×
google news

Danemark: Délai légal IVG allongé à 18 semaines

Le délai légal pour l’interruption volontaire de grossesse (IVG) au Danemark sera étendu de douze à dix-huit semaines, a déclaré le ministère de la santé le vendredi 3 mai. Cet annoncement intervient dans un contexte où le droit à l’avortement est remis en question dans plusieurs pays.

La ministre de l’intérieur et de la santé danoise, Sophie Lohde, a déclaré dans un communiqué qu’après un demi-siècle, il est temps de faire évoluer les lois sur l’avortement et de renforcer le droit des femmes à l’autodétermination.

La présidente de l’Association médicale danoise, Camilla Rathke, a exprimé sa satisfaction, affirmant que les femmes auront désormais le temps et le droit de réfléchir à leur décision.

De plus, les jeunes femmes danoises, âgées de 15 à 17 ans, auront le droit d’avorter sans le consentement de leurs parents.

Le droit à l’avortement, qui est contesté ou même interdit dans certaines régions du monde, a été instauré au Danemark en 1973. L’automne dernier, la majorité des membres du Conseil d’éthique avait recommandé d’étendre le délai à dix-huit semaines, à l’instar de la Suède. Le Conseil a souligné qu’un délai de dix-huit semaines offre une marge supplémentaire par rapport à la viabilité du fœtus, qui est généralement atteinte à vingt-deux semaines.

Le projet de loi, soutenu par tous les partis d’opposition de gauche, sera introduit au Parlement lors de la session 2024-2025 et entrera en vigueur le 1er juin 2025.

D’après les données de l’organisation non gouvernementale américaine Center for Reproductive Rights (CRR), 40% des femmes à travers le monde résident dans un pays où leur droit à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est limité ou refusé. Cette ONG se consacre depuis trois décennies au suivi des changements dans les lois relatives à l’avortement à l’échelle globale.

En ce qui concerne l’Europe de l’Ouest, le droit à l’IVG peut être exercé jusqu’à la vingt-quatrième semaine de grossesse au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, et jusqu’à la vingt-deuxième semaine en Islande.

En France, le droit à l’IVG a été établi en 1975 grâce à la loi Veil. En mars 2022, ce droit a été consolidé avec l’introduction d’un texte législatif qui étend la période légale d’avortement jusqu’à la quatorzième semaine de grossesse. De plus, lors de leur réunion à Versailles le 4 mars 2024, les parlementaires ont adopté une réforme constitutionnelle visant à protéger le « droit de choisir » d’avoir recours à une IVG.

Néanmoins, la réalité montre une fragilité quant à l’accès à l’IVG. Le taux d’avortements, bien qu’en augmentation ces dernières années, varie en fonction du statut ou du niveau socio-économique des femmes, ainsi que de la proximité des installations médicales adaptées. L’évocation d’une « liberté garantie » en matière d’IVG, plutôt que d’un droit, a remis sur le tapis la question des financements nécessaires à cette politique de santé publique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1597
Actualité

Zelensky à Madrid pour rencontrer Sanchez

27 mai 2024
Nos articles, reportages et analyses sur le conflit en Ukraine sont disponibles pour lecture. Dans le « Monde », nous découvrons pourquoi la Crimée est prioritaire pour Kiev et l'émotion…
example 1596
Actualité

« ManiFeste, Miremont, We Love Green: Incontournables »

27 mai 2024
La matinée de la semaine passe en revue les différents programmes de quatre festivals dont deux connaissent leur première édition, tandis que deux autres sont en tournée. Des personnalités appréciées…
example 1594
Actualité

Manifestations en Arménie contre premier ministre

27 mai 2024
La contestation en Arménie concernant la cession de terrains à l'Azerbaïdjan, qui a débuté le mois dernier, persiste. Le 26 mai, un rassemblement notable a eu lieu à Erevan, la…