×
google news

« Sacrifice des pollinisateurs pour le court-termisme »

L’inspiration pour les décisions politiques devrait davantage provenir des abeilles, ces êtres qui font des choix basés sur le bénéfice collectif plutôt que sur l’intérêt personnel. Actuellement, Gabriel Attal et son gouvernement mènent une politique agricole orientée vers le profit des entreprises agro-alimentaires, au détriment de notre environnement. Que ce soit pour la protection des abeilles, la préservation de l’eau, des sols, de l’air, de notre alimentation ou de notre qualité de vie, les égards sont insuffisants.

Marc Fesneau, le ministre français de l’agriculture, contribue activement à l’effritement des fondations d’une transition vers l’agroécologie. Le projet de loi pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture, présenté par le gouvernement Attal au début du mois d’avril, est un pas en arrière sur le plan écologique.

Des régressions alarmantes sont également prévues dans la mise à jour annoncée fin janvier du plan Ecophyto, qui avait comme objectif de réduire de moitié l’utilisation de pesticides d’ici 2030. À Bruxelles, Marc Fesneau bloque également les progrès obtenus après de dures batailles dans la révision de la PAC ou du pacte vert pour l’Europe. Le Parlement européen a validé ce recul le 24 avril, lors d’une « procédure d’urgence », anéantissant des années d’efforts pour obtenir des promesses de changements.

On note également une remise en question des recherches scientifiques.

En l’espace de quelques semaines, le gouvernement dirigé par le président Emmanuel Macron, débordé par la fureur du secteur agricole, a choisi de remettre en question des années de recherche scientifique, d’engagement citoyen et de preuves indiscutables de l’existence d’un autre possible modèle agricole. Les pollinisateurs ont été mis de côté pour privilégier le court-terme et les avantages d’une minorité.

N’oublions pas que 60 à 80 % de l’approvisionnement alimentaire mondial est tributaire de la pollinisation, qui comprend les fruits, les légumes, et les aliments à base d’huile végétale, contribuant ainsi à améliorer notre régime alimentaire. Il est essentiel de se souvenir qu’une seule ruche peut butiner jusqu’à 5 millions de fleurs par jour. Comment peut-on envisager de sacrifier ce bénéfice gratuit pour l’usage unique de pesticides, insecticides et autres néonicotinoïdes ? Sans les pollinisateurs, nous pourrions subir une baisse catastrophique du rendement agricole, entraînant une diminution de l’offre et une augmentation des prix de nombreux produits alimentaires.

Pour lire l’article en entier, vous devez être abonné. Vous avez encore 53.88% du texte à lire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1389
Actualité

« Baisse de 9% des loups en France »

23 mai 2024
Selon un communiqué de diverses associations environnementales, l'année 2023 a connu un déclin de 9 % dans la population de loups en France, fixant le nombre total à 1 003…
example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…