×
google news

« Céline Chung découvre diversité culinaire asiatique »

De petite taille, j’ai mené deux existences distinctes : l’une au sein de ma famille traditionnellement chinoise où j’ai adopté la langue de mes parents et utilisé des baguettes pour manger, l’autre à l’école où j’ai communiqué en français et utilisé une fourchette pour manger. Nous étions domiciliés au coeur de Paris et mes parents avaient un commerce de maroquinerie dans le Marais. Étant la seule asiatique de ma classe, j’ai ressenti un sentiment de dualité culturelle. Dès que j’étais à l’école, j’éliminais l’aspect chinois en moi pour m’intégrer à la majorité. Mes parents espéraient que je trouve un poste stable offrant un bon salaire, donc j’ai poursuivi des études préparatoires ensuite j’ai fréquenté une école de commerce.

Chaque année, nous visitions mes grands-parents à Wenzhou, qui était la seule ville en Chine que je connaissais bien. A 20 ans, j’ai décidé de retourner en Chine pour explorer le pays de mon propre point de vue, au lieu de celui de mes parents. J’ai voyagé pendant six mois avec mon sac à dos, changeant de province tous les quinze jours.

J’ai visité Sichuan, Yunnan, Guilin, Pékin, Hongkong, et Macao. Au cours de mon voyage, j’ai été surprise par la diversité alimentaire extraordinaire de laquelle j’étais ignorante. Chaque région offrait des saveurs, des préparations culinaires et des produits uniques qui variaient en fonction de la géographie. J’ai été émerveillée par la variété et la complexité de la cuisine chinoise, avec son équilibre, la diversité des textures, et la multitude des techniques de cuisson. J’y ai découvert un patrimoine riche en histoires, traditions, et compétences.

Lors de mon retour à Paris, j’ai réalisé que la perception de la cuisine chinoise était grandement méconnue et souvent stéréotypée. J’ai initialement essayé une carrière en conseil en management, mais j’ai rapidement compris que ce n’était pas mon chemin. Je ressentais un besoin de construire des liens entre mes deux cultures, avec la cuisine comme moyen principal.

J’ai acquis mes compétences en cuisine en travaillant pour PNY, une enseigne de burgers faits à la main. C’est là que j’ai fait la connaissance de Billy Pham, qui est devenu mon partenaire d’affaires. Je l’ai emmené en Chine pour partager ma vision de la cuisine locale. Nous avons suivi de nombreux cours culinaires et dégusté un grand nombre de plats. J’avais déjà élaboré le concept et le menu de Petit Bao, que nous avons inauguré en janvier 2019 à Paris. Mon idée était de créer une cantine moderne, insufflant un côté tendance aux aspects kitsch habituels de la restauration chinoise, un endroit où les gens apprécient de se retrouver. Depuis, nous avons lancé trois autres établissements à Paris et bientôt, Gros Bao ouvrira ses portes à Marseille.

Le bao est bien sûr l’un de mes mets préférés : j’adore ces petites bouchées vapeur salées que l’on déguste en Chine à tout moment. Cependant, ma véritable passion concerne les wontons, que ma mère nous préparait tous les week-ends. Ces pâtes sont pour moi un véritable réconfort. Elle servait ces pâtes en soupe, mais j’adore aussi leur version pimentée, que j’ai découvert à Shanghai et réinterprété dans le Sichuan. Les Chinois sont généralement réservés concernant leurs émotions, ce que j’ai réalisé assez tard, et la nourriture est souvent un moyen pour mes parents de montrer leur affection. Pour moi, les wontons sont donc un plat chargé d’amour, tout en douceur et en puissance.

Visitez le site de Bao Family. Tout le monde peut contribuer et réutiliser ce contenu.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1537
Actualité

Remaniement surprise en Tunisie: Ministre écarté

26 mai 2024
Le chef d'État tunisien, Kais Saïed, a surpris tout le monde en opérant un remaniement gouvernemental inattendu ce samedi 25 mai. Un communiqué de la présidence tunisienne, publié sans justification,…
example 1535
Actualité

« Le chien, le nouvel enfant familial »

26 mai 2024
"« Prenez soin de notre bébé, il risque surement de se mettre à pleurer. Voici son jouet préféré... », ce sont les consignes que reçoit habituellement Laetitia Lacote, âgée de…