « Monde », nous découvrons pourquoi la Crimée est prioritaire pour Kiev et l'émotion…
example 1596
Actualité

« ManiFeste, Miremont, We Love Green: Incontournables »

27 mai 2024
La matinée de la semaine passe en revue les différents programmes de quatre festivals dont deux connaissent leur première édition, tandis que deux autres sont en tournée. Des personnalités appréciées…